De l'objectivité

Aller en bas

De l'objectivité

Message par geveil le Mar 14 Mar - 23:27

Définition du "vocabulaire technique et critique de la philosophie" par André Lalande: Ce qui est valable pour tous les esprits et non pas seulement pour tel ou tel individu.

Cette définition est fondée sur l’existence d’esprits séparés et donc sur le postulat d’altérité. D’un point de vue logique ce postulat ne m’est pas nécessaire car pour progresser dans la connaissance de mon univers, je dois en passer par les ” autres” que ceux-ci soient des projections de mon esprit ou des entités elles mêmes douées d’esprit.

Dans ce  cas, en quoi la connaissance dite objective diffèrerait-t-elle de  connaissances dites subjectives?
J’entends une voix  qui me dit: “Gérard, je suis l'Ange Gabriel et j’ai un message à te transmettre”.
- Qu’est-ce qui me prouve que tu es Gabriel et non un effet de mon imagination du à un court-circuit dans mon cerveau ?
- Je t’assure que je suis Gabriel
- Prouve le!
- Je peux faire un raisonnement de logique que tu n’as jamais fait et qui te surprendra.
- C’est peut-être mon cerveau qui le fera, par une sorte de détour.
- Je peux te parler de faits que tu ne connais pas
- Qui me prouve que ce n’est pas mon cerveau qui les inventera?
- La cohérence
- Mon cerveau peut imaginer des histoires cohérentes
- Des faits que  tu pourras contrôler en n’en parlant avec des gens qui me connaissent.
- Ça me paraîtrait déjà plus sûr, mais qui me prouve que ces gens ne sont pas eux mêmes des projections de mon imagination?

Le dialogue (imaginaire) qui précède montre qu’en  aucune façon une révélation ne peut être certifiée comme venant d’un extérieur, pour autant que la distinction intérieur/extérieur soit fondée. Mais la connaissance scientifique, dite objective, est aussi fondée sur une croyance: croyance en l’existence d’évènements extérieurs à l’observateur et d’un corps social constitué, la communauté scientifique. C’est une croyance car rien ne prouve que les êtres que je nomme chercheurs ne sont pas des projections de mon cerveau. Cette croyance est posée en évidence, mais rien n’est évident si ce n’est l’ensemble de mes qualias.
Pour raisonner, mon cerveau a besoin de classer.  Pour la suite du raisonnement, je vais définir trois classes parmi l’ensemble de mes perceptions. Je fais donc, arbitrairement et pour les besoins de mon raisonnement une partition dans cet ensemble et je distingue:
- la classe des faits proprement dits ou phénomènes étudiés,
- une classe de faits que je nomme " les autres "
- et une classe que je nomme “langage” issue de la classe des autres. (Paroles, écrits, signes de tête, etc.)
Par exemple: je vois sur un thermomètre la température d’une solution ( un fait), je vois  un autre lire la température ( élément de la classe des autres), j’entends cet autre dire la température que j’ai lue(élément de la classe langage).  
Définition: Je dis qu'un fait est objectif s'il entre dans une relation ternaire entre lui même, plusieurs éléments de la classe des autres et l’ élément de “langage” qui décrit ce que j’ai constaté, c’est à dire le fait..  Tout cela se passe dans ma tête et je n’ai pas accès à ce qui se passe dans la tête des autres, s’ils existent.

Qu'en est-il d'une révélation?
Il y a bien:
-  un élément de la classe des faits (par exemple, j’entends des voix),
- plusieurs éléments de celle des autres (des gens m’entourent)
- un ou plusieurs éléments de classe “langage”.
Mais dans ce cas, la relation n’est pas ternaire . En effet, les éléments de langage émanant des autres ne décrit pas le fait que je constate.

Examinons à  la lumière de cette définition ( Si lumière il y a ) si l’on peut parler d’ objectivité des phénomènes décrits par les hommes en recherche spirituelle.

Tous les grands maîtres spirituels de tous les temps utilisent les même signifiants du langage pour décrire des phénomènes qui leur apparaissent lorsqu’ils pratiquent certains exercices ( protocole expérimental )
Si je pratique ces exercices et parvient ainsi à vivre certains phénomènes ( Eléments de la classe des faits)
Si je décrits ces phénomènes avec les mêmes éléments de langage que les autres, nous avons bien la relation ternaire que je donne comme définition de l’objectivité.

. On objectera que les phénomènes produits ne sont pas visibles par l’entourage du maître alors que tout un chacun est capable de lire la température sur un thermomètre ou du moins de voir un tube de verre avec un colonne bleue ou rouge en son axe. Cette objection ne me paraît pas décisive, car qui est capable de “lire” une radiographie, la photo d’une chambre à bulles, un listing d’ordinateur  dans un observatoire ou un séquence d’ ADN, sans un long apprentissage ? Certes, tout le monde, sauf les aveugles, peut voir un celuloïde couvert de taches alors que personne ne peut ressentir ce que ressent le maître spirituel. Mais réfléchissez  bien, avez vous accès à ce qu’il y a dans ma tête quand je lis la température sur un thermomètre ?
Alors,  si  nous sommes tous en contact, à chaque instant avec une réalité dont nous ne sommes tout simplement pas conscients, pas plus qu’un néophyte ne perçoit le détail révélateur d’une radiographie, même si sa rétine en est impressionnée, quelle est la différence entre l’objectivité dite scientifique et l’objectivité.
avatar
geveil

Masculin Messages : 586
Date d'inscription : 05/03/2017
Age : 82
Localisation : l'univers

Voir le profil de l'utilisateur http://geweil15.wixsite.com/gerardweil

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'objectivité

Message par Invité le Mer 15 Mar - 7:43

très intéressant !
(Il y a eu un bug, le texte est publié 3 fois)

L'objectivité est très difficile à établir: même des faits qui se sont passés sont décrits différemment par différents témoins. Chacun voit le monde avec son regard. Si on demande à 10 personnes de décrire la même ville qu'ils ont visitée, on aura 10 villes différentes. La description commencera à être objective si on parle de faits mesurables: superficie, plan... et encore: comment déterminer exactement la superficie d'une ville ? Ce seront toujours des approximations.

Même avec ta définition, l'objectivité restera relative ou limitée à un domaine précis. En physique c'est pareil: qu'est-ce qu'une ligne droite ? La plus courte distance entre deux points. Ou une ligne qui ne change pas de direction. Mais comment établir, au niveau de l'Univers, qu'une ligne est droite ? Tout est courbe, même les ondes électromagnétiques (lumière venant d'une étoile...). On ne peut déclarer une ligne droite que dans un contexte limité et des très petites distances.

Ce qui est intéressant dans ton raisonnement, c'est l'interdépendance. Un fait ne devient objectif que quand il y a consensus entre plusieurs personnes et observations, qui passent par le ressenti des personnes. La grande question qui se pose est alors: dans quelle mesure notre univers n'est il pas une sorte de consensus de nos connaissances ? On en voit reculer les limites vers l'infiniment grand comme vers l'infiniment petit à mesure que l'on progresse dans son observation... Ne créons pas nous même ces infiniment grands et petits à mesure que la science nous les décrits, et que nous la croyons ?

Sorry si je reviens encore avec ça, mais ce que je dis ici rejoint les enseignement hindous vieux de 10.000 ans (= l'univers est une illusion), et le principe d'impermanence et d'interdépendance, qui serait "la vraie nature des choses" selon le bouddhisme.

Je conseille la lecture de "l'infini dans la paume de la main" écrit par un astronome et un biologiste moine bouddhiste. Je ne l'ai pas encore lu jusqu'au bout, parce que chaque page est tellement riche d'enseignement que je la relis plusieurs fois, et ces dernières années, mon cerveau était trop fatigué que pour que je puisse me concentrer suffisamment. Pourtant, il est "facile à lire", c'est à la portée de tout le monde ou presque. Maintenant que je suis plus relaxe, je pourrais le reprendre.

Un petit résumé qui te donnera peut-être l'envie de le lire: http://www.nil-editions.fr/site/l_infini_dans_la_paume_de_la_main_&100&9782841111749.html

Il apporte sûrement des éléments de réponses à ta question qui est très profonde et touche à la réalité des choses. Les "choses" ne sont pas que les objets mais aussi les émotions, les pensées...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum