forum-religions: la maison d'Inès
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -17%
Game & Watch Super Mario Bros System en ...
Voir le deal
49.99 €
Le Deal du moment : -30%
HAUCK Lit parapluie Dream N Play
Voir le deal
29.39 €

conférence sur "l'amour"

Aller en bas

conférence sur "l'amour" Empty conférence sur "l'amour"

Message par Amandine le Mar 25 Aoû - 14:53



Voici un petit entretien que j'ai écouté récemment et qui m'a donné envie de revenir parler avec vous. Surtout avec mon très cher Gaston qui s'échine à garder ce forum vivant. Tu mérites bien que j'apporte une petite pierre à cet édifice à l'abandon. Evidement aussi à Tatonga, mais je ne pense pas que ce genre de conversation puisse l'inspirer. Au mieux le révolter lol

D'abord un petit mot sur Boris Cyrulnik. Je l'ai découvert à travers le livre "les nourritures affectives" qui m'a été donné à lire en cours d'éduc. Un livre assez technique sur l'attachement. Rien d'inoubliable. Mais ensuite, monsieur Cyrulnik est devenu célèbre avec sa vulgarisation de l'idée de résilience. La résilience étant la capacité à surmonter une épreuve, entre autre la maltraitance infantile. Ce qui ne cesse de me préoccuper. Et son analyse résolument positive tournée vers l'observation de ce qui marche et simplement son désir de le partager et le diffuser m'ont beaucoup intéressée. J'ai regardé cette conférence pour sa présence. J'ai trouve un vieux monsieur charmant et rieur. Mais j'ai été déçue par le manque de profondeur de son discours et les platitudes avancées. Au bout d'un moment, j'ai même fini par le trouver ridicule dans son jeu de clown et démagogue dans sa mièvre apologie des femmes. Finalement aussi stéréotypé que son opposé. Et donc aussi enfermant.

Du coup c'est une bonne transition pour une petite critique du discours de cet entretien.
Ils interrogent le sens du couple en dehors de l'institution du mariage, qui n'a plus le même sens depuis 50 ans. Mais je trouve qu'ils ne l'interrogent pas bien. Je vous laisserais les écouter pour vous faire votre propres opinion. Ils présentent le mariage comme un contrôle de la femme et ainsi un contrôle de la paternité sur la descendance. Un peu aussi de l'usage du mariage pour tisser un lien social mais uniquement avec la femme qui en serait l'objet offert. Et jamais actrice de ce tissage encore moins dans l'intension de déterminer la paternité des enfants à naitre. Hors la réalité est bien moins scindée. L'homme s'il n'est pas offert dans l'emballage d'une robe de mariée n'en est pas moins attaché à sa famille avec lui aussi une part d'obligation. Si ce n'est pas aussi marqué au niveau de la fidélité sexuelle (et encore, il ne fait pas exagérer dans l'immense majorité des cas, c'est aussi une des conditions demandées à l'homme) il lui reste un autre devoir de fidélité à sa famille, que ce soit le classique devoir de "subvenir à leur besoins" matériels. Mais au delà, l'engagement affectif est le même, l'homme et la femme sont engagés l'un envers l'autre à permettre l'éducation de leur progéniture commune. Et cela ne me semble pas appartenir au siècle passé. Je regarde autour de moi, et constate que la plupart des couples posent cet élément en haut de la liste de ce qui les engagent.

J'avais pensé à une petite métaphore pour expliquer ce qui m'a gêné dans cet entretien. C'est comme si, au lieu de se battre pour ouvrir une porte, ils nous encourageaient à faire sauter la maison. Et je crois que c'est beaucoup le discours ambiant de notre époque.
Je suis absolument ravie et la première à en bénéficier de pouvoir travailler, me déplacer, d'avoir pu choisir mon époux, d'avoir eu accès à l'éducation, ect… Mais je suis aussi heureuse de pouvoir revenir dans ma maison, d'y trouver le père de mes enfants qui est engagé avec moi à une certaine constance, à une permanence, à pouvoir offrir sécurité et affection à nos enfants. Une sécurité et une affection dont nous bénéficions aussi l'un de l'autre et l'un pour l'autre.
Il ne s'agit pas de vouloir faire entrer tout le monde dans la maison. Il y a des claustrophobe, il ne faut pas les oublier! lol homme ou femme. Celui qui ne veut pas vivre dans ce cadre, il est de son droit de vivre en tente ou en roulotte. A la belle étoile si ça lui chante. Mais ce n'est pas parce qu'on reconnait le droit de vivre hors de la maison qu'il faut faire écrouler les mur de celle-ci.

Voilà. Ce n'ai que ma petite interprétation. Je vous laisse découvrir cela, si ça vous dit.


Dernière édition par Amandine le Mar 25 Aoû - 21:04, édité 1 fois
Amandine
Amandine
Admin

Féminin Messages : 28
Date d'inscription : 05/06/2020
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

conférence sur "l'amour" Empty Re: conférence sur "l'amour"

Message par gaston21 le Mar 25 Aoû - 17:35

J'apprécie énormément Boris Cyrulnik. Il est vrai qu'il se fait âgé et qu'il a raison de profiter de sa Provence. Il a tellement souffert quand il était enfant et il a vu la mort de si près. Je l'écoute toujours avec intérêt mais ça devient si rare...Il est évident que son point de vue ne peut être que différent des idées nouvelles sur l'amour, l'attachement et la filiation. De nos jours, les couples se forment et vivent ensemble un bout de temps sans que personne n'y trouve à redire; et c'est très bien. L'engagement ne vient qu'ensuite. Quand j'étais jeune, c'était impensable! Combien de baisers volés avant d'en venir aux choses sérieuses! Et la virginité avait plus de valeur qu'un lingot... C'était parfaitement idiot. Le garçon pouvait "jeter sa gourme" autant qu'il le voulait; la fille restait l'esclave absolue de sa condition féminine. C'est tout juste si on n'exigeait pas d'elle un certificat de virginité! Ce se fait toujours dans certaines contrées. Et demandez aux tziganes! Disposer de son corps en toute liberté devrait être la première revendication de la jeune fille. Jadis, il fallait prendre en compte les risques de grossesse; de nos jours, on y pourvoit aisément.
gaston21
gaston21

Masculin Messages : 2231
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 87

Revenir en haut Aller en bas

conférence sur "l'amour" Empty Re: conférence sur "l'amour"

Message par Amandine le Mar 25 Aoû - 20:59

Je ne connais pas l'enfance de Boris Cyrulnik, mais j'apprécie tout son travail sur la résilience.
C'est flagrant à te lire à quel point les mœurs ont évolué vite. C'est effectivement 50ans, entre ta jeunesse et la mienne.
Pour ce qui est de la première revendication de la jeune fille, Gaston, LA jeune fille n'existe pas. Et chacune a des aspirations différentes, construites par son schéma familiale et la place qu'elle prend dans ce schéma, et encore bien d'autres choses.
Il y a des avancées qui sont primordiales de défendre. Mais il ne faut pas remplacer une obligation sociale par une autre.
Et pour ce qui est de mon opinion personnelle, il n'est pas dramatique de ne pas avoir accès immédiatement à tout. Ca laisse le temps, d'imaginer, de désirer, l'envie de découvrir. A bien l'observer une société avec plus de permission n'est absolument pas plus dépravée, au contraire. Mais elle finit par devenir asexuée. Moins de différence marquée entre homme et femme et moins de désir de l'autre aussi. Enfin ça, ce n'est que l'impression que j'en ai...
Amandine
Amandine
Admin

Féminin Messages : 28
Date d'inscription : 05/06/2020
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

conférence sur "l'amour" Empty Re: conférence sur "l'amour"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum