forum-religions: la maison d'Inès
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Ma cosmogonie.

2 participants

Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Ma cosmogonie.

Message par Tatonga Mer 15 Jan - 14:54



Il y a quelque temps, un homme, philosophe, s’est demandé pourquoi il y avait quelque chose.
Cette question, en vérité si simple, des millions d’hommes ont dû se la poser bien avant lui.

Des siècles avant l’ère chrétienne, un autre grand philosophe, qui savait que tout changeait, disparaissait, que d'autres formes apparaissaient, mais qu’au fond tout restait le même, s’était demandé ce que pouvait être cette chose permanente, cette substance qui subsistait à travers les changements. Le changement, avait-il répondu, ce qu’il y a de permanent, c’est le changement.
C’est une non-réponse en vérité, elle ne fait que reposer la question sous une autre forme.
A la même époque, un autre grand philosophe répondit : ce qui reste permanent et fonde les changements, c’est l’être, c'est l'être qui subsiste. L’être est et si l’être est, le non-être est impossible. Il répondait ainsi plusieurs millénaires à l’avance à la question de notre premier philosophe qui se demandait pourquoi il y avait quelque chose.
Mais qu’est-ce que l’être ? …/…
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7034
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par Tatonga Jeu 16 Jan - 0:21


Qu’est-ce que l’être ? L’être est, dit le philosophe, et il n’y a rien à en dire de plus.
L’être est, et ça suffit.
L’être n’est pas Dieu, n’est pas Allah ; unique, il ne peut être comparé et encore moins correspondre à une représentation imagée des hommes.
Aucun nom ne désigne mieux l’être que l’être, mais si ça t’amuse de lui donner des surnoms ou des sobriquets…

L’être ce n’est pas le soleil, pas Jupiter, pas toi, et pas toutes ces choses à la fois. Mais tout ce qui existe, existe parce qu’il y a l’être, vient de l’être, émane de l’être, source unique de tout, y compris ce que tu crois t’appartenir, tes sentiments, tes émotions, tes amours. La source unique génératrice et génitrice de toute réalité est l’être. Par définition.

L’être a fait le monde, un monde faux, tout ce qui existe est faux, car la seule vérité est l’être lui-même, un monde faux mais bien réel.
Réel et faux. Le soleil n’existait pas et disparaitra comme toute chose, parce que faux.

L’homme étudie ce monde faux, ce monde d’apparences et l’explique par ses lois. Ce qui est tout à fait normal.
Ceux parmi les hommes qui prétendent expliquer la nature par la seule nature, la nature par ses propres lois, qui disent connaitre les lois qui régissent la nature et qu’elles suffisent pour expliquer le monde, se trompent. Ils oublient que ces lois elles-mêmes sont changeantes, qu’elles sont surtout arbitraires, ne sont pas une fatalité, mais un choix de l’être, qu’elles auraient pu ne pas être ou être autres. La lune tourne autour de la terre en vertu des forces de Newton, disent-ils, ou de la courbure de l’espace d’Albert, et ça suffit. Mais l’espace n’était nullement obligé de se courber, et aucune de ces causes que nous appelons causes, et que l’habitude nous fait voir comme choses naturelles allant de soi, n’était obligé d’être cause de quoi que ce soit. Il en est de même de ce qu’on appelle la nécessité et le hasard.

L’être a fait le monde avec tout ce qu’il lui fallait comme forces et lois pour fonctionner, mais ces forces et ces lois, elles-mêmes impermanentes, ne pouvaient pas créer ce monde mouvant, à la fois bien réel et faux.

Il y a presque 14 milliards d’années, d’après nos comptes et notre perception du temps, sujette et assujettie au temps, ce monde s’est mis en marche. Il est intéressant d’observer sa lente progression au fil du temps, elle nous révèle beaucoup de choses. Si l’être est inconnaissable par sa nature même, il ne cache rien, laisse tout voir et tout comprendre de cette œuvre qu’il a fait naitre, et de son projet. Encore faut-il savoir et pouvoir voir …/…
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7034
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par Tatonga Ven 17 Jan - 4:45

Il y a donc presque 14 milliards d’années, l’être fit le monde. Faut-il dire que l’être en puissance s’est fait être en action ?

Il fit le monde, ses lois, le temps et l’espace, le mouvement et la vitesse, et des multitudes en nombres astronomiques. Énormes pour nous, toutes ces grandeurs, davantage encore pour la fourmi, mais que sont-elles en dehors de nous, que sont-elles "en vrai" ? Il n’y a peut-être pas de quoi s’en effrayer, elles ne sont peut-être pas grand-chose, probablement rien.

Le monde vint donc à l’existence et entreprit une longue aventure qui sera, tout au cours de son déroulement, jalonnée de faits marquants manifestes : la lumière succédera aux ténèbres, la chaleur au froid, un monde d’émotions et de sentiments à un monde de glaciation, la conscience à la masse brute. Ce sont là des faits remarquables, indéniables et significatifs, qui se manifesteront progressivement au fil du temps. Mais il fallait attendre longtemps.

Pendant 10 milliards d’années, la matière, et peut-être quelque chose d’autre que nous ignorons encore, tournoyait seule dans l’espace, comme si elle cherchait, préparait quelque chose. Ce n’est pas l’être qui cherchait ou hésitait, c’est sa machine qui travaillait, sans témoin. Il n’y avait encore personne pour voir, pour entendre, pour  compter, mesurer, apprécier, pour savoir ; rien n’était proche, rien n’était éloigné ; rien n’était nouveau, rien n’était ancien ; rien n’était beau ou laid, rond ou carré, lourd ou léger. Le monde était là, mais il n’existait pour personne, n’avait aucun sens, il n’était ni petit ni grand ; il n’était rien, il n’existait pas.

Puis se produisit le miracle, comme une nouvelle naissance ; la bête, longtemps assoupie, se réveillait, s’extirpait de son coma pour venir à la vie, il y a 3,5 milliards d’années.
La vie émergea de la matière, oui de la matière, il fallait que ce fût de la matière, car tout devait découler de ce qui fut au départ. C’était dans le cours normal des choses et c’était dans les vues de l’être, qui, une fois l’opération lancée, n’eut plus eu à intervenir par la suite, car l’être ne construit pas à la manière d’un maçon, il n’ajoute rien après, il laisse grandir. Tout était programmé dès le premier instant, avant tout lancement. Tout émanait de l’être et exprimait l’être.

La vie émergeait de la matière ; et la matière, le minéral, se retrouvait à la base de la vie, dans chaque espèce, dans le végétal, dans l’animal, en l’homme ; chaque créature héritant et cumulant en elle ce qui fut dans les créatures précédentes. Tout est uni et suit un puissant fil conducteur ; les créatures, les règnes, les espèces et le monde ne formaient qu’un seul ensemble, unifié, unique, continu.

Et c’est la vie, apparue tardivement, qui se révèlera être ce qu’il y a de plus riche en enseignements pour l’observateur et qui révèlera le mieux  le projet de l’être, le projet de l’être pour son monde, car l’être est et il lui suffit d’être, il n’a pas d’autre projet pour lui-même que d’être …/…
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7034
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par Tatonga Sam 18 Jan - 0:41

La vie, le vivant, apparut.
Mais pourquoi, s’est interrogé un penseur, la vie n’apparut-elle pas en un seul bloc ?
Question pertinente.
Oui, en toute logique, si l’on peut parler de logique, la vie, si vie il devait y avoir, aurait dû normalement apparaitre tout simplement en une seule masse, sous la forme d’une grande montagne, par exemple, ou d’un massif montagneux implanté quelque part, à Montpellier,  en Normandie, en Californie, en Egypte entre les pyramides ou dans les Aurès, où les Japonais pourraient aller la prendre en photo.
Pourquoi n’était-ce pas ainsi, pourquoi compliquer, pourquoi une telle multitude de créatures qui se dupliquent, pourquoi des mâles et des femelles, pourquoi des sexes ?
Ce n’est pas fortuit ou naturel, il est manifeste que tant de complications et de complexité étaient voulus, prémédités, programmés, depuis le commencement.

Ce qu’il y a eu, c’est donc  des  créatures nombreuses, capables de se reproduire, de se multiplier, d’évoluer, de se diversifier, de transmettre et de mourir, et des générations qui se succédaient, suivant un cycle inexorable et apparemment absurde.

On peut se demander pourquoi. Oui, c’est une question à se poser.
Une seule réponse vient à l’esprit, et une seule : la multiplicité et la diversité des créatures, avec tout ce que cela suppose comme promiscuité, affrontements, adversité, concurrence, luttes, souffrances, animosité, amour et haine, bestialité, d’une part, et, d’autre part, la succession des générations, permettaient de promouvoir et de développer petit à petit la prise de conscience, la conscience chez le vivant.
Il fallait passer par là. La souffrance, le mal, conditions indispensables de la conscience, pourrait-on dire, et cela est une grande vérité.
Cette révélation faite, il n’y a plus lieu de s’attarder, venons-en à l’homme.

Vint enfin l’animal homme, de moins en moins animal, de plus en plus homme, enfin homme, mais encore  lesté du lourd fardeau de son passé.
L’homme est là depuis à peine quelques milliers d’années, 300 mille ans, tout au plus en remontant à ses tout premiers débuts, et c’est encore une très grande révolution, un bouleversement tout aussi, sinon plus important que la vie elle-même, et qui s’inscrit dans la suite logique de ce qui l’a précédé.

L’homme était attendu, l’univers avait besoin de l’homme, tout à été fait depuis le commencement  pour le faire apparaitre. Que disaient déjà les Livres ? Que le monde avait été fait pour l’homme ! Mais non, cela n’a pas de sens de faire un monde pour une créature qui n’existait même pas.  
C’est l’être qui avait besoin de l’homme …/…
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7034
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par gaston21 Sam 18 Jan - 11:05

L'être avait besoin de l'homme? Reste à le prouver! Peut-être pour pulvériser finalement l'ensemble de sa création dans un gigantesque feu d'artifice! Dieu et Diable qui s'amusent ensemble!
gaston21
gaston21

Masculin Messages : 2436
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 89

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par Tatonga Dim 19 Jan - 4:59

gaston21 a écrit:L'être avait besoin de l'homme? Reste à le prouver! Peut-être pour pulvériser finalement l'ensemble de sa création dans un gigantesque feu d'artifice! Dieu et Diable qui s'amusent ensemble!
Et c’est l’homme.

Sans l’homme, le seul, l’unique porteur de conscience, il ne peut rien y avoir, ni l’homme, ni l’être, ni le monde, ni Dieu ni diable ; l’homme est le créateur de toute chose, c’est lui qui donne forme et sens à toute chose.
L’homme doté d’yeux et de pensée, l’homme-conscience.

C’est lui et lui seul qui est monté sur le toit du monde et qui dit voici l’être, voici le monde, voici le chat, voici l’homme.
C’est lui qui dit ceci est bleu, ceci est rond, ceci est beau, ceci est droit, ceci est logique, ceci est chaud, ceci est froid, ceci est obscurité, ceci est lumière.

Sans l’homme, il n’y aurait rien, ni ténèbres ni clarté, tout est par l’homme.
Avant l’homme, l’être et le monde ont-ils existé ? Pour  qui ?
Avant l’homme, l’amour et la haine, le bonheur et le malheur ont-ils existé ? Non.
L’homme est le Témoin universel, et tout est par son témoignage.
Qui est né avant l’autre ? L’être, le monde ou l’homme ?
L’homme.
L’homme est le concepteur de tout.
L’homme est tout, et le Tout est en l’homme, les choses, le temps, l’espace, les infinis, la vie et la mort.

Y a-t-il une Réalité, une Vérité ? Oui, celles conçues par l’homme.
Hors l’homme, il n’y a rien, pas même qui penser le néant.
L’homme est l’avant et l’après, il est le présent, le passé et le futur.
Les dinosaures ont-ils existé avant l’homme ? Non.
Y a-t-il un Dieu ? C’est l’homme qui décide.

Tout est image virtuelle de l’homme.
Pas d’homme, pas d’image sur le miroir, pas de miroir.

Qu’y a-t-il avant et derrière le mur de Planck et le Big-bang ? Rien !
Rien, et quand l’homme le trouvera, il y trouvera l’homme.
Il n’y a que l’homme, et l’homme est partout.
Y aura-t-il un après-l’homme ? Ce sera encore l’homme.
Et si l’homme disparaissait ? Tout disparaitrait, mais c’est impossible, car le non-être c’est encore une conception de l'homme.
Combien y a-t-il d’hommes ? Un seul et autant qu’il y a d’hommes.

Ceci est l’histoire de l’homme.
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7034
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par gaston21 Dim 19 Jan - 17:06

Le sentiment a existé bien avant l'homme; il est venu avec la conscience; les animaux ont une conscience et des sentiments! Tatonga, regarde au fond des yeux de ton chameau: c'est tout juste s'il ne te fait pas un clin d'oeil! Quant aux lois de la physique, elles existent depuis toujours. S'il y a une différence entre l'homme et l'animal, c'est peut-être la mauvaise conscience et encore; l'écureuil et le corbeau savent cacher leurs réserves pour l'hiver et usent d'astuces!
gaston21
gaston21

Masculin Messages : 2436
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 89

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par Tatonga Dim 19 Jan - 23:45

Je ne suis même pas sûr qu'il existe ce chameau. Ce n'est pas que je veuille jouer au philosophe, mais je refuse qu'il existe, comme je refuse et repousse tout le reste. Je me suis soudainement réveillé aux réalités de ce monde, et je n'en veux pas.
Je n'en veux pas, j'aurais préfèré qu'il n'existe pas.
J'en ai une telle répulsion que je ne veux pas oublier ce qu'il est pour ne penser qu' "au bon côté".
Je n'ai pas de la compassion pour les gens, mais ce qu'endurent les hommes, surtout leurs souffrances morales, les blessures à l'âme et au coeur sont inacceptables, inadmissible.
Je n'arrive pas à oublier, à faire semblant. Je fais tout pour abstraire ce monde, ne pas croire qu'il existe. Rien d'ailleurs ne dit qu'il existe, nous n'en avons aucun indice, tout ce que nous ressentons et percevons vient de notre pensée et rien que de notre pensée. Mais cela revient au même, il est là ce sale monde, un monde tout ce qu'il y a d'odieux, et impossible de l'effacer ou de lui échapper.
Pourquoi un tel malheur, je ne sais pas et je ne peux rien contre à part dire NON, et c'est ce que je répèterai jusqu'à mon dernier souffrir. C'est tout ce que j'ai, mon NON et je ne cesserai de crier NON.
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 7034
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par gaston21 Lun 20 Jan - 17:06

J'ai actuellement des ennuis avec le Fisc; et en toute bonne foi! Ils ne maîtrisent même pas leur propre informatique! Leur informatique  est devenue un monstre qu'ils ne maîtrisent plus! Je vais les voir; j'obtiens de délicieux sourires et ils me donnent raison; mais ils ne savent pas ouvrir la faille par laquelle faire sortir gaston! gaston préférerait être un chameau. Au moins lui ne se soucie pas de cosmogonie...
gaston21
gaston21

Masculin Messages : 2436
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 89

Revenir en haut Aller en bas

Ma cosmogonie. Empty Re: Ma cosmogonie.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum