Des vêtements et des femmes.

Aller en bas

Des vêtements et des femmes.

Message par Amandine le Mar 15 Mai - 0:35

Message partiellement effacé.


J’ai envie d’écrire ici un texte que je pourrais donner à lire à ma fille.  Ça me renvoie à la question du double langage. J’ai souvent l’impression que je ne tiens pas le même discours à mes différents interlocuteurs. Pourtant mon idée de fond est assez constante. Je ne change pas tous les jours de pensée, je ne vis pas dans une peur qui m’empêche de parler et je n’ai pas non plus pour objectif de manipuler mes interlocuteurs. Par contre j’ai l’objectif de me faire comprendre au mieux, ce qui est une tâche ardue, surtout si on la double de la tache de se comprendre soi-même. Ce préambule est terminé et il apportera un éclairage à ce qui va suivre.


Aujourd’hui tu es une petite fille qui aura bientôt trois ans. Tu existes depuis longtemps, et avant ta naissance je pensais déjà très fort à toi. Avant que tu naisses,  j’avais peur. Je ne savais pas comment réconcilier ma religion et mon pays, la France et l’Islam qui commençait à se chercher douloureusement. Je ne voulais pas que toi, au milieu, tu en paies le prix. Les filles d’immigrés, parce que ton père est un immigré, c’est un mot qui donne un air un peu pauvre et qui fait souvent honte à ceux à qui ont l’attribue. Pour moi, c’est un synonyme de héro. Ton père est un grand héro, il est parti tout seul, vers une terre inconnue, il est allé chercher une terre favorable pour y construire sa maison. Je m’éloignerais trop de la question que je veux aborder ce soir si je raconte tout ça, mais je le ferai un jour inch’Allah. Donc je démarrais ma vie avec ton père, je jonglais avec mes jeans pour aller au travail, et mes takchitas que ta tante me cousait pour partir au Maroc. J’aurais du te garder ma première robe marocaine, elle était splendide, toute brodée à la main. En écrivant ces lignes, je me dis que je t’en garderai quelques-unes à l’avenir. Mes jeans aussi, si tu veux je te les garde, d’ici à ce que tu les remplisses ce sera peut-être des pièces de collections :lol :

Ma chérie, mon cœur, tu n’étais pas encore née que je me demandais déjà si tu porterais un foulard, si tu aurais la possibilité de choisir des jupes courtes et des talons hauts ! Quand j’ai écrit ce livre, j’avais peur que tu te rebelles et envoie tout balader, ta famille avec. J’avais peur aussi que tu sois plus royaliste que le roi que tu sois une intransigeante petite musulmane dans laquelle je ne me reconnaîtrais pas.

Tu n’es pas née, j’ai eu deux garçons.
Et puis tu es arrivée !!! Mon bonheur, tu t’étais fait désirer. J’avais eu le temps de me faire à l’idée d’avoir une fille, je crevais d’envie d’avoir une petite suite, « quelqu’une » à élever à qui je donnerai tous les bons tuyaux. T’étais si belle que j’ai su immédiatement que rien ne pourrai jamais voiler ta beauté. Tu pourras en mettre des foulards, autant que bon te semble ! A t’en faire des cabanes, ou des plus longs que les voiles d’un bateau. T’étais vivante, t’as souri le premier jour ! Je t’ai prise en photo, j’avais ma preuve !  T’es si belle mon Inès, que j’en suis jalouse de tes futurs amoureux. Avec ton mauvais caractère, ça je serai contente de leur refiler, qui te rends encore plus belle aujourd'hui !

Bon, je m’éloigne de mon sujet quand même, il s’agissait de te filer le dressing code de la soirée ! Ah voilà un belle exemple de double discours, est ce que je donnerai à lire à ma petite fille quand elle aura grandi, ce genre de phrase ?
Bon allez on se recentre.


Ma fille, je ne sais pas comment sera le monde quand tu deviendras une jeune femme, mais je crois que les vêtements des femmes seront toujours au centre des préoccupations, car ils touchent au thème de la place de la femme dans la société.
L’Islam recommande la pudeur. Ce n’est pas un programme très alléchant pour une jeune fille qui découvre qu’elle est belle et l’effet que ça produit sur le monde et la gente masculine. Pourtant la pudeur ce n’est pas l’enfermement, ce n’est pas non plus le rejet de l’amour ou du désir qui sont des sentiments tout à fait normaux et respectables. C’est plutôt refuser l’exhibition. La pudeur c’est à la séduction ce que la modestie est à l’intelligence. Il ne s’agit pas de renoncer à plaire mais plutôt savoir se comporter de façon adaptée.
J’arrive enfin au bout de mon raisonnement. Et je boucle avec cette histoire de double discours. Dans un environnement donné, je choisi la tenue adaptée. Je ne vais pas à la plage avec ton grand-père du Maroc en string. Tout comme je ne me présente pas à mon travail avec une burqa. Parce que mon habit est à mon service pour me sentir bien. Parce que je ne suis pas le jouet des intégristes qui veulent m’utiliser comme publicité pour une idéologie moribonde, je ne crois pas en un Islam qui s’impose partout et qui tente de bannir les femmes de l’espace public. Et parce que je ne suis pas non plus au service des racistes qui crient à l’atteinte de la laïcité si je préfère garder ma robe en présence de ton adorable grand père (qui serait bien gênée, le pauvre si je débarquais en maillot de bain devant lui) quitte à plonger en robe longue dans la mer, tant pis pour celles qqui me diront qu'on est ridicules et que ma robe me dérange (c'est quand même pas elles que ça dérange! lol )

La vraie liberté, c’est de laisser les femmes choisir la tenue dans laquelle elle se trouve bien, à la fois en phase avec leur environnement et leur désir profond.
Ne te trompes pas ma chérie, ne te mets jamais du côté de ceux qui savent, ceux qui condamnent. Ceux qui imposent. Tu seras une adolescente, et une ado, c’est fragile, ça a besoin d’un groupe, de reconnaissance, et c’est dans nos mots qu’il faut chercher d’abord la pudeur. Ne reproche pas à celles que tu croiseras sur ta route d’être habillée comme un sac ou trop dénudée. C’est la seule faute de goût qui me peinerait.

Pour le reste, il n’y a pas d’erreur possible, tu seras toujours belle quoique tu portes, quoique tu choisisses. Même si tu débarques en bikini au Maroc ou que tu me fais mourir de peur en présentant ton oral du bac avec un foulard. Même si je ne comprends pas tes combats, même si tu combats contre moi. Je te pardonnerai tout. Tu seras toujours belle. (Mais je me réserve le droit de crier, punir, me lamenter, user de chantage affectif, ect… Et oui, c’est ça les mères, j’en ai eu une aussi, aujourd’hui je la comprends mieux !!! :lol : )


Ça n’a peut-être pas de sens d’inonder le forum de ce long texte, mais comme je suis seule ici, je m’épanche un peu, ça me laisse le temps de mettre tout ce qui me passe par l’esprit à plat sur une feuille. Il est tard mais je poste car demain est un autre jour, et je n’aurai pas le courage, et peut-être pas envie de le relire et le retravailler. Donc Geveil (j’éspère que tu es flatté, je te cite dans tous mes messages ! :lol : ) pardonne moi à l’avance pour mes fautes d’orthographe. Je vais faire une relecture rapide mais j’ai remarqué que quand elle est immédiate, je saute généralement par-dessus les fautes à corriger.


Dernière édition par Amandine le Mar 15 Mai - 18:42, édité 1 fois (Raison : retrait d'informations personnelles.)
avatar
Amandine
Admin

Féminin Messages : 233
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des vêtements et des femmes.

Message par cheyenne le Mar 15 Mai - 10:37

Message effacé.

Cher Cheyene, la réponse à ta question est oui, mais je réalise que j'ai donné deux infos personnelles. J'interdis à mes enfants de le faire et je bafoue moi-même les règles de sécurité élémentaires. J'ai donc effacé les morceaux en question.  
avatar
cheyenne

Masculin Messages : 413
Date d'inscription : 08/01/2017
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum