forum-religions: la maison d'Inès
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Pérégrinations 3.

3 participants

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Mer 8 Juin - 2:14

Super instinct.

"Ainsi donc Tatonga, si je me réfère à notre dernier entretien, il y aurait des gens qui pensent que tout est éphémère, voué à disparaitre et d’autres qui croient en un Dieu qui les sauverait.
-On peut dire les choses comme ça, Tictoc. Remarque que tous ces gens mènent la même vie, sans se soucier de leur fin, comme s’ils devaient vivre éternellement.

-Et alors ?
-Ça, c’est très important, Tictoc, très important à relever. Tous élaborent des projets, construisent, pensent à l’avenir, sont heureux de vivre, comme s’ils étaient certains d’être là pour toujours dans un monde éternel. Une profonde conviction, la même conviction qu’ils avaient enfants.

-Que veux-tu qu’ils fassent, Tatonga, ils ne vont tout de même pas mettre fin à leurs jours, d’autant que la vie a quand même ses bons côtés. La vie les tient en laisse, Tatonga, par le bonheur et les plaisirs qu’elle leur offre.
-Ah, elle leur offre donc des plaisirs ! Je me demande bien pourquoi ? Cela n’a-t-il pas un sens, Tictoc ? Non, Tictoc, non, je ne crois pas à ton histoire de laisse, je ne pense pas qu’ils soient tenus par ta laisse. Je ne les vois pas vivre résignés, mais au contraire aller hardiment de l’avant. Je suis certain, Tictoc, qu’ils ont tous la conviction profonde et intime d’être là pour toujours, et c’est cela qui les stimule, qui explique qu’ils vivent sereinement, sans inquiétude, heureux du bonheur de vivre.

-Mais il y a ceux qui ne croient même pas au Dieu qui leur garantirait l’éternité.
-Ce que tu peux être naïf, Tictoc. Il n’y a aucune différence entre les uns et les autres. Ceux qui citent Dieu ne font qu’exprimer à leur manière cette conviction dont je te parle. Ils disent croire profondément en Dieu, au lieu de dire tout simplement qu’ils ressentent très fort cette conviction dont je viens de te parler. Mais ils sont tous les mêmes, tous ont au plus profond d’eux-mêmes le sentiment très fort d’être là pour toujours dans un monde éternel, une sorte d’instinct, Tictoc, un super instinct profondément enfoui en chacun. C’est ce super instinct qui stimule leur vie, qui est derrière cette irrésistible envie de vivre, et qui se mue parfois en croyance religieuse.

-Si je t’ai bien compris, Tatonga, il n’est même pas besoin de solliciter un Dieu. Les êtres, les hommes et les femmes, sont tout naturellement éternels et la nature a profondément imprimé en eux ce sentiment d’éternité.
-C’est bien ce que je dis, Tictoc.

-Donc Dieu est inutile ?
-Je ne dis pas qu’il n’existe pas ou qu’il est inutile, mais ce mot Dieu, Tictoc, parasite la réflexion. Personne ne sait ce que c’est au juste et il pourrait très bien être par exemple ce phénomène mystérieux dont je viens de te parler à l’instant, ce phénomène naturel qui imprime dans le cœur des hommes cette conviction d’éternité. La nature parle aux hommes, tu le sais bien, Tictoc, et on pourrait dire, si tu veux, qu’elle leur parle par la bouche de Dieu, mais un Dieu qui ne demande nullement qu’on lui fasse des courbettes ou qu’on lui sacrifie des veaux et des vierges.

-Mais comment se fait-il, Tatonga, que tu sois le seul à le savoir, le seul à parler de ce super instinct naturel d’immortalité ?
-Tu fais erreur, Tictoc, j’en connais au moins un, Hugo, le grand Hugo, qui a fortement ressenti ce sentiment et pris conscience de ce super instinct. Lis les vers où il écrit à peu près ceci : " homme, ne crains rien, la nature sait et sourit". Ne trouves-tu pas étrange que Hugo parle du devenir de l’homme à la fin d’un poème où il fait danser et chanter la nature, à croire qu’il fait du coq-à-l’âne ? N’est-il pas significatif que Hugo cite, non pas Dieu, mais la nature ? Tu vois, Tictoc, il n’y a aucun doute que Hugo a très bien pris conscience de ce super instinct et c’est cela qui lui a inspiré son poème. En voilà donc au moins un qui m’a devancé.

-Dis-moi, Tatonga, c’est ce poème de Hugo qui t’a inspiré ce billet d’aujourd’hui ?
-Non, Tictoc, c’est pendant que j’écrivais ce billet, que les vers de Hugo se sont mis à chanter à mes oreilles.

                                       Tout est lumière, tout est joie.
                                        …………………………………………….
                                        …………………………………………….
                                        Le bois jase ; l'herbe fleurit.
                                       - Homme ! ne crains rien ! la nature
                                        Sait le grand secret, et sourit.


-Les tenants de la thèse du changement perpétuel se trompent donc d’après toi ?
-C’est une vue très superficielle, Tictoc, son point faible, c’est l’absence de sens. Tout serait là sans sens. Il ne faut jamais tergiverser, jamais transiger quand il s’agit de sens, Tictoc. Rien ne peut être, ni la vie, ni le monde, sans sens. Le sens est une condition indiscutable, sine qua non, en toute chose. Un monde dont la seule finalité serait de changer perpétuellement sans raison est impensable, irréalisable."
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Ven 10 Juin - 1:53

L’Intelligence.

"Tatonga, il me semble que le mot Dieu te gêne énormément.
-Oui, Tictoc, les mots Dieu, Créateur et autres synonymes charrient beaucoup de mythes et de légendes, tout le monde en use et en abuse pour dire n’importe quoi. Les questions métaphysiques ne sont pas une science exacte, certes, mais cela ne veut pas dire qu’on peut raconter tout ce qui nous passe par la tête, invoquer le diable, des anges, des cavaliers de l’apocalypse et je ne sais quoi encore. Du pur délire, des divagations, des fantasmes, sans intérêt ! Ce n’est pas notre méthode, Tictoc. Personne ne prétend expliquer l’univers, mais l’approche doit être autant rationnelle que possible, il faut en parler sérieusement comme de n’importe quel autre phénomène. Nous essayons de réfléchir, d’asseoir nos affirmations sur l’observation, de les étayer par des faits, de les soutenir par la raison, d’être rationnels et réalistes, loin des clowneries qu’on voit un peu partout. Il s’agit de penser tout en sachant que l’erreur est possible, voire inévitable, et non de divaguer.

-Je vois, c’est la physique appliquée à la métaphysique, c’est nouveau ça, et quel mot vas-tu alors utiliser ?
-On va dire l’Intelligence, Tictoc, pas l’Intelligent, mais l’IntelligenCE. Ainsi personne ne pensera à un être superman, et ce sera mieux ainsi, Tictoc, car, s’il ne fait aucun doute qu’il y a Intelligence, nous ne savons pas comment elle est, qu’elle forme elle a, où elle se trouve, d’où elle vient et s’il y a un être intelligent. Alors, on va dire IntelligenCE, point.

-Es-tu sûr au moins qu’il y a de l'Intelligence ?
-C’est chose évidente, Tictoc, tu n’as qu’à regarder tes tripes et autour de toi, l’Intelligence est partout. Tout le monde le sait et le dit, Tictoc, y compris des scientifiques. S’il est possible d’être sûr de quelque chose, c’est bien de l’existence de cette Intelligence. Même ceux qui la nient ne la nient que pour dire qu’elle ne ressemble pas à notre intelligence, et sur ce point, ils ont raison.

-L’Intelligence est différente de notre intelligence ?
-Oui, Tictoc, il y a plusieurs différences. Quand l’Intelligence crée une chose, son intention et son but sont dans la chose même qu’elle crée. Elle ne crée jamais une chose, puis une deuxième chose pour atteindre un but éloigné, comme ça t’arrive à toi de le faire. Elle ne procède pas par étapes. Ceci signifie qu’elle ignore l’intention et le sens, ces derniers se confondent avec le but qui est la chose même créée, le but est atteint dès que la chose est créée. Ainsi, quand elle crée le vivant, c’est pour créer le vivant, point barre, il n’y a pas d’autre but, ce n’est pas pour atteindre un but plus éloigné. Le but, l’intention, le sens et l’objet créé se confondent et ne font qu’un.

-Sur quelle base peux-tu affirmer cela, toi qui dis ne pas vouloir affirmer n’importe quoi ?
-Mais le but éloigné, qui suppose intention et sens, fait partie des mythes et légendes dont je te parlais, Tictoc, personne ne l’a constaté. Je n’ai donc pas à me battre contre des mythes, à prouver que ce ne sont que des mythes. Moi, je les écarte, c’est à ceux qui les ont inventés d’apporter leurs preuves. C’est à cette condition qu’on peut avancer, Tictoc.

-Bon, d’accord, et c’est quoi l’autre différence entre l’Intelligence et notre intelligence ?
-Quand toi, tu veux créer quelque chose, tu imites et t’inspires toujours de la nature, de la création de l’Intelligence. C’est dans cette création que tu puises les matériaux et les procédés. Tu analyses, tu synthétises, tu calcules, tu compares, tu assembles des éléments déjà inventés. On ne sait pas comment fait l’Intelligence, mais elle ne procède certainement pas comme toi, elle ne s’inspire pas de quelque chose qui existe déjà, qu’une autre intelligence aurait créé. L’hypothèse la plus vraisemblable est probablement celle qu’ont devinée certaines religions, il lui suffit de concevoir la chose, le fameux "sois !", pour que la chose se réalise. Ce qu’il faut retenir, c’est que c’est une intelligence, mais bien particulière, très puissante et différente de la tienne. Eh oui, on ne fait pas un monde avec la pâtée de son qui te sert de cervelle.

-Il lui suffit de penser la chose ?
-C’est une hypothèse très probable, Tictoc. Cela ne veut pas dire que la chose se réalise immédiatement. A tes yeux, selon ta perception du temps, la chose peut prendre du temps à se réaliser complètement, ce qui peut te faire croire que ça tâtonne ou que l’Intelligence procède par étapes ou que ça évolue. En vérité, tout est programmé instantanément dès le début. Ainsi, tout le vivant, dans ses différentes formes et ses déploiements ultérieurs, était spontanément prévu et concentré dans la première cellule. Cela peut te paraitre fabuleusement difficile et compliqué, mais ça ne l’est que pour ta pseudo-intelligence.

-Pourtant, les savants disent que les choses se constituent petit à petit, au gré du hasard, de l’évolution, de la sélection naturelle, etc.
-Le fait que la réalisation, la création, s’étale dans le temps, du moins à tes yeux, a fait croire à ces crétins qu’il y a évolution. Ils disent que l’homme est apparu parce qu’une cellule a muté… accidentellement. C’est le summum du ridicule, Tictoc, ils auraient été moins ridicules s’ils avaient dit que c’est grâce à leur tante Bertha, ha ha ha ! Mais il est normal cependant qu’ils voient les choses ainsi, parce qu’au lieu de regarder le monde d’en-haut, ils le scrutent par le bas en rampant. Il est normal qu’ils voient des mutations, des hasards, des sélections et ne se doutent pas que tout est scrupuleusement programmé d’en-haut. A croire ces crétins, tes enfants vont bientôt naitre avec des casques militaires et des gilets pare-balles, une mutation naturelle et nécessaire, à cause des trop nombreuses guerres qui se déclarent. Pourquoi pas, en effet, puisque ces imbéciles disent que les mutations et la sélection créent toutes sortes de protections pour les créatures, des carapaces, des camouflages, etc."
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Dim 12 Juin - 7:06

Penser.

"Tatonga, c’est quoi un être vivant ?
-Je ne sais pas, Tictoc, je sais seulement qu’il nait, se reproduit et meurt, mais je réalise bien que ça ne suffit pas pour le définir.
-Et moi, je suis un être vivant ?
-Oui, Tictoc, tu es un être vivant comme tous les êtres vivants, mais très différent.

-Différent ?
-Oui, Tictoc, tu es très différent, tu es le seul être à pouvoir penser. Tu es capable de te faire une idée de toi-même et du monde autour de toi. Tu es plus petit qu’un grain de sable et tu peux penser l’immense univers. Et tu es supérieur, n’en déplaise aux paléontologues, car la faculté de penser n’est pas comparable au pouvoir nager ou voler dans les airs, comme ils le prétendent, ni à la possession d’une queue, d’une corne ou d’une paire d’ailes, elle ne leur est pas comparable. Et puis, Tictoc, des organes, toi aussi, tu en as, et tu as en plus cette faculté de penser qui fait ta supériorité.

-Comment se fait-il, Tatonga, que j’arrive à me penser et à penser ce qui est hors de moi.
-Parce que tu fais partie, tu es une partie de l’univers, Tictoc.

-Je suis une partie de l’univers ?
-Mais oui, Tictoc, tu en fais partie, sinon, comment peux-tu expliquer que tu sois là bien enfoncé dedans ? Si tu n’en faisais pas partie, comment expliquer que tu t’y trouves et y occupes une place, d’où viendrais-tu, par quelle porte y serais-tu entré ?  Voilà, toi, qui te demandes souvent d’où tu viens et où tu vas, tu as la réponse à tes deux questions : tu ne viens pas et tu ne t’en vas pas, tu es partie de l’univers. Tu es partie de l’univers comme tous les objets de l’univers, vous êtes tous reliés les uns aux autres, et tu es parent, Tictoc, de tout ce qui existe dans l’univers, tout, les astres, les arbres, les poissons, les oiseaux. Tu comprends facilement, Tictoc, que rien et personne ne peut se trouver isolé, en corps étranger, comme une épine, comme un intrus dans l’univers. L’univers est un tout, Tictoc, où tout se tient. Je n’ai pas besoin de te le dire, Tictoc, tant la chose va de soi : l’univers est un système dont tous les éléments sont nécessairement reliés les uns aux autres.

-Et c’est pour cela que je pense ?
-Tu ne pourrais jamais penser ce qui est hors de toi, Tictoc, s’il n’y avait pas un lien, un fil qui vous relie, toi et le hors de toi, un fil qui relie ton corps, ton cerveau à chaque élément de l’univers. Voilà pourquoi je parlais de parenté. Je ne sais pas si tu saisis bien les implications de ce que je viens de te dire, Tictoc, mais il vaut mieux t’expliquer : si tu es relié à tout et si tout est relié à toi, c’est que l’univers tout entier se reflète en toi, et tu te reflètes dans tout l’univers. Quand tu penses, Tictoc, tu communiques avec tout ce qu’il y a dans l’univers, et cela n’est possible que grâce au réseau de fils, de liens, qui relient tout. Je dis liens, fils, pour être facilement compris, mais il y a longtemps, Tictoc, que philosophes et scientifiques se doutaient, sans pouvoir encore le prouver, que l’univers était parcouru de courants mystérieux qui reliaient toutes ses composantes. Plus récemment, ils ont pu mieux constater, aussi bien dans l’infiniment petit que dans l’infiniment grand, cette unité universelle qu’ils ont appelée l’indivisibilité quantique. Enfin bref, chaque partie contient le tout et le tout reflète chaque partie, et si tu penses, c’est bien parce qu’il y a entre ta tête et l’univers une secrète complicité.

-Dis-moi, Tatonga, est-ce moi précisément qui devais faire partie de l’univers ?
-D’après toi ?
-Je ne sais pas, Tatonga.
-Ce n’est pourtant pas difficile à comprendre après ce que je viens de te dire. Il est clair que l’univers n’est pas un souk ouvert à tout-venant, il ne peut s’y trouver que ce qui doit s’y trouver. Oui, Tictoc, c’est toi personnellement qui devais y être.

-Ça alors, je ne me savais pas si important, célèbre et connu de tout l’univers. Mais dis-moi, Tatonga, pourquoi de tout ce qui compose l’univers, suis-je le seul à penser ?
-Ça, je ne le sais pas, Tictoc, je ne sais pas. Les autres créatures sont peut-être mates, ternes, et tu as le crâne plus lisse, tu es plus brillant, tu captes et tu émets mieux qu’eux les courants qui vous baignent. Il doit y avoir une explication de ce genre, Tictoc, que la science trouvera un jour, car tout ce qui est soumis au temps est accessible à la connaissance humaine."
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Mar 14 Juin - 2:26

Dans le temps et hors du temps.

"Tatonga, tu as dit que tout ce qui est soumis au temps est accessible à la connaissance humaine, cela veut dire quoi ?
-Cela veut dire que ce qui est hors du temps n’est pas accessible à la connaissance, Tictoc.

-Tu te moques de moi, et qu’est-ce qui est donc soumis au temps ?
-Tout ce que tu connais est soumis au temps, Tictoc, les roches, les plantes, les animaux, petits et grands, les hommes, les femmes, les cours d’eau… Toutes ces choses apparaissent, se transforment, vieillissent, disparaissent et reparaissent. Toutes sont soumises au temps, et tu peux les étudier, faire leur connaissance car vous êtes dans le même wagon, le même train, le train du temps. A tout moment, des passagers montent dans ce train pendant que d’autres en descendent. C’est le train du temps, Tictoc.

-Le temps existe donc ?
-Il existe et il n’existe pas, Tictoc. Quand tu parles du temps pour dire que tu ne cesses de vieillir, ce temps-là n’existe pas, Tictoc, ce n’est qu’un mot, c’est un mot que tu utilises pour dire que tes cellules se transforment, et ce sont effectivement tes cellules qui se transforment. Ce mot, Tictoc, est synonyme de transformations, c’est tout. Il dit que l’herbe pousse, que les enfants grandissent, que les hommes vieillissent.

-Et quel est le temps qui existe ?
-Pour comprendre que cet autre temps existe, il faut te demander pourquoi toutes ces choses se transforment, pourquoi tes cellules vieillissent. Il faut te demander ce qui les oblige à changer, à se transformer. Ce sont des questions à se poser, Tictoc, car tout aurait très bien pu être figé. Il y a donc nécessairement quelque chose, comme un animateur armé d’un fouet qui les oblige à bouger. Cet animateur, Tictoc, existe bel et bien, c’est le temps caché derrière tout ce qui se manifeste, c’est un temps invisible, qui ne s’arrête jamais, éternel, échappant lui-même au temps, et c’est un grand mystère inaccessible à la connaissance, que l’homme et la science ne comprendront jamais.

-Ce temps armé d’un fouet n’est peut-être qu’une chimère dans ta tête, Tatonga.
-Oh non, Tictoc, oh non, je crois que tu ne m’écoutes pas attentivement, sinon tu aurais compris que ce temps existe nécessairement. Même le grand astrophysicien, Hawking, avait dit qu’il est impossible de dire en quoi consiste le temps, et c’est bien de ce temps-là qu’il parlait.

-Je comprends, Tatonga, je comprends, et quelles sont les autres choses inaccessibles à la connaissance humaine ?
-La vie, Tictoc. Les créatures vivantes sont connaissables, la vie elle-même est inconnaissable. Elle est hors temps, hors espace, elle est toujours et de tous les temps, elle ne vieillit jamais. Il ne faut pas la confondre avec les créatures vivantes, qui apparaissent et disparaissent. Les scientifiques qui essayent de savoir ce qu’est la vie peuvent toujours courir. Tout vie, Tictoc, les pierres, les chenilles, l’herbe. La vie n’est pas le temps au fouet, Tictoc, mais ils vont ensemble la main dans la main. Il y a la vie parce qu’il y a le temps qui fait bouger les choses, et il y a la mort parce qu’il y a les naissances et vice versa. Tout se tient.

-Et qu’y a-t-il encore d’inaccessible ?
-La mort, Tictoc. Les hommes ne sauront jamais ce que c’est. Quand il y a mort, il y a sortie du train du temps. Les morts quittent le temps, ils vont hors du temps, ils se mettent hors temps, et c’est pour cela que la mort échappera toujours à la connaissance, les hommes ne sauront jamais ce que c’est. Eh oui, Tictoc, je sais, je sais, tu crois savoir ce qu’est la mort, tu crois que c’est simple et facile. Eh bien, tu te trompes, Tictoc, tu te trompes complètement, du tout au tout, il n’y a rien de plus opaque que la mort.

-Et qu’est-ce qui est encore inaccessible à la science des hommes ?
-Il y a l’être, Tictoc, il ressemble beaucoup au temps armé de son fouet, mais il ne faut pas les confondre. Je t’ai déjà expliqué l’être, Tictoc. Il est immuable, hors temps. C’est quoi l’être ? L’univers est plein d’objets qui se transforment, apparaissent, disparaissent. Qu’y a-t-il donc puisque tout change et disparait ? Eh bien, il n’y a pas rien, il y a justement toutes ces choses qui changent et disparaissent sans cesse, donc il n’y a pas rien, il y a… il y a quoi ? Il y a ce qu’on appelle il y a. Il y a l’être. L’être n’est pas un objet, Tictoc, il n’est ni l’un des objets, ni l’ensemble de ces objets qui changent. Il est il y a, il est immatériel et hors temps. Les hommes ne sauront jamais ce que c’est, il est inaccessible à la connaissance. Le temps, la vie, la mort, et les objets changeants, témoignent tous de l’être.

-Je comprends, je comprends, Tatonga, et qu’est-ce qui est encore inaccessible ?
-C’est tout ce qui me vient à l’esprit pour l’instant, Tictoc. Il ne s’agit pas de faire un recensement exhaustif, mais de t’expliquer ce qui est accessible et ce qui est inaccessible à la connaissance des hommes.

-Où se trouvent ces choses inaccessibles, dans un autre monde ?
-Ces choses ne sont pas des choses, Tictoc, et ne sont pas dans le train. Les connaitre est interdit aux hommes."
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Jeu 16 Juin - 1:48

LA VIE.

"Tatonga, qu’est-ce que la vie ?
-Ne t’ai-je pas dit, Tictoc, que la vie est inconnaissable ? On peut connaitre les créatures vivantes, pas la vie, mais on peut quand même en parler.

-Tu peux m’en parler ?
-Ecoute ce que je vais te raconter, Tictoc. Il y a longtemps, très longtemps, il y avait l’être. Il y a et il y avait l’être……. Si tu veux, on peut dire qu’il y avait l’univers, mais un univers sans formes, sans longueurs, sans largeurs, sans poids, sans rien, juste un univers en puissance, c’est-à-dire potentiel. Et c’est ça l’être, Tictoc, un univers en puissance. Et c’était triste, Tictoc, très triste. Tristesse, silence et solitude partout.

-C’était triste ?
-Oui, Tictoc, alors l’être s’est donné des formes, des longueurs, des largeurs, des couleurs, des sons, des odeurs, des saveurs, s’est fait univers réel, il y a de cela 13,7 milliards d’années. Mais c’était encore triste, Tictoc, très triste.

-C’était encore triste ?
-Oui, Tictoc. Qu’est-ce que les couleurs, les longueurs, la lumière, les sons, les bruits, la musique, les saveurs, s’il n’y a personne pour les voir, les sentir, les entendre, les goûter ? Ça ne servait à rien, Tictoc, et c’était triste, très triste. Pendant très longtemps, pendant des milliards et des milliards d’années, il n’y avait que tristesse et solitude, et l’univers était très malheureux, désespéré, il s’ennuyait, il s’ennuyait...

-C’est triste, Tatonga, oui, c’est triste.
-C’est alors, Tictoc, que l’être a créé la vie, plutôt s’est fait vie comme il s’est fait univers, et de la vie, il a fait les créatures vivantes. Et c’est ainsi qu’il y a eu enfin des témoins pour voir la lumière, entendre la musique, sentir les odeurs, voir le mauve, le bleu, le blanc, le jaune, le violet, goûter le sucré, l’amer, au bonheur et au malheur. Mais c’était insuffisant, Tictoc, et l’être était encore malheureux.

-C’était insuffisant ?
-Oui, Tictoc. Et c’est alors que des créatures vivantes, l’être a fait surgir l’homme et avec l’homme la pensée. Et c’est ainsi qu’il y eut enfin quelqu’un pour dire ça c’est moi, ça c’est la lumière, ça c’est mauve, ça c’est l’univers, quelqu’un enfin pour nommer chaque chose par son nom, et un Tatonga pour dire que tout cela, c’est l’être. Et c’est ainsi, Tictoc, que l’être, enfin pleinement reconnu, fut enfin satisfait.

-Dis-moi, Tatonga, cette histoire que tu me racontes, n’est-elle pas une cosmogonie comme toutes les autres ?
-Non, Tictoc, jamais ! Ne vois-tu donc pas qu’il n’y a là aucun mythe, aucune légende, aucune invention. Tout est tiré, tout découle scrupuleusement de l’histoire vraie du monde, de l’histoire telle qu’elle a été décrite par la science, une longue histoire de 13, 7 milliards d’années confirmée par la communauté scientifique.

-L’homme de science ne se trompe donc pas ?
-Si, Tictoc, il se trompe, mais pas sur ça, pas sur 13,7 milliards d’années d’évolution du monde. Il se trompe quand il dit par exemple que la vie est un accident, un hasard, un mélange fortuit de boue minérale, là il déconne grave.

-Oui, Tatonga, maintenant que j’ai écouté ton histoire, je me rends compte que cette explication par la boue et le hasard est bien une grosse connerie et les scientifiques des crétins comme tu le dis. Et dis-moi, Tatonga, est-ce que cet univers réel peut disparaitre ?
-Oui, Tictoc, l’être, qui était univers en puissance devenu univers réel, peut en avoir marre et décider de redevenir le simple univers en puissance qu’il était. Quant à toi, qui es actuellement partie intégrante de l’univers réel et de l’être, tu disparaitras pour n’être plus qu’un Tictoc en puissance dans l’univers en puissance, dans l’être. Tu te retrancheras dans l’être tout simple, où tu ne pourras ni voir, ni parler, ni manger, ni bouger. Que seras-tu ? Je ne sais pas, car l’être est inconnaissable.

-Nous appartenons donc à l’être, nous en faisons partie ?
-Quelle question ! Et que crois-tu donc être, Tictoc ? "
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Sam 18 Juin - 1:22

L’être infini.

« Tatonga, est-il vrai que l’être est infini et que veut dire infini ?
-Infini signifie sans limites d’aucune sorte, Tictoc. Dire que l’être est infini n’est pas une simple assertion, c’est une vérité.

-Comment sais-tu que c’est une vérité, Tatonga ?
-C’est très simple, Tictoc. L’être est l’être de « tout ce qui peut être ». Or, « ce qui peut être » est infini, sans limites, car tout, tout, peut être. Ce qui peut être est infini en nombre. C’est pour cela que tu as des hommes, des papillons, des pierres, des escargots, des champignons, du fer, des pommiers, des serpents… Voilà, il ne faut donc plus te demander pourquoi il y a des moustiques et des scorpions et à quoi ils servent. Ils sont là parce qu’ils font tout simplement partie de « tout ce qui peut être ».

-Et pourquoi n’a-t-on pas des vélos ?
-Attention, Tictoc, un vélo est un montage artificiel. Quand je dis que tout peut être, je parle de ce qui est naturel. Toi et moi, nous savons très bien ce qui est naturel, mais je t’avoue que je suis incapable de le définir. Peut-être, faut-il dire qu’il y a dans le naturel une affinité entre ses composantes, entre ses différents éléments quand il s’agit d’une molécule et, pour chaque élément, affinité entre ses particules. Je dis ça comme ça, Tictoc, sans être sûr de rien, sans même pouvoir dire ce qu’est une affinité ; tandis que dans un vélo, rien ne relie naturellement le caoutchouc du pneu au métal de la jante. Un vélo n’est pas un objet naturel.

-On a donc dans l’univers tous les objets naturels possibles ?
-Je ne pense pas, Tictoc. Au cours de l’histoire universelle, tu as d’ailleurs vu disparaitre les dinosaures et nombre de créatures et tu as vu apparaitre l’homme, très différent des autres animaux. Je crois que depuis qu’il a décidé de passer d’univers potentiel à univers réel, l’être continue de travailler, et c’est pour cela que tu vois l’univers en expansion et continuer à tourner. Il cherche, il cherche encore d’autres formes possibles parmi l’infinité de « tout ce qui peut être ».

-Et on va avoir quoi dans l’avenir ?
-Je ne sais pas, Tictoc, peut-être d’autres éléments chimiques, d’autres molécules, d’autres parfums, d’autres couleurs, d’autres créatures qui ressembleront aux hommes, mais avec quatre yeux, huit bras, douze doigts, une autre intelligence et une autre façon de copuler, je ne sais pas, Tictoc, je ne peux pas savoir. Qui aurait pu imaginer l’homme avant qu’il n’apparaisse ?

-Est-ce que l’être est moral ?
-Tout ce qui est, tout ce qui existe, existe par définition en vertu de l’être, y compris ce que tu appelles le bien, le mal, le bon, le mauvais, le beau, le laid, l’amour, la haine. Tout vient de l’être et l’être ne fait aucune différence entre toutes ces choses qui viennent de lui. L’être, Tictoc, et c’est l’évidence même, n’est ni moral, ni immoral. Il est neutre, il est amoral. Ce sont les hommes qui l’ont déifié, qui l’ont appelé Dieu et qui disent qu’il est moral. En fait, l’être n’est même pas un être, ni une chose, c’est un état, un état de fait, et quand je dis qu’il a décidé ou qu’il a fait, ce n’est qu’une façon de parler, je le personnifie moi aussi juste pour pouvoir en parler. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Lun 20 Juin - 2:35

Le maitre de cérémonie.

« Tatonga, je ne sais plus quoi penser, un jour tu es croyant, un jour incroyant.
-Je suis comme tout le monde, Tictoc. Tout le monde voit qu’il y a un univers, bien que certains doutent même de son existence. Le doute est partout, Tictoc, la seule chose dont on puisse être certain, c’est ton existence, car il est impossible que tu puisses penser l’univers sans exister toi-même. Il est impossible, Tictoc, que l’univers et toi n’existiez ni l’un, ni l’autre ; toi, au moins, tu dois exister.

-Je te parlais de ta croyance en Dieu, Tatonga…
-Tout le monde voit un univers, Tictoc, et, tout naturellement, chacun se demande ce qu’il y derrière, ou au-delà, ou au-dessus, mais il est impossible de rien savoir, même pas de savoir s’il y a un outre-univers. Chacun imagine ce qu’il imagine, et je suis comme tout le monde, Tictoc, un jour j’imagine, un jour je n’imagine rien, il ne faut pas t’en étonner.

-Mais nous avons une preuve de la divinité, Tatonga, c’est elle qui nous a insufflé la raison, la pensée, la conscience, cette horreur innée que nous avons à supprimer la vie, par exemple.
-Je ne sais pas, Tictoc, je ne sais pas, il est difficile de croire que tout cela nous est insufflé par une divinité pour nous servir de guide. Nous n’hésitons pas à ôter la vie aux moutons et aux bœufs pour les manger et pêchons bien la truite toute frétillante de vie pour la griller. Cette conscience ne se rebiffe même pas contre l’idée de massacrer nos semblables en masse en leur déclarant la guerre pour des broutilles et parfois pour rien, pour les piller ou pour notre gloriole. Je ne sais pas, Tictoc, je ne sais pas, cette conscience me semble avoir plutôt sa source en nous-mêmes, dans notre égoïsme.

-Il y a aussi les messagers et prophètes de Dieu qui témoignent de Dieu…
-Oui, Tictoc, et tous ou presque tous rapportent la parole de Dieu qui t’interdit d’ôter la vie aux membres de ta communauté, religieuse ou ethnique, et te permet, voire t’encourage, de trucider les autres. Et là, Tictoc, il est difficile de croire qu’une telle parole vient de Dieu et on ne comprend plus rien.

-Tu ne comprends pas ?
-Si, je comprends, Tictoc, et je vais te faire une grande révélation, mais pour cela, tu dois d’abord vider complètement ton esprit des chimères, des préjugés et des idées reçues dont on l’a encombré. Une fois que tu as fait le vide, regarde bien les choses en face : le seul être que tu connaisses et qui soit doué de raison, d’esprit, de pensée, de conscience, c’est l’homme, le seul être qui joue le premier rôle dans l’univers, le maitre de cérémonie, c’est l’homme. L’homme est bien le maitre du monde, c’est un constat, une réalité, pas une fiction, alors pourquoi aller chercher ailleurs ce que tu as sous les yeux, pourquoi courir derrière une chimère ?

-Mais Tatonga, les messagers disent qu’il y a un Dieu.
-Si tu veux mon avis, Tictoc, ces messagers n’ont jamais rapporté que les messages de l’homme à l’homme. C’est l’homme qu’ils décrivent, c’est l’homme qu’ils entendent leur parler, c’est l’homme qu’ils font parler, et c’est les paroles de l’homme qu’ils rapportent aux hommes. C’est l’homme qui se parle à lui-même.

-Mais Tatonga, l’homme ne peut pas être le maitre du monde, il ne peut pas avoir créé l’univers ?
-Oh si, Tictoc, oh si ! Tout est possible et tout est tellement compliqué et difficile à comprendre, l’univers comme la mort.  L’homme meurt-il et que signifie mourir ? L’univers existe-t-il et peut-il exister sans l’homme ? Il ne me semble pas, Tictoc. Sans l’homme que serait cet univers, à quoi ressemblerait-il, pour qui existerait-il, quelle forme aurait-il, que signifierait l’espace, que signifierait le temps, que signifierait le mouvement ? Rien de tout cela ne pourrait exister sans l’homme. Alors dire que l’homme n’a pas créé l’univers, c’est aller un peu trop vite, Tictoc, surtout qu’on n’a jamais vu ni connu personne d’autre qui aurait pu le faire. Oui, Tictoc, tout me dit que l’homme est la pièce maitresse, le pivot, le centre, le maitre absolu de l’univers, et n’est-ce pas cela que dit Al-Hallaj dans ces vers que je t’avais fait lire tout récemment ?

-Mais c’est incroyable !
-Incroyable, ne veut rien dire, Tictoc, tout est incroyable. Même Albert, tout grand physicien qu’il était, fut très étonné quand on lui parla de la simple et déjà vieille physique quantique. Tu pourrais très bien être créateur du monde où tu vis. Ainsi, rien ne serait plus alors absurde, il n’y aurait même plus ce mystère insondable qui nous taraude l’esprit. Tout serait cohérent et vraisemblable, le but et le sens seraient alors clairs : tu es là, tu existes pour vivre tout simplement et éternellement dans ton monde, comme on vit dans la maison qu’on s’est construite. Et ne va pas croire, Tictoc, que je me laisse entrainer par mon imagination ; ce que je te dis là se justifie très bien, il est beaucoup plus cohérent et vraisemblable que les histoires fantasques et abracadabrantes qu’on t’a racontées jusqu’ici. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Mer 22 Juin - 1:50


La religion.

« Tatonga, est-il vrai que la religion, c’est ce qui relie l’homme à Dieu ?
-Non, Tictoc, c’est une mauvaise définition, voire même une fausse définition.
-Une fausse définition ? Tu la définis comment alors ?
-C’est un monde irréel où l’on s’évade du monde réel, comme toi quand tu vas voir un film au cinéma. Ou prends une cuite ou te shootes avec de la bonne ou de la mauvaise came, ou te mets à rêvasser.

-Tu es fou, Tatonga !
-C’est même plus irréel qu’un film, Tictoc. Dans un film, les acteurs sont des personnes réelles, et quand il n’est pas tourné en studio, les paysages, les décors sont réels ; tandis que dans la religion, tout est irréel, fictif. C’est à 100% une fiction. Comme les films, elle a ses cinéphiles, ses producteurs, ses réalisateurs, ses scénaristes, ses critiques, ses stars et ses festivals.

-La religion, une fiction ?
-Bah, Tictoc, ce n’est pas moi qui le dis, tu n’as qu’à ouvrir le Larousse et lire ce qui est écrit aux mots fictif et fiction.
-Mais pour les gens, ce n’est pas une fiction…
-Bof, Tictoc, ils font comme au cinéma, ils croient que c’est vrai, ils tremblent, s’impatientent, sursautent, s’émeuvent, admirent, frémissent, pleurent, commentent et se racontent les scènes… comme si c’était vrai.

-Tu es contre les religions ?
-Pourquoi veux-tu que je sois contre, Tictoc, m’a-t-on jamais vu mettre le feu aux salles de cinéma ? C’est toi qui voulais savoir ce que c’est. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Ven 24 Juin - 1:30


Le terrien terrestre.

« Tatonga, est-ce que l’espace est infini ?
-Oui, Tictoc.
-Pourquoi ?
-Pourquoi, pourquoi ? Parce que personne n’a pensé aller construire tout autour un mur pour le contenir dans un périmètre.

-Et le temps ?
-Le temps aussi, Tictoc, mais c’est plus difficile à expliquer. Comme disait mon proche voisin Saint Augustin, le temps, je sais ce que c’est, mais dès qu’on me demande de le dire, je ne le sais plus. Tout ce que je peux te dire, Tictoc, c’est qu’il est disponible comme l’air dans ta ville ; chaque chose et chacun peut en prendre ce qu’il peut. Ceux qui voguent dans ces deux champs d’espace et de temps sont libres d’aller aussi loin qu’ils veulent, pour peu qu’ils ne soient pas empêchés par un voisin ou leur entourage.

-C’est donc ça ?
-Oui, Tictoc, mais tout cela ne te regarde pas, cela ne te concerne pas, ça se passe hors de toi. Toi, tu n’es qu’une petite truite enfermée dans un microcosme dont tu dépends entièrement, comme le poisson dans son eau. Ton espace et ton temps sont limités.

-Je vis dans un microcosme ?
-Oui, Tictoc, tu appartiens à la terre, tu es fait de terre, nourri de terre, la terre t’a moulé de terre, tout ce que tu es, tout ce dont tu es fait, est lié à la terre, ton corps, tes organes, des intestins et tes sens. Le reste, ta pensée, ton intelligence, ta conscience, tes sentiments, tes coutumes, tes traditions, ta morale, tes valeurs, tes lois, tout vient de ton expérience de la vie sur terre. Tout te vient de la terre, tu es en osmose et ton sort dépend de la terre, de ses tremblements, de ses virus, de son abondance ou de sa pauvreté en plancton. Tu es terrien et terrestre, Tictoc, et tu ne divorceras jamais de la terre.

-Et qu’y a-t-il sur les autres planètes ?
-Ce qu’il y a sur les autres planètes est semblable à ce qu’il y a sur terre, Tictoc. Chaque planète façonne ce qu’elle peut façonner, pas forcément des plants de menthe et de tomates, et pas forcément des Tictoc, ou alors des Tictoc sans magnésium et sans zinc, sans les os et sans les poils, avec autre chose peut-être. Tu as compris, n’est-ce pas ? Tu es terrien et terrestre jusqu’au bout des ongles, fils de la terre, pétri de boue marine. Tu n’as pas de Père au ciel, seule la terre est ta mère gestatrice. Ce qu’il peut y avoir ailleurs ne te concerne pas et ne te connait pas, petite truite prétentieuse. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Brahim Ven 24 Juin - 14:52

Tatonga a écrit:Tu n’as pas de Père au ciel, seule la terre est ta mère gestatrice.

Oui, la Terre est notre mère génitrice, mais nous avons aussi, au ciel, un père géniteur qui n'est autre que le Soleil.
La vie est très riche sur Terre parce que celle-ci est "fécondée" par le Soleil.
Sans le Soleil, la Terre ne serait qu'un caillou désertique et stérile.
Brahim
Brahim

Masculin Messages : 604
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 79
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Sam 25 Juin - 1:55


C’est une très longue histoire, Brahim, que je n’aurai jamais fini de raconter. Une longue histoire et une énigme. La terre et le soleil sont-ils de vulgaires mécanismes fortuits générant vie et mort ou sont-ce des figurations symboliques d’un mystère caché ? Eternelle et passionnante question dont je dirai un mot dans pas très longtemps.

Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Dim 26 Juin - 1:32


Pour rien.

« Tatonga, qu’est-ce qui étonne le plus les hommes ?
-Ce qui étonne le plus les hommes, Tictoc, c’est d’exister. Comment se fait-il que j’existe ? Cette question, Tictoc, est à elle seule un mystère, le plus grand des mystères. Aucune des réponses imaginées n’est satisfaisante. Toutes ne font que déplacer la question, la décaler, la faire porter sur autre chose, sur un maillon antérieur, et la question reste sans réponse. La question n’est pas seulement difficile, mais étrange, étonnante, effrayante même. Pourquoi effrayante, je ne sais pas, Tictoc, peut-être est-elle le fondement de tous les fondements ou cache-t-elle un secret qui doit demeurer à jamais secret, interdit aux hommes. Je me dis alors que la question n’a pas de réponse ou que c’est une fausse question, je ne sais pas, je ne sais pas, Tictoc.

-On ne sait pas non plus pourquoi, Tatonga.
-Tu ne sais pas pourquoi tu existes ? Oui, c’est une autre question qui se pose, de grands philosophes se sont abimé les neurones, les ongles et les dents pour savoir, en vain, mais pour ça, j’ai la réponse, Tictoc.

-Tu as la réponse à cette question ?
-Oui, elle est simple et évidente, Tictoc : c’est pour rien, tu existes pour rien. Je dirais même que tu devais exister pour rien. Il est évident, Tictoc, que CE qui a fait les choses et les êtres (je dis CE car on ne sait pas ce que c’est pour lui donner un nom) a fait justement ces choses et ces êtres, pas autre chose, pas pour arriver à autre chose, pas pour réaliser autre chose, sinon il y serait allé directement. Tu n’es pas un commencement, tu n’es pas un relais, tu es une fin, Tictoc. Tu n’existes pas pour quelque chose, tu n’existes pas dans un but, tu existes pour rien.

-Il est évident, il est évident, c’est tout ce que tu sais répéter ! Pour moi, ce n’est pas du tout évident, CE peut très bien viser un objectif à terme, Tatonga !
-Oh non, Tictoc, non, jamais ! Mais si tu ne le comprends pas tout seul, je ne peux rien pour toi, il faut trouver un chirurgien qui te décille les yeux.

-CE est pourtant bien passé par l’animal pour arriver à l’homme !
-Oh non, Tictoc, non, jamais ! Ce CE, dont on ne sait rien et qui fait les choses et les êtres, est un pouvoir fulgurant, atypique, sans pareil, Tictoc. Il ne déduit ni n’induit, il ne construit pas par étape comme un maçon, il ne procède pas par petites touches successives. Si tu ne le comprends pas, il faut te faire débrider les yeux.

-Soit ! Mais pourquoi dis-tu que j’existe pour rien, ne faut-il pas plutôt dire que j’existe pour moi-même ?
-Ah, les mots, les mots ! C’est la même chose. Exister pour toi-même ne dit rien de plus qu’exister tout court, Tictoc. Si tu existes pour toi-même, c’est que tu n’existes pas pour servir de relais, même pas de relais à toi-même. Si tu existes pour toi-même, c’est que tu existes pour être et non pas pour faire, et c’est donc exister pour rien. Tu existes pour rien, Tictoc.

-Même pas de relais à moi-même ? Il est donc faux de dire que j’existe pour changer, pour m’améliorer ou pour m’élever…
-Très juste, Tictoc. CE ne fait pas d’ébauches, il finalise, il ne t’a pas ébauché, il t’a finalisé et n’attend pas de toi que tu changes… et tu ne changeras pas, Tictoc. Quand tu crois changer, tu ne fais que découvrir ce que tu es. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Mar 28 Juin - 1:29



Le néant plein.

« Tatonga est-il vrai qu’il a manqué à la science une fraction de seconde infinitésimale pour enfin atteindre le tout petit grain tout autant minuscule, surchargé d’énergie, dont l’explosion a donné naissance à notre univers ?
-Ha ha ha, quelle histoire ! Ces scientifiques ont une manière vraiment étrange de décrire et de rapporter les faits, Tictoc.

-Tu crois ?
-Mais bien sûr. Ce mur de Planck, Tictoc, n’est rien d’autre que ce qui sépare notre univers de l’avant-notre-univers, de cette zone d’avant que nous appelons le néant sans temps et sans espace. C’est une séparation sans la moindre épaisseur, immatérielle, opaque et symbolique, infranchissable pour les hommes.

-Et le petit grain gorgé d’énergie ?
-Ce petit grain, Tictoc, situé dans la zone d’avant, les scientifiques ne l’ont jamais vu puisqu’ils n’ont jamais franchi ce mur ; ils n’ont fait que l’imaginer.

-Il n’y avait donc rien dans cette zone d’avant ?
-Cette zone n’était pas vide, Tictoc. L’univers s’y trouvait, un univers replié sur lui-même, car il n’y avait pas l’espace et le temps dont il a besoin pour se déployer.

-Et cette fameuse et grande explosion dite Big bang ?
-Je comprends qu’il y ait eu un grand fracas. C’est la sortie de l’univers de la zone que nous appelons néant où il était confiné et son entrée par effraction dans notre zone faite de temps, d’espace et de lumière où il a pu s’étaler à son aise. Remarque qu’il t’est arrivé la même chose à toi aussi. Avant de naitre, tu te trouvais dans une zone néant comme l'univers, et, tout comme l’univers, tu disparaitras dans une autre zone néant, deux zones néant mais qui ne font qu’une en fait.

-Ça alors !
-L’intervalle entre l’apparition et la disparition de l’univers est l’histoire de l’univers ; l’intervalle entre l’apparition est la disparition du vivant s’appelle la vie, Tictoc. Les deux, l’univers et la vie, ont plongé dans le temps et finiront par en sortir… à la fin de leur temps.

-On dirait qu’un grand Dieu a voulu nous montrer l’univers dans toute sa grandeur et sa splendeur, n’est-ce pas, Tatonga ?
-Oui, on dirait, on dirait, mais rien n’est sûr, Tictoc. Ta lecture des faits n’est pas forcément la vérité, aussi vraisemblable puisse-t-elle te paraitre.

-Et moi, Tatonga, une fois disparu, que va-t-il m’arriver ?
-Tout dépend de cette zone que nous appelons néant, Tictoc. Nous l’appelons néant pour la distinguer de notre zone spatio-temporelle, mais en réalité, nous ne l’avons jamais vue, nous n’en savons rien. Si ce néant est un vrai néant intégral, parfaitement vide, alors il n’existerait même pas comme contenant et tu seras perdu, Tictoc, et l’univers également. Tout, l’univers et toi-même, serait alors apparu spontanément, sans cause et sans raison, de nulle part, comme un orage d’été qui éclate, se déchaine… et passe. Même ce CE, cause et origine obscure dont je t’ai parlé la dernière fois, n’existerait pas. A la fin des temps, il ne resterait alors plus rien, plus rien de cet orage, et il n’y aurait personne pour se souvenir, pour raconter l’histoire de l’univers et du vivant, personne pour dire il était une fois.

-Et ce néant pourrait ne pas être un néant intégral ?
-Oui, Tictoc, il pourrait être un néant plein, un néant non vide comme je l’ai supposé tout à l’heure, un néant plein où tu pourrais aller t’asseoir, et c’est bien en ce néant plein que les hommes ont placé leur espérance, sans même savoir ce qu’ils y trouveraient. Chacun le nomme à sa manière, d’un nom différent, certains l’enjolivent même avec ce qu’ils aiment en y mettant des fleurs ou des houris ou autre chose.

-C’est donc en ce néant non vide et incertain que les hommes espèrent ?
-Oui, Tictoc, c’est bien ça, mais je te répète que ce néant non vide, où les scientifiques et moi-même avions imaginé un petit grain, est tout à fait possible, même très probable, car j’ai beaucoup de mal, Tictoc, à croire que toutes ces choses splendides que nous avons connues, l’univers et la vie, passent par pertes et profits, disparaissent pour toujours comme s’il n’y avait jamais rien eu, comme si tout n’était qu’une tragicomédie. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Jeu 30 Juin - 1:45

Le transfert.

« Tatonga, sais-tu comment les hommes ont pu décrire et parler de Dieu avec autant de détails et de précision ?
-Oui, Tictoc, je le sais. Déçus par la nature à laquelle ils sont intimement liés et dont ils dépendent entièrement, ils l’ont déchue de toutes ses qualités, la toute-puissance, l’omniscience, l’infinitude, l’éternité, etc. et ont tout transféré à Dieu.

-Mais ça change quoi de transférer ?
-Attends, ce n’est pas fini. Ils n’ont pas tout transféré, ils n’ont pas transféré ce qui leur déplaisait le plus dans la nature, notamment son indifférence à leur égard.

-Ah, je vois.
-Et ce n’est pas tout. Ils ont ajouté à Dieu tout ce qu’ils auraient aimé trouver dans la nature et qu’ils n’y ont pas trouvé, notamment le pouvoir de les ressusciter.

-Ah, je vois, je vois…
-Et c’est ainsi que, transférant, retranchant et ajoutant, ils ont pu obtenir le portrait de Dieu, un portrait vivant qui leur parle, leur promet ce qu’ils souhaitent, leur dit ce qu’ils aiment entendre et agit pour exaucer leurs vœux.

-Je vois que tu te moques, Tatonga, mais il y a quand même quelque chose qui intrigue.
-Oui, Tictoc, tu as raison, il y a quelque chose qui intrigue. Plus de 10 milliards d’années sur les un peu plus des 13 que compte au total l’univers se sont écoulés sans que rien ne vienne perturber la monotonie et le silence universels. 10 milliards d’années de silence et voilà que depuis seulement un peu plus de 3 milliards, surgit la vie des entrailles même de cet univers, pour se défendre, pour se battre contre la nature. Oui, Tictoc, c’est un combat et c’est un évènement extraordinaire, inouï, inédit, sans précédent. L’homme, apparu depuis seulement 2 ou 3 centaines de milliers d’années, s’insurge contre l’ordre de la nature et la fatalité de ses lois. Fort de son intelligence, il semble revendiquer la primauté et même disputer à la nature les leviers de commande de l’univers. Oui, Tictoc, ce n’est pas anodin, c’est nouveau, c’est totalement différent de ce qu’il y avait avant, c’est un tournant décisif, radical dans l’histoire de l’univers. Cela ne peut pas ne pas avoir un sens, ça interpelle, Tictoc, et ça intrigue.

-Tu veux dire que l’homme finira par commander à l’univers ?
-Je n’irai pas jusqu’à l’affirmer, Tictoc, mais une conscience toute récente et inattendue est bien née au sein même de l’univers, même le mot révolution est trop faible pour qualifier un tel avènement. Quel sens faut-il lui donner, comment l’interpréter et est-ce sans rapport avec ce transfert dont nous parlions au tout début ? »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Sam 2 Juil - 2:17

Ni lourd, ni léger.

« Tatonga, si l’homme est le joyau de l’univers, s’il est cet être exceptionnel que l’on dit, supérieur par son intelligence et sa conscience, comment expliquer que l’univers ou la nature écrase sans ménagement et sans aucun égard une créature aussi précieuse, par milliers et par millions ?
-Drôle de question, Tictoc. Il n’y a pas que l’univers qui l’écrase, les hommes s’écrasent eux-mêmes les uns les autres avec encore plus d’entrain, mais ça ne change rien à ta question.

-Oui, comment l’expliquer ?
-C’est simple, Tictoc, et tu le sais. Pour l’univers, tout est égal, il n’y a rien de supérieur ou d’inférieur, de lourd ou de léger, de proche ou d’éloigné, de beau ou de laid, de conscient ou d’inconscient. Pour l’univers, Tictoc, les objets et les êtres ont une masse, une forme, une façon d’être, une façon de faire, etc., qui leur sont propres. C’est l’homme et uniquement l’homme qui introduit des qualificatifs pour dire : c’est lourd, c’est beau, c’est loin, c’est intelligent, c’est conscient, ça sent bon, ça sent mauvais…

-Ah je comprends pour l’univers. Mais pour Dieu, Tatonga, car il y a bien un Dieu qui commande à l’univers, pour Dieu donc, il n’y a pas de différence entre supérieur et inférieur, entre brûler un homme et brûler une meule de paille ?
-Assieds-toi, Tictoc, assieds-toi là et écoute-moi bien. Voilà ! Sache maintenant que les arguments, les pensées, les idées, les raisons, les sentiments, qui te font dire qu’il y a un Dieu sont du même ordre que c’est lourd, c’est beau, c’est supérieur, c’est intelligent, c’est loin, ça sent bon, etc. Pas seulement du même ordre, c’est les mêmes arguments et sentiments. Tout ce que tu peux avancer comme argumentaire ou invoquer comme émotion, sentiment ou sensation ne vaut que par la valeur que toi tu lui accordes. Ce n’est que ton appréciation personnelle, rien que ton appréciation personnelle en ta qualité de créature humaine, exactement comme quand tu dis c’est lourd ou léger. Hors de toi, ça ne vaut strictement rien, pas plus que la bave d’un crapaud. Bref, Dieu n’existe qu’en vertu de tes propres critères, de tes axiomes, de tes postulats, de tes narines et des prémisses de tes syllogismes.

-Je n’ai pas bien compris, Tatonga.
-Je ne peux pas mieux expliquer que ça, Tictoc, mais reste assis, tu finiras par comprendre tout seul, ne t’en fais pas. Disons que si tu me racontes tout ce qui te fait croire qu’il y a un Dieu, je comprendrai parfaitement ce que tu me dis puisque toi et moi nous sommes une même créature. Mais hors de nous deux, ton discours n’a aucune réalité, aucune valeur, et, à part nous, non seulement il ne convaincrait personne, mais nul dans l’univers n’y pigerait un traitre mot.

-Bon, maintenant, j’ai compris, Tatonga, il fallait me dire dès le début que pour Dieu je dois revenir, qu’on est cuits ou que c’est la fin des haricots et j’aurais tout de suite compris. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Lun 4 Juil - 2:01

Le socle.

« Tatonga, tu ne m’as jamais rien appris.
-Que veux-tu que je t’apprenne, Tictoc, il n’y a rien à apprendre.

-Rien ?
-Rien à savoir, Tictoc. Les Anciens croyaient que l’univers ou la terre reposait sur un socle ou sur le dos d’une tortue ou sur des piliers, et voulaient savoir. Mais ils n’ont rien pu savoir ; tout flotte dans le vide, ha ha ha.

-Ce n’est pas possible !
-Oh si, Tictoc ! L’homme a ensuite pensé qu’il pouvait attraper la matière entre ses doigts, mais niet, rien, il n’attrape que du vent ; plus il court derrière, plus vite elle s’éloigne et s’évapore dans les profondeurs du néant, ha ha ha.

-Je ne te crois pas !
-Toi-même, Tictoc, si on te déshabille de ton corps, on ne trouvera rien, pas même du vent, ha ha ha.

-Tu te moques de moi, Tatonga, et Dieu ?
-Dieu, Tictoc, est un autre socle. L’homme a toujours cherché un socle ; il adore les socles, ha ha ha. Quand il ne trouve pas le socle qu’il cherchait, il imagine un autre socle moins visible ou carrément invisible. N’ayant pas trouvé le dos de tortue, ni le socle de granit soutenant l’univers, ni les piliers de verre, l’homme a inventé le socle Dieu invisible. Voilà, voilà, ha ha ha.

-C’est une farce, Tatonga ?
-Non, Tictoc, il n’y a ni farce ni farceur. C’est ainsi que devait être le monde, sans socle d’aucune sorte. Avec un socle, Tictoc, quel qu’il soit, le monde aurait été encore plus invraisemblable, plus étonnant, plus intrigant. Ce socle t’aurait posé mille problèmes et mille questions insolubles, à commencer par d’où vient le socle ?

-C’est incroyable !
-Croyable ou incroyable, c’est comme ça. Tout est sans être, tout est là sans être là, sans entrée et sans sortie. Tu voulais savoir, eh bien voilà, maintenant, tu sais, ha ha ha ! »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Mer 6 Juil - 2:13

Le monde sait marcher tout seul.

« Tatonga, est-ce que Dieu parle ?
-Je crois que oui.
-Comment ça, tu crois, il parle, oui ou non ?
-Tu sais, Tictoc, Dieu peut parler sans parler.

-Bon, bon, d’après toi qu’a-t-il dit aux hommes ?
-Je peux te dire qu’il ne leur a certainement pas dit de s’occuper de lui, mais de s’occuper d’eux-mêmes, de prendre soin d’eux-mêmes. D’eux-mêmes ne veut pas dire chacun de soi, mais tous les uns des autres, solidairement, car ils ne font qu’un.

-Je comprends que Dieu n’ait pas besoin qu’on s’occupe de lui, Tatonga, mais pourquoi recommander aux hommes de prendre soin d’eux-mêmes ?
-Il faut voir où le bon Dieu vous a balancés, toi et ta compagne, il y a deux ou trois centaines de milliers d’années. Pire que dans une décharge. Nus, sans chemise et sans chaussures, dans une nature hostile, entourés de serpents, de scorpions, de mouches et de moustiques, de toutes sortes d’insectes volants et rampants et de bêtes féroces, sans eau courante, sans gaz, sans électricité, sans chauffage, sans clim., sans frigo, sans télé, sans lit, sans toit, sans rien. C’est là qu’il vous a abandonnés en vous disant débrouillez-vous. Et vous vous êtes pas mal débrouillés, Tictoc, mais vous avez beaucoup failli aussi, vous avez surtout été égoïstes et avez même commis des injustices et des crimes, et pour ça, vous serez jugés, Tictoc.

-Il parait que Dieu nous pardonnera, Tatonga.
-Le problème n’est pas Dieu, Tictoc, vous serez jugés et vos victimes seront là. Elles se porteront partie civile, plaideront à charge, t’enfonceront, crieront vengeance, exigeront que justice soit faite et demanderont à être dédommagées. Comment feras-tu pour les indemniser, tu n’auras pas un sou, tu n’auras rien à toi pour les désintéresser. Ça va chauffer pour tes os, Tictoc, je le crains.

-Et le bon Dieu, il ne peut rien faire pour moi ?
-Ecoute, Tictoc, tu as maintenant plus de trente ans, il est temps que tu comprennes certaines choses. Les gens et les religions te parlent d’un agent Dieu qui se tiendrait à l’écart, mais toujours prêt à interférer dans les affaires du monde. C’est un mythe, Tictoc, c’est une figure de style, une allégorie, une façon commode et plus facile de te parler de certaines choses. En réalité, personne ne t’a abandonné dans une décharge, c’est là que tu es né, c’est tout ; aucun dieu ne t’a imposé ce devoir de solidarité avec tes congénères, c’est ta situation qui l’exige ; aucun dieu ne te jugera, mais ce monde, si complexe et vivant qu’il a réussi à générer la vie en son sein, s’arrangera pour te faire payer tes crimes contre la vie. Tu vois, Tictoc, tout ira ainsi tout seul, comme une suite de causes et de conséquences, nul besoin d’une interférence extérieure. Le monde, Tictoc, n’a pas besoin d’être soutenu ou guidé, il est animé, il est vivant, il sait marcher tout seul. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Ven 8 Juil - 1:26

L’arrière-fond.

« Tatonga, tu as dit que la terre savait marcher toute seule.
-Oui.
-Tu veux dire qu’il n’y a pas Dieu ?
-C’est un peu plus compliqué, Tictoc. Il y a et il n’y a pas.

-comment ça, il y a et il n’y a pas ?
-Ce qu’on peut dire, Tictoc, c’est qu’il ne peut rien y avoir sans rien, il ne peut pas y avoir un monde sans rien à la base, sans un arrière-fond.

-Tu veux dire qu’il doit y avoir une cause.
-Je n’aime pas le mot cause, Tictoc, car une cause suppose une autre cause, et pas davantage le mot origine, mais il faut bien comprendre qu’il ne peut y avoir quoi que ce soit sans qu’il y ait quelque chose qui fasse que ce qui est soit. Je préfère donc dire un principe. S’il y a quelque chose, s’il y a un monde, c’est qu’il y a un principe qui fait que ce monde soit. Les gens ont bien compris que ce principe est absolument nécessaire, et c’est pourquoi ils disent qu’il y a une Cause, une Origine, etc.

-C’est quoi un principe ?
-C’est très difficile à dire, Tictoc, très difficile, surtout qu’avec toi il faut tout le temps parler comme à un enfant. Pour qu’il évoque quelque chose dans ton esprit, je l’ai appelé arrière-fond. Si tu veux te le représenter concrètement, tu peux y voir une sorte de fond de toile.

-Ce principe à la base du monde existe donc ?
-Absolument, nécessairement, Tictoc. Sans fond de toile, pas de toile. Il existe, mais il ne faut lui attacher aucune qualité, aucune caractéristique. C’est un principe pur dont la seule et unique raison d’être, l’unique utilité est d’être à la base du monde. Garde-toi donc de dire qu’il aime le chocolat ou qu’il déteste les biscuits, car alors il ne serait plus un pur principe, tu en ferais un objet hybride, tu le confondrais avec un animal ou un homme ou un objet quelconque de la toile.

-Je peux l’appeler Dieu ?
-Oui, ce Dieu existe, Tictoc, et il a fait le monde tel qu’il devait se faire, sur la base d’un principe, sur la base du principe qu’il est. Le monde n’est pas le principe, mais il est la figuration parfaite de ce principe. Si tu veux une autre image, tu peux comparer le monde au graphe du mathématicien et le principe à l’équation qui a servi à le tracer.

-Et quel est le Dieu qui n’existe pas ?
-C’est celui qu’imaginent les hommes, Tictoc, le chauffeur tout le temps là pour manœuvrer le volant et les pédales, qu’ils font intervenir à tout instant, celui qu’ils croient pouvoir eux-mêmes manœuvrer. C’est ce Dieu au volant, pur produit de l’imagination des hommes, qui n’existe pas. Le vrai Dieu, Tictoc, pur principe, sait faire ce qu’un fabricant de jouets sait faire aujourd’hui, il sait faire une auto roulant sans chauffeur, un monde qui marche tout seul. Dieu est un principe, rien qu’un principe, un fabuleux principe.

-Dans ce cas, Tatonga, même le Dieu que tu dis exister n’existe pas, puisqu’il n’y a finalement qu’un monde qui fonctionne tout seul selon un principe.
-Oui, mais il y a un principe, Tictoc, et il ne faut pas sous-estimer ce principe, il a la puissance d’un Dieu. On ne fait pas un monde où il y a des chats qui miaulent, des moineaux qui volent et des arbres qui fleurissent sans être infiniment puissant. Ce principe, Tictoc, est à la base d’un mécanisme très sophistiqué, il a tout prévu, tous les cas de figure, et ce mécanisme, le monde, agit et réagit tout seul exactement comme si un Dieu omniprésent était là pour décider et exécuter chaque fait. Ceux qui disent que chaque fait, le moindre petit fait qui survient, est une volonté de Dieu ont bien raison, Tictoc ; ce ne sont pas des superstitieux comme on les qualifie souvent.

-Chaque fait qui se produit, aussi infime soit-il, est prévu et se réalise en vertu de ce principe, par ce principe ?
-C’est évident, Tictoc, tout est expression de ce principe, comme le graphe est expression de son équation. Sinon d’où viendrait ce fait qui se produit et comment ce qui est organisé aurait-il pu s’organiser et les chiens auraient-il pu aboyer ? Si nous avons du mal à croire à ce prodige et si nous commettons parfois le sacrilège d’invoquer le hasard, c’est parce que tout ce qui se produit dans le monde et dans ta vie ne se produit pas selon nos calculs et nos prévisions. Ce principe, Tictoc, est Dieu. Si nous en doutons parfois, c’est parce que nous sommes incapables de comprendre et de prévoir ses actions, parce que nous voulons aussi qu’il satisfasse nos désidératas. Il a bien une logique, mais pas la nôtre et n’essaie pas de la deviner, elle n’est pas simple, ce qui a fait la maison monde, notre monde si prodigieux, n’est pas simple et pas facile à comprendre, Tictoc, pas facile du tout. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Dim 10 Juil - 1:53

Le chat.

« Tatonga, c’est quoi la vie ?
-Personne ne le sait, Tictoc, même la vie ne le sait pas, mais tu peux voir la vie si tu veux.
-Je peux voir la vie ?
-Oui, Tictoc. Si un chat se campe devant toi sur ses pattes de devant et lève la tête pour te regarder, tu peux voir tout au fond de ses yeux pétiller un feu, sauter et danser des flammes. C’est la vie, Tictoc, chatoyante, flamboyante, débordante de vie ! Et tu verras aussi autre chose.

-Je verrai autre chose ?
-Tu liras dans ses yeux anxieux toutes les questions, tous les pourquoi et tous les comment que tu te poses. Il croit que tu sais, il t’interroge, il attend une réponse, puis s’en va déçu et triste s’allonger plus loin.

-Le chat s’interroge ?
-Oh oui, Tictoc, il s’interroge. Est-ce le chat, est-ce la vie qui s’interroge ? C’est la vie par le chat, elle ne comprend pas, elle veut savoir qui elle est, d’où elle vient, pourquoi et comment.

-La vie aussi s’interroge ?
-C’est toujours la vie qui s’interroge, Tictoc, elle est anxieuse et elle souffre, elle souffre, Tictoc. Elle s’est trouvée là, perdue dans ce monde, sans savoir comment ni pourquoi. Elle est là, grelottant de froid, titubant, se heurtant aux arêtes coupantes des rochers, trébuchant dans les récifs, ballotée par les vagues et les vents, menacée de partout. Elle ne comprend pas, elle ne sait quoi faire, elle s’accroche à tout, aux arbres, aux escargots, aux libellules, aux hirondelles, aux hommes, aux femmes, et elle souffre, Tictoc, elle souffre d’être enfermée en ces lieux inhospitaliers.

-La vie souffre ?
-Oui, Tictoc, prise dans les filets d’une nature sauvage aveugle et sourde, prisonnière sans savoir comment ni pourquoi, elle se débat, subissant les affres des captives.

-Mais pourquoi la vie s’est-elle faite chats, chatons, chattes, chiens, chiots, hommes, femmes ?
-C’est la vie, Tictoc, elle s’est faite plurielle pour avoir beaucoup de bras, pouvoir s’étreindre et beaucoup s’aimer. Elle s’aime et t’aime, Tictoc, et elle s’amuse, elle a même inventé le rire pour rire, et elle espère, espère vivre longtemps, elle espère toujours. Vive la vie, Tictoc ! »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Mar 12 Juil - 2:21

Le rêve.

« Tatonga, je rêve, je rêve…
-Bah, je sais de quoi tu rêves, Tictoc, pas la peine de crier si fort.
-Tu sais de quoi je rêve ?
-Bien sûr, Tictoc, qui n’a entendu parler du paradis ? Tu veux être toujours jeune, très riche et très beau, c’est bien ça, n’est-ce pas ?

-C’est bien ça, Tatonga. Si c’est ça le paradis, je veux y aller tout de suite.
-Tu aurais tort, Tictoc, tu aurais tort. Au paradis, tout le monde sera jeune, personne ne remarquerait ta jeunesse ; tout le monde aura ce qu’il veut, il ne te servirait à rien d’être riche ; tout le monde sera beau et personne ne verrait que tu es beau. La vieillesse, la pauvreté et la laideur y sont inconnues, tu ne tirerais aucune satisfaction d’en être épargné ; au contraire, ça t’ennuierait à mourir. Tu vois, Tictoc, il vaut mieux avoir peu ici que tout avoir au paradis.

-Mais au paradis, il y aura peut-être des classes sociales, tout le monde ne sera pas au même rang.
-Tu dis n’importe quoi, Tictoc. S’il y a des classes sociales, ce ne sera pas un paradis, ce sera comme ici avec des riches, des pauvres et des malheureux. Des malheureux au paradis, tu te rends compte !

-Ah ça, je n’y ai pas pensé… il faut donc des malheureux pour être heureux.
-Je crains fort que ce soit ça, Tictoc. Il faut dire aussi que Dieu n’est pas mieux loti que les gens du paradis. Comme il est seul, unique, il ne doit pas lui servir à grand-chose d’être omnipotent et omniscient. Quand on constitue à soi seul une catégorie à part, unique, sans aucun alter, sans compétiteur, on n’est pas valorisé, Tictoc, et il y a de quoi s’ennuyer ferme. C’est tellement vrai que Dieu en a été réduit à créer de petits Tictoc pour lui faire des génuflexions et pour l’admirer.

-C’est triste d’être Dieu unique ?
-Oh oui, Tictoc, c’est très triste ; rien n’est plus insupportable que la solitude. Il vaut mieux être un petit poisson dans la multitude océanique qu’un gros poisson solitaire. Alors tiens-toi tranquille, contente-toi de la place que Dieu t’a assignée. Fort de son immense sagesse, Dieu savait ce qu’il faisait et ce qu’il fera.

-Les religions n’ont donc rien compris au paradis…
-Les religions ? Comprennent-elles seulement ce qu’elles disent, Tictoc ?

-Et si le paradis était un état d’extase permanent qui n’a rien à voir avec l’alternance du chaud et du froid, du malheur et du bonheur, que nous n’avons jamais expérimenté, jamais connu.
-Possible, tout est possible, Tictoc. Nos jugements sont déterminés par ce que nous avons expérimenté. Possible que tous les mystères du monde ne sont mystérieux que parce qu’ils relèvent de l’inconnu, de ce que nous n’avons jamais vécu, jamais expérimenté. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Jeu 14 Juil - 1:28


La tempête de sable.

« Tatonga, le monde, l’univers, c’est quoi ?
-Ce n’est rien, Tictoc, rien de rien, il n’y a que les hommes qui en font… tout un monde.
-Le monde, ce n’est rien ?
-Il n’est rien, Tictoc, il n’y a que les hommes qui s’imaginent des choses. Si demain le soleil se rapproche ou s’éloigne un peu ou si une mauvaise mouche pique un de ces cinglés qui dirigent le monde, l’humanité sera détruite, toute trace de vie disparaitra et tu verras alors ce qu’est réellement le monde.

-Je verrai quoi ?
-Tu verras que l’univers n’est qu’une tempête de sable, rien de plus. Il ne restera rien des sciences, des divinités, des valeurs, des principes, que les hommes ont inventés pour meubler et peupler le monde. Ce que tu appelles justice, culture, droit, progrès, histoire, civilisation, liberté, disparaitra avec les hommes et il ne restera que la poussière de sable.

-Même la science ?
-Quelle science, Tictoc ? Dire qu’un grain de sable est à telle distance d’un autre, qu’un autre est noir et lointain, qu’un autre encore est plus gros et plus brillant et comment poussent les champignons, crois-tu que ça change quoi que ce soit à la tempête de sable ? Si tu veux mon avis, ce que font les hommes n’a pas plus d’importance que ce que font les sauterelles et les mulets quand ils agitent leurs antennes ou leurs oreilles. Tout ce folklore humain disparaitra avec les hommes pour laisser voir le monde tel qu’il est réellement : un banal vent de sable.

-Tu te trompes, Tatonga. Si les créatures vivantes sont détruites par le soleil ou par un fou, il restera la vie, car ce n’est pas le vivant qui crée la vie, c’est le contraire, c’est la vie qui crée le vivant, et tu ne peux donc réduire le monde à une simple tempête de sable.
-Il restera la vie ! voilà encore un mythe, Tictoc, le mythe de la vie qui existerait hors de tout vivant. Si ce que tu dis était vrai, Tictoc, on aurait eu hier et on aurait aujourd’hui de grosses bêtes nouvelles et de toutes petites bébêtes toutes nouvelles. Mais il n’y en a pas eu, le vivant n’est apparu qu’une fois, pour la première et la dernière fois, il y a plus de trois milliards d’années, un jour où il a fait trop chaud, un jour où il a fait trop humide, et depuis, il n’y a rien eu.

-Ce jour-là fut un jour béni, Tatonga.
-Un jour maudit, Tictoc, un jour maudit. C’est depuis ce jour que le sang fut versé sur la terre, que les malheurs, les souffrances, les larmes, l’angoisse et la peur étendirent sur le monde leur ombre funeste. Ton monde, Tictoc, pour qui a des yeux pour voir, est un désert de sable maculé de trainées de sang. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Sam 16 Juil - 5:16


Le bateau ivre.

« Tatonga, c’est quoi ce titre étrange ?
-Je ne sais pas, Tictoc, ça me rappelle vaguement quelque chose qui a été écrit par je ne sais qui, mais aucun rapport.

-Et c’est quoi alors, ton bateau ivre ?
-C’est le monde, Tictoc. Il est ivre et tel un bateau pris dans la tempête, il tangue balloté par les flots, secoué par les vents, et il est ivre, Tictoc, il est ivre.

-On est dans un bateau ivre ?
-C’est la vérité, Tictoc, la vérité vraie, il est soûl, et tous les hommes y sont enfermés, secoués à leur tour, désorientés, désemparés.

-Et les hommes le savent ?
-Oui, Tictoc, ils le savent et ils essaient d’oublier. Quand ils parlent, quand ils s’amusent, quand ils rient, quand ils pleurent, quand ils dorment, quand ils rêvent, quand ils écrivent, quand ils marchent, quand ils pensent, quand ils travaillent, quand ils chantent, quand ils jouent, quand ils prient, quand ils bâtissent, quand ils se disputent, quand ils tuent, quand ils font l’amour, quand ils font la guerre, c’est pour oublier, Tictoc.

-Et ils arrivent à oublier ?
-Comment oublier, Tictoc, le bateau est toujours là, et il n’est pas normal, pas normal, ce bateau, Tictoc, c’est un bateau étrange, un bateau fou, un bateau fantôme, venu on ne sait d’où, voguant entre mer démontée et cieux déchainés, et les hommes y sont enfermés, sans issue de secours. Pourquoi, pourquoi, pourquoi, c’est la question, Tictoc, mais personne n’est là pour répondre, personne ne sait, c’est un bateau ivre sans matelots et sans capitaine pris dans les flots d’une mer démente, et les hommes y sont enfermés. C’est la vérité, Tictoc, la vérité vraie. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Lun 18 Juil - 5:24

Le ballon.

« Tatonga, c’est quoi un matérialiste ?
-Je ne sais pas, Tictoc, je ne suis pas prof et je ne vais pas me taper des bibliothèques pour répondre à ta question ; des matérialistes, il y en a de toutes sortes, et c’est compliqué. Tu sais lire, alors vas-y lire toi-même.

-Explique quand même, Tatonga, je préfère écouter ta manière de dire les choses.
-Le matérialiste explique tout par la matière. Le matérialisme est défini comme la doctrine qui affirme le primat de la matière sur l’esprit. J’ajouterai pour ma part que scinder le monde en matière et esprit est une métaphysique surtout occidentale, c’est-à-dire naïve, pour ne pas dire infantile, mais c’est un autre sujet.

-Si tu crois que je vais comprendre ça…
-Le matérialiste explique tout par les lois physiques et chimiques, il dit que l’éclair c’est de l’électricité, que la cause A produit l’effet B, que deux substances C et D mises ensemble donnent le produit E, qu’un spermato et un ovule donnent un enfant, que c’est la matière qui génère ce qu’on appelle l’esprit et non le contraire… et que tout cela n’a nul besoin de l’intervention d’un pouvoir surnaturel pour se produire, que l’esprit n’est en quelque sorte que de la matière subtile.

-Et qu’en penses-tu ?
-Je n’en pense rien, Tictoc, je sais seulement que les lois physico-chimiques, nous n’avons pas attendu les matérialistes pour savoir ce que c’est, nous en avons une idée depuis l’avènement de l’Homo sapiens, je crois même avant, et nous le savons de mieux en mieux avec les avancées de la science.

-Oui, et alors ?
-Pour les non-matérialistes, les idéalistes comme on les nomme, les lois physico-chimiques c’est bon pour expliquer ce qui est à l’intérieur de l’univers.

-Pourquoi, il y a des choses à l’extérieur ?
-Pour les non-matérialistes, ce que tu appelles l’extérieur est la grande question, Tictoc. Imagine que le monde soit un grand ballon, tu peux expliquer par la physique et la chimie ce qu’il y a à l’intérieur du ballon, mais le ballon, lui, ne s’explique pas ainsi, tu ne peux pas expliquer son émergence ou son existence par des lois physico-chimiques, comme tu le fais pour l’éclair ou la pluie.

-Un ballon, quel ballon, Tatonga, il n’y a peut-être que ces choses intérieures et nul ballon pour les envelopper.
-C’est moi qui parle de ballon, c’est une image, Tictoc, pour t’expliquer la position des non-matérialistes. Si tu veux, on va dire les choses autrement. Il n’est pas évident qu’une cause A produise l’effet B, si ça te parait évident, c’est parce que tu y es habitué, c’est tout ; il n’est pas évident que deux substances mises ensemble forment une troisième ; il ne va pas de soi qu’un spermato et un ovule donnent un enfant. Il y aurait donc autre chose, Tictoc, qui n’est ni physique, ni chimique, ni matière, donc de nature spirituelle, et qui aurait décidé que les lois physico-chimiques que tu connais soient telles qu’elles sont et non autrement, cette autre chose transcenderait donc les lois qui régissent l’intérieur du ballon, c’est elle qui aurait édicté ces lois intérieures. C’est le point de vue des non-matérialistes.

-Cette autre chose, c’est l’Esprit ?
-Les idéalistes l’appellent l’Esprit, Tictoc. Ils disent qu’elle pense, alors ils l’ont appelée Esprit par analogie je suppose avec leur esprit.

-Et c’est Dieu ?
-Oui, les non-matérialistes l’appellent aussi Dieu, mais ils ne savent pas au juste ce que c’est, car dire que c’est Dieu, ça ne sert pas à grand-chose, Tictoc, il y a même des chats qui se font appeler Dieu et ça ne nous a pas instruit davantage sur les chats.

-Tatonga, tu m’as parlé beaucoup plus des non-matérialistes que des matérialistes.
-Il le fallait, Tictoc, et puis ce n’est pas fini, ce qui est renversant, c’est la suite… »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Mer 20 Juil - 1:41


Le somnambule.

« Tatonga, si j’ai bien compris le matérialisme, c’est la matière qui m’a tissé des intestins là où j’en ai besoin et qui a fait les hommes et les femmes pour qu’ils se reproduisent.
-Oui, c’est bien ça, mais soyons prudents, dire pour qu’ils se reproduisent suggèrerait l’idée d’intention, ce qui ne me semble pas être le cas de la matière.

-Consciente et intelligente, elle sait donc faire ce qu’il faut.
-Non, Tictoc. Elle fait certes les choses intelligemment, mais elle n’est ni intelligente ni consciente.

-Intelligemment sans intelligence, sans intention et sans conscience, elle est somnambule alors ?
-Si l’image d’un somnambule te parle, tu peux dire somnambule, Tictoc, mais un somnambule qui ne se réveillera jamais, bien entendu.

-Je n’arrive pas à comprendre, Tatonga, je ne peux pas comprendre qu’on fasse les choses intelligemment sans être intelligent et conscient.
-Ce n’est pas la faute des matérialistes si tu n’arrives pas comprendre, Tictoc, c’est la matière qui a négligé de te faire assez intelligent pour comprendre.

-Ah c’est donc la matière inintelligente et inconsciente qui m’a fait intelligent et conscient ! Ce n’est pas possible, Tatonga, il y a de quoi perdre la raison.
-C’est ainsi, Tictoc. Elle est capable de faire des êtres intelligents et conscients sans l’être elle-même.

-Mais alors, la matière peut très bien faire un dieu intelligent et conscient, peut-être même l’a-t-elle déjà fait, pourquoi pas ?
-En effet, pourquoi pas ? Elle peut faire effectivement un dieu conscient et intelligent et même plusieurs, mais ce ne serait jamais qu’un morceau de matière comme toi, et c’est la matière qui resterait maitresse du jeu.

-Un morceau de matière comme moi ?
-Oui, Tictoc, tu n’es qu’un morceau de matière gonflé d’air, tu marches, tu cours, tu sautes, penses et ris, puis un jour tu te dégonfleras pour n’être plus qu’un morceau de matière dégonflé, comme tout pneu crevé.

-Mais ce n’est pas possible un monde pareil, pourquoi n’y a-t-il pas un vrai Dieu, Tatonga ?
-Ce monde, c’est tout ce qu’il y a, Tictoc, il n’y en a pas d’autre. Remarque que s’il y avait eu un Dieu intelligent et conscient, il n’aurait certainement pas commis la sottise de créer le monde — ce monde devrais-je dire, car c’est le seul possible —, et tu n’aurais pas eu de monde du tout. Alors, tu vois…

-J’ai dit un Vrai Dieu, Tatonga, capable de faire le monde qu’il veut… et qu’il faut.
-Je sais, je sais, Tictoc, tu penses au Dieu magicien que s’imaginent les hommes, capable de tout, mais ce Dieu-là est impossible, Tictoc, c’est une fiction, car le monde lui-même à son mot à dire, a ses exigences et impose ses règles pour exister. Mais bref, à quoi bon parler d’un Dieu impossible. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Tatonga Ven 22 Juil - 1:54


Le chimiste.

« Tatonga, je veux comprendre comment la matière peut être intelligente sans être intelligente.
-Je ne sais pas comment te l’expliquer, Tictoc, mais sache d’abord que s’il y a un monde, c’est parce qu’il y a cette matière-là… et que s’il n’y avait pas cette matière aux multiples propriétés, il n’y aurait pas eu de monde du tout. Tu vois, c’est simple ! La matière, c’est évidemment l’eau, l’air, la pierre, la chair dont tu es fait…

-Tu ne réponds toujours pas à ma question, Tatonga.
-Comment te répondre, Tictoc ? Peut-être qu’avec des exemples… Tiens, prends le caoutchouc par exemple, c’est un élastomère, il n’a pas besoin d’être intelligent pour être élastique, et pourtant il est élastique. Prends une molécule naturelle, elle est naturellement ce qu’elle est, elle n’a pas besoin d’être intelligente. Mais pour produire une molécule de synthèse, il faut l’intervention d’un chimiste intelligent, savant, inventif, ingénieux, créatif.

-Ah maintenant, j’ai compris, Tatonga.
-Si tu as compris, alors tu as compris que le monde est une molécule naturelle, mais les hommes croient qu’il s’agit d’une molécule de synthèse et ils cherchent le chimiste, ha ha ha ! Certains disent qu’il est en haut et que nous devons monter pour le rencontrer, d’autres qu’il est à l’intérieur de la molécule, d’autres encore qu’il est en cours de formation et qu’il viendra plus tard. Ah mon Dieu, que d’histoires, que d’histoires, Tictoc, même les plus fins esprits s’y sont mis, racontant les contes les plus loufoques.

-Et il n’y a pas de chimiste ?
-Mais bien entendu qu’il n’y en a pas, puisque la molécule est naturelle. Mais que n’a-t-on pas raconté à propos de ce chimiste ! Certains disent qu’il est bon et généreux, d’autres qu’il est hargneux et cruel, et d’autres encore qu’il aime, pas tout le monde, mais qu’il aime ceux qu’il aime, nous, et qu’il déteste ceux qu’il déteste, les autres. »
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7032
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pérégrinations 3. - Page 6 Empty Re: Pérégrinations 3.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum