Le bouddhisme en Occident.

Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Le bouddhisme en Occident.

Message par Tatonga le Ven 23 Déc - 22:57

Il existe en Occident  des bouddhistes d'origine occidentale qui sont bouddhistes pour des raisons qui les regardent, au demeurant fort honorables, comme sont bouddhistes les bouddhistes d'Asie, point.
Point. Rien à dire !
Mais si j'en juge par certains, certains, assez rares, pas tous, pas la majorité, qui hantent les forums, j'ai à dire.
Je précise bien, pas tous ceux qui fréquentent les forum, certains d'entre eux, assez rares.
Ces précautions prises, qu'ai-je à dire?
Eh bien voilà, il saute aux yeux qu'ils se sont faits bouddhistes dans le seul but d'adhérer à une croyance exotique pour se singulariser et font montre d'un égo super-enflé, de très loin plus sur-dimensionné par rapport... au commun des mortels, qu'ils manifestent outrageusement, sans retenue et sans réserve, ce qui est un comble et un paradoxe pour un bouddhiste.
Il existe une autre catégorie, mais plus sympa. Elle est faite de gens qui veulent se réfugier dans un monde utopique, vivre en ermites, pour fuir la réalité, comme d'autres se réfugient dans le rêve ou la folie, mais ils sont plus sympa.
Voilà un sujet qui fâche ! fou
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 5591
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 7:50

pourquoi cela fâcherait ?  Ce que tu dis est correct mais très incomplet, et surtout: vrai pour toutes les religions qu'on choisi.

La situation est différente pour le bouddhisme puisqu'il peut se combiner avec une autre religion aussi bien que le déisme, l'athéisme...  Il y a beaucoup de bouddhiste occidentaux qui sont chrétiens.

Il n'y a pas non plus de définition de ce qu'est un bouddhiste, pas de critère, pas de dogme, pas d'obligation ou d'interdiction... certains se déclarent bouddhistes simplement parce qu'ils aiment la bouille du Dalaï Lama et qu'ils ont une statue bouddha dans leur jardin, sans rien connaître de cette philosophie.  Ce n'est donc pas comparable à l'Islam ou la chrétienté où il faut déclarer soumission quasi totale, exclusive et définitive à un Dieu, sa Parole, son Livre.  

Autre difficulté: il n'existe pas UN bouddhisme, mais des milliers, puisque chacun peut se le construire comme il veut.  Il y a de grands courants extrêmement différents les uns des autres: depuis la superstition la plus primitive (qu'on trouvait notamment au Tibet) jusqu'à l'austérité du zen, en passant par des sectes extrémistes et le mélange avec d'autres croyances (surtout l'hindouisme).
Parler DU bouddhisme est donc une erreur.  On devrait dire LES bouddhismes, ou préciser duquel on parle, même si on se limite au bouddhisme ocidental.
En fait, beaucoup en parlent sans avoir aucune idée de ce que c'est: ils se contentent de quelques clichés caricaturaux récoltés lors d'un voyage en Thaïlande ou de documentaires sur le Tibet vus à la télévision.  (C'est d'ailleurs vrai aussi pour les autres religions)

Il existe d'autres cas que ceux que tu cites: je les combine ce que je constate chez les bouddhistes et les autres religions parce que les motivations de changer sont +/- les mêmes, seul l'athéisme n'entre pas en ligne de compte
- par amour pour une personne qu'on veut séduire ou épouser (surtout vrai vers l'Islam: 20.000 conversions par an en Egypte, et combien dans nos pays ?  Je connais quelques cas et on en croise facilement sur le net)
- parce que c'est à la mode: dans tous les magasins de déco et même pour le jardin, on voit des bouddhas jusqu'à l’écœurement
- parce qu'on n'est pas satisfait de sa religion ou non religion et qu'on a besoin de se rattacher à un groupe, de se coller une étiquette
- par opportunisme, pour s'insérer dans un milieu social qui nous plaît (plutôt pour les autres religions, puisqu'il n'y a pas assez de bouddhistes pour constituer un "milieu social")
- parce qu'ils veulent résoudre de graves problèmes sociaux ou psychologiques et espèrent que le bouddhisme pourra les aider, c'est parfois en dernier recours, après avoir essayé plein d'autres moyens
- parce qu'il ne condamne pas les préférences sexuelles: les homosexuels s'y sentent donc acceptés et respectés, ce qui n'est pas le cas dans la société
- parce que la philosophie correspond à ce qu'on cherche.  Éh oui, ça existe aussi, et je dirais même que c'est le cas d'une proportion respectable de ceux qui suivent les enseignements et les mettent en pratique dans leur vie quotidienne
(liste non close)

Le plus gros piège est en effet de gonfler l'ego, comme tu dis.  Ça dépend de la motivation, et de la qualité de l'enseignement reçu.  Note que ce piège existe aussi dans toutes les religions.  Ce sont surtout ceux qui sont autodidactes, se contentent de lire sans pratiquer vraiment et d'être très savant qui tombent dans ce piège.  Ou alors ceux qui sont appréciés pour leurs connaissance.   On en voit en effet faire de magnifiques discours, mais qui, sur le terrain révèlent un immense ego.  Même dans les forums, ou... surtout dans les forums, basés sur le seul discours.

Par contre dans le centre bouddhiste, je n'en vois quasi pas qui y viennent pour fuir la réalité, se réfugier dans un monde utopiste, ou alors ils ne restent pas longtemps parce que l'enseignement va justement dans le sens opposé.  Ils viennent plutôt pour résoudre leurs problèmes, surmonter une souffrance, ou apprendre à méditer... Je parle de mon expérience limitée, mais bien placée: depuis 6 ou 7 ans je tiens de temps en temps la permanence de l'accueil dans un centre bouddhiste important donc ceux qui viennent se renseigner passent donc nécessairement par l'accueil et ils expliquent pourquoi ils sont là et ce qu'ils attendent.

Ce sont plutôt ceux qui rêvent du Paradis qui rêvent d'un monde utopique: en bouddhisme: ni Dieu créateur et/ou salvateur, ni enfer, ni paradis éternel.  Juste la réalité quotidienne, le "ici et maintenant".  Un proverbe l'illustre bien: "petit moine, dans un monastère, grand moine, en ville".  La plus grande Voie est donc dans la "vraie" vie.  Les moines bouddhistes occidentaux sont extrêmement rares, et ils animent des centres, enseignent, aident les gens.  Il n'y a pas de monastères isolés en Occident, c'est une tradition d'Extrême Orient.

Quant à ceux qui veulent fuir la société, ils n'ont pas besoin d'une philosophie: ils se renferment sur eux même, deviennent drogués ou alcoolique, au mieux: ils se contentent de leur hobby ou de jardinage en oubliant le reste du monde.  Surtout qu'une des bases de la philosophie bouddhiste est le Shanga = la communauté.   Les ermites sont très rares et sont souvent en effet des inadaptés sociaux, je n'en ne connais pas de cas.  Par contre ceux qui font des retraites bouddhistes sont très encadrés, au point de vue de leur santé psychologique justement pour éviter qu'ils tombent dans les pièges (très très réels) que tu cites.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 8:52

flûte, j'étais revenue pour effacer la moitié de ce texte trop long, mais je ne peux plus éditer...

Sorry !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 9:59

c'est pas grave Aurae , il est bien ton texte

par contre je relève que tu exclus les athéés par rapport à leur motivations de changement , je ne vois pas pourquoi ( pas toutes les motivations mais certaines que tu cites )

je relève aussi que tu dis que les chrétiens doivent ceci ou cela , non , pas plus que les bouddhistes , il suffit que tu sois baptisé bébé par tes parents , et ça y est, l'église t'a catalogué chrétien

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 11:04

merci Lola
J'ai exclus les athées parce qu'ils sont dans le refus d'une religion ou de l'appartenance à un groupe, à l'exception des francs-maçons et autres groupes de recherche. Mais tu as raison, il y a des parallèles.

J'ai été baptisée mais je ne suis pas chrétienne. Ce n'est pas la religion que j'ai adoptée par choix, ce qui est le sujet ici.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 12:51

Aurae a écrit:certains se déclarent bouddhistes simplement parce qu'ils aiment la bouille du Dalaï Lama et qu'ils ont une statue bouddha dans leur jardin, sans rien connaître de cette philosophie. Ce n'est donc pas comparable à l'Islam ou la chrétienté où il faut déclarer soumission quasi totale, exclusive et définitive à un Dieu, sa Parole, son Livre.

et même si ce n'est pas ton cas ni le mien , certains se déclarent chrétiens seulement parce qu'ils ont étaient baptisés bébés sans avoir choisi ( ils disent souvent que c'est juste pour respecter le choix de leurs parents ) , c'est bien comparable aux déclarations de ceux qui se déclarent bouddhistes pour seulement aimer la bouille ou avoir une statue chez eux , c'est toi même qui le dit

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 13:36

et ???
Ici on parler de religion qu'on choisit en cours de route et des motivations pour le faire, donc justement pas de celle qu'on avait à la naissance.
Parfois on choisit de rester dans la même, parfois de changer... Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 13:42

Ici on parler de religion qu'on choisit en cours de route

non , je n'ai pas compris le sujet comme cela , c'est ta propre compréhension
le sujet c'est le bouddhisme en occident

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 14:03

OK loli.

Je continue avec une info que je trouvais intéressante.

Un moine tibétain, CHögyam Trungpa, qui s'est exilé en Occident après l'invasion chinoise, a dit que dans ses pays d'origine, il n'y avait plus beaucoup de vrais bouddhistes, que la philosophie y avait été trop déformée, mélangée à de la superstition, de l'adoration de dieux... et que les occidentaux étaient prêts à comprendre le bouddhisme originel dans toute sa pureté (=sans ces déviations parasites). Suite à cette diaspora, quasi tous les grands maîtres se sont retrouvés à l'étranger, c'est ainsi que le bouddhisme s'est répandu en Occident et qu'on y trouve d'excellents enseignants.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 14:09

Aurae a écrit:OK loli.

Je continue avec une info que je trouvais intéressante.

Un moine tibétain, CHögyam Trungpa, qui s'est exilé en Occident après l'invasion chinoise, a dit que dans ses pays d'origine, il n'y avait plus beaucoup de vrais bouddhistes, que la philosophie y avait été trop déformée, mélangée à de la superstition, de l'adoration de dieux... et que les occidentaux étaient prêts à comprendre le bouddhisme originel dans toute sa pureté (=sans ces déviations parasites).  Suite à cette diaspora, quasi tous les grands maîtres se sont retrouvés à l'étranger, c'est ainsi que le bouddhisme s'est répandu en Occident et qu'on y trouve d'excellents enseignants.

là , c'est clair , on est pile dans le sujet

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Tatonga le Sam 24 Déc - 14:41

Je ne connais pas bien le bouddhisme, mais j'ai mon idée là dessus.
Pour moi ça vient d'un ermite planant dans les nues à mille lieues de la réalité. Tant que l'on vit hors de la société, ça se tient à peu près.
Mais en société, c'est une utopie.
C'est pourquoi ceux qui se font bouddhistes, disons certains, deviennent de véritables zombies en voulant suivre ses principes, pourraient détruire leur vie, leur carrière, être un danger pour leur famille.
Un bouddhiste dans la société moderne qui doit courir derrière les transports, se dégoter un emploi, les embouteillages, les bousculades, l'administration, les flics, le fisc, sa femme qui lui casse les pieds, les truands en tout genre, les pannes auto, les grèves, les crises, qui doit courir du matin au soir, batailler, se bagarrer, protester, manifester, voter,....faut quand même pas déconner.
Le bouddhisme, c'est bon pour quelqu'un qui reste assis enfermé dans sa salle de bain pour scruter les mouches sur le plafond
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 5591
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 14:59

tu dis ne pas connaître le bouddhisme, et sans vouloir te vexer, cela se voit. Les zombies comme tu décris, je n'en connais pas: ce sont des malades mentaux. Je l'ai dit plus haut: ce sont plutôt des alcooliques, des inadaptés, des malheureux, quelle que soit la philosophie dont ils se réclament ou l'étiquette qu'ils se collent.

Et d'où sors tu ces ermites ? De ton imagination ?

Et pour la suite, bien sûr que c'est cela... même si l'idée ne te plaît pas... C'est justement parce que "c'est ça", que la philosophie me plaît tant: elle aide à vivre son banal quotidien, savoir faire la part des choses, moins souffrir des problèmes de la vie, savoir mieux la gérer, et cette vie "banale" est le meilleur terrain de pratique de ce qu'on a appris. Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par gaston21 le Sam 24 Déc - 19:21

Aurae, j'aime bien l'image que tu nous donnes du Bouddhisme. Et je reconnais que le Bouddhisme peut amener la sérénité; il suffit de regarder la mine épanouie et riante du Dalaï Lama ou de Mathieu Ricard qui est quand même un homme exceptionnel. Mais combien sont à même d'atteindre ce niveau d'esthétisme et cette hauteur d'esprit? Le Bouddhisme me semble être l'apanage d'une élite, pas du populus vulgus. Et puis ce détachement de la réalité conduit, à mon avis, à la sclérose de l'esprit de curiosité et de recherche qui engendre les progrès scientifiques et techniques. Le Bouddhisme peut amener la paix de l'âme mais me semble être un frein aux progrès indispensables pour le développement de l'Humanité. La Chine n'aurait pas son TGV, mais aurait gardé son yack et la lampe à huile...
gaston21
gaston21

Masculin Messages : 1906
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 86

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Sam 24 Déc - 19:45

le problème Gaston, c'est cette étrange croyance qu'on devrait devenir un Dalaï Lama en une seconde parce qu'on se colle l'étiquette de bouddhiste.  C'est pourtant pareil dans toutes les religions et philosophies: ce n'est pas parce qu'on est baptisé qu'on devient un saint.   Alors pourquoi cette exigence spécifique réservée aux bouddhistes ?  Je pense t'avoir déjà dit cela une vingtaine de fois.  Peut-être que cette fois ci, tu comprendras ?   On ne doit jamais renoncer à ses rêves... Wink
Amitiés

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Dim 25 Déc - 17:43


J'entends souvent dire "le bouddhisme est une manière de vivre". J'ai beau me creuser la tête, je ne vois pas ce que serait cette "manière de vivre".  Je n'ai rien changé à ma vie depuis que je suis bouddhiste, ni à mes activités, ni à mes centres d'intérêt.  Je lirai de temps en temps un livre sur le bouddhisme au lieu de la philosophie, j'irai à un week-end de méditation au lieu d'un week end de relaxation, mais à part cela... ???

Par contre dire que c'est une philosophie, là je suis d'accord, surtout quand je vais relire la définition de ce mot.

Mais pour moi c'est avant tout un entraînement de l'esprit à avoir plus d'auto-critique et de discernement, à voir les choses comme elles sont et non pas à travers le filtre déformant de nos émotions, à moins souffrir de ces dernières, à être plus efficace dans mes actions et choix, et à mieux comprendre ce qu'est l'Amour-Agapè.  Les changements sont très lents, par minuscules touches.  Je n'ai pas la patience de m'asseoir pour méditer, alors j'essaie simplement d'être plus consciente de ce que je fais, de mieux vivre l'instant présent.

Il y a beaucoup de personnes qui trouvent ça toutes seules ou le font spontanément.  Ça n'a rien d'exceptionnel ni d'original.  La façon dont c'est expliqué dans les enseignements me parle, d'autres seront accrochés par d'autres sources de philosophie, de religion ou de  psychothérapie...  Tout est bon  Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Dim 25 Déc - 18:47

Voici un post que j'ai écrit sur mon forum et qui peut s'insérer ici.

Le bouddhisme est-il obsolète?

Beaucoup de choses fausses sont colportés au sujet du bouddhisme que l’on targue avec un regard, mi amusé mi dédaigneux, de philosophie dépassée. Le bouddhisme est avant et par dessus tout une science de l’esprit, malgré qu’il ait été récupéré et catalogué de religion ou autres dénominations, plus ou moins fantaisistes.

La question qui se pose est: le bouddhisme, qui est vieux de 2500 ans, peut-il nous être utile, à nous gens du XXI em siècle, dans nos sociétés occidentales ou est-il complètement has-been? Bien sûr que si, qu’il peut se révéler une aide précieuse, à condition toutefois de bien comprendre ce qu’il est.

Comme méthode d’investigation de notre psyché, il peut nous apporter des réponses quant à notre relation aux autres et à nous-même. La connaissance de nos états intérieurs ouvre à la compréhension de nos réactions face aux différents stimuli de la vie. Nous allons comprendre pourquoi nous réagissons de telle ou telle façon face à un stimulus et par voie de conséquence, nous aurons la possibilité de corriger éventuellement une réaction inappropriée.

Une sorte de psycho-thérapie en quelque sorte, mais où le psycho-thérapeute serait nous-même. Par un long travail d’introspection, soutenu par l’aide qu’apporte les enseignements du Bouddhisme, expliquant quels préceptes suivre pour accéder à la compréhension et surtout permettant de tutoyer notre véritable nature, ce que nous sommes réellement, nous prenons conscience de la possibilité d’éradiquer la souffrance.

Et ceci est parfaitement compatible avec une vie moderne. Il n’est pas question de vivre en décalage ou de se retirer du monde, bien que certains le fassent, mais de vivre en plénitude, immiscé dans la société, mais libéré de ses dictats aliénants, en concentrant nos efforts sur le perfectionnement de notre chemin de vie.

Joyeux Noël à tous, dans la joie et l'amour.  cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Tatonga le Lun 26 Déc - 11:53

Je crois qu'il manque l'essentiel, Hitori.
Je ne connais pas le bouddhisme, mais je suis un peu futé.
Je me dis que s'il y a tant de prêtres, de couvents et de temples... et des fanatisés, ça ne doit pas se limiter à une simple méthode psyco-thérapique.
Je me dis aussi, et surtout, que les hommes étant partout les mêmes, ils se posent certainement les mêmes questions existentielles et que si les Bouddhistes n'ont pas un Dieu, ils se soucient sans doûte du devenir de leur âme, et que c'est à celà qu'est censé répondre leur confession. Ils ne doivent donc nullement différer, DANS LE FOND, des monothéistes, par exemple. Mis à part les formes.
Je me demande même si les monothéismes n'en sont tout simplement pas le prolongement.
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 5591
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Lun 26 Déc - 18:52

Tatonga a écrit:Je crois qu'il manque l'essentiel, Hitori.
Si tu le dis  Le bouddhisme en Occident. 569146778
Je ne connais pas le bouddhisme, mais je suis un peu futé.
Voilà qui est paradoxal, car même en étant futé, si tu ne connais pas quelque chose, comment peux-tu en parler avec toute la  crédibilité souhaitée? Bon tu me diras que beaucoup parlent de Dieu sans le connaître  Very Happy …. Mais bon passons.
Je me dis que s'il y a tant de prêtres, de couvents et de temples... et des fanatisés, ça ne doit pas se limiter à une simple méthode psyco-thérapique.
La réponse se trouve plus haut…. Du message initial de Shakyamuni, a découlé une pléthore d’écoles avec leurs propres interprétations du message.  Ce message a  en outre subit le laminage inhérent à chaque culture, par le mixage avec les croyances locales débouchant sur divers syncrétismes. Ce qui fait qu’il n’y a pas un bouddhisme mais une flopée de bouddhismes. Cela n’empêche pas qu’à l’origine le message du Bouddha est la prise de conscience que tout est relatif, impermanent et interdépendant. Il nous invite à faire une plongé en nous-même pour prendre conscience de cela. Il ne demande pas de croire bêtement, comme le font d’autres doctrines, mais d’expérimenter par nous-même.

Je me dis aussi, et surtout, que les hommes étant partout les mêmes, ils se posent certainement les mêmes questions existentielles et que si les Bouddhistes n'ont pas un Dieu, ils se soucient sans doûte du devenir de leur âme, et que c'est à celà qu'est censé répondre leur confession. Ils ne doivent donc nullement différer, DANS LE FOND, des monothéistes, par exemple. Mis à part les formes.Je me demande même si les monothéismes n'en sont tout simplement pas le prolongement.
Non, la comparaison avec les monothéismes est fausse. Contrairement aux trois monothéismes qui demandent à leurs ouailles de se tourner vers une transcendance extérieure, Dieu pour ne pas le nommer et attendent tout de lui, le bouddhisme préconise une exploration intérieure de notre propre esprit. C’est  un humanisme spirituel qui vise notre libération à l’attachement et à l’illusion, source de souffrance. Là où le monothéisme est dépendance, le bouddhisme est libération.

Après, si on veut aller plus loin dans la réflexion, il est certain que ces différences sont le fait d’une déformation due aux religions monothéistes, qui ont falsifié le sens spirituel originel, car, il n'y a qu'un Message…mais bon, ça c’est un autre sujet. Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Tatonga le Lun 26 Déc - 21:37

Je prends note de ce que tu me dis, Hitori, mais je continue de croire qu'il est bien question de transcendance même s'il ne s'agit pas d'un mec perché en haut et même si ce n'est pas dit expressément. Ces principes comme l'impermanence ne peuvent-ils pas être considérés comme un principe général transcendant régissant le tout? Je ne sais pas si j'ai raison de les considérer comme tels... alors passons
Ce qui a retenu particulièrement mon attention c'est ton Message unique avec une majuscule. C'est cela qui m'allèche. Tu crois donc en un Message unique ? Qu'est-ce qui te le fait croire (tu peux répondre, si cela relève du mental) et quel est-il donc ?
Tatonga
Tatonga

Masculin Messages : 5591
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Lun 26 Déc - 22:13

si je peux donner mon interprétation de ce Message, c'est l'Amour-Agapè, la force qui permet à la dualité de revenir à l'Unité, qu'on retrouve même dans la loi d'attraction de Newton...

Les lois fondamentales de l'Univers sont mathématiques ... Wink
Pour revenir au sujet, je voulais dire un mot à propos d'une idée très répandue chez ceux qui ne connaissent pas le bouddhisme, et qui vient notamment de mauvaises traduction des mots clefs, donc d'une mauvaise compréhension des principes de base.

Il y a aussi le fait que la Voie est comme un oiseau à 2 ailes: l'une est l'étude (lecture, conférences) l'autre est la pratique (la mise en pratique au quotidien de ce qu'on a lu/entendu)  Il est donc impossible de comprendre le bouddhisme simplement en lisant même des centaines de livres ou en regardant des vidéos.

Ces quelques idées fausses sont:
- le but du bouddhisme est de supprimer émotions. Ceci est totalement faux. Les émotions font partie de notre corps, si on les supprime on est mort ou alors c'est tout comme.  Les émotions au contraire sont notre énergie, notre force dans la vie: elles sont notre cheval fougueux.  Le but est de le dompter, de façon à ce qu'il nous aide à aller où on veut, et non pas de se laisser mener n'importe où au gré des impulsions: colères, rêves utopiques, etc

- le bouddhisme mène à la passivité, à l’annihilation de la personne (ego).  Ça ne ne sais même pas d'où cette idée vient...  Bien sûr on médite assis quelques quarts d'heure par jour si on est discipliné, mais est-ce que regarder des émissions stupides 2h par jour ou rester collé à à des jeux vidéos, s'enfiler des bières au café ou faire du shopping pour être à la mode n'est pas encore plus abrutissant, comme une suppression de la personne, de son intelligence ?  
Il est prouvé que la méditation a des effets positifs sur le cerveau.  Elle donne du dynamisme, de la sérénité et au contraire pousse à l'activité. Les bouddhistes très engagés que je connais sont dans la politique, l'enseignement, médecin, cinéaste, pompier, contrôleur de sécurité, jardinier... ils sont dans tous les métiers, ont une vie de famille, des passions, des activités charitables (plusieurs font, en plus de tout le reste, de l'accompagnement aux mourants... )
Les zombies, j'ai beau chercher, je ne les vois pas.  
Peut-être sont ils tous de très mauvais bouddhistes, alors ?   mdr 2

- le bouddhisme est nihiliste parce qu'il dit que tout est "vide" (vacuité).  Faux, c'est une mauvaise traduction faite il y a plus de 100 ans et qui persiste encore.  La signification de vacuité est: tout les phénomènes (matériels, pensées...) sont impermanents et interdépendants, ce que personne ne peut nier... Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Invité le Mar 27 Déc - 12:18

Tatonga a écrit:Je prends note de ce que tu me dis, Hitori, mais je continue de croire qu'il est bien question de transcendance même s'il ne s'agit pas d'un mec perché en haut et même si ce n'est pas dit expressément.
Voici ce que j’ai répondu sur mon forum à quelqu’un qui me disait que bouddhisme était aussi une religion:

« Oui, si tu veux, car le mot religion est assez polysémique et on peut l’accoler à beaucoup de choses. Mais dans le sens commun, il se réfère à une communauté ayant la même croyance et rendant un culte à un dieu, une divinité. Alors en ce sens le bouddhisme n’est pas une religion, car il n’y est pas question de divinités ou de dieux, c’est ce que je voulais dire.

Maintenant si on élargit le sens du mot divin et que l’on parle d’une transcendance accessible à l’humain, alors là évidemment le bouddhisme peut être considéré comme une religion. »

Pour ce qui est du "Message", je suis en train de peaufiner un texte que je soumettrais à vos critiques sous peu. Le bouddhisme en Occident. 569146778

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par tango le Jeu 29 Déc - 11:15

Taisen Deshimaru : le Zen et Dieu

Taisen Deshimaru fut mandaté par l'école bouddhique du zen soto et soutenu par l'ensemble des écoles zen du Japon pour apporter le bouddhisme zen en Europe. Il est arrivé à Paris en 1967 et a poursuivi avec succès son travail pendant des années. Il décéda en 1982, après avoir fondé plus de 100 dojos (temples bouddhiques zen).

taisen deschimaru
"On raconte qu'aux États-unis, on pouvait lire sur le fronton d'une académie rationaliste : "Dieu est mort", signé : Nietzsche. Un matin, on découvrit, sous la devise, cette phrase, écrite à la peinture indélébile durant la nuit : "Nietzsche est mort", signé : Dieu.

Le vrai Dieu existe. Il ne meurt jamais, car Dieu signifie la plus haute vérité, ou l'énergie fondamentale de l'univers. Dieu existe, mais l'humanité s'est enfuie loin de lui, la civilisation moderne a tourné le dos à l'ordre de l'univers. Comment pouvons-nous retrouver et suivre l'ordre et la vérité cosmique, ou Dieu ?"...

Taisen Deschimaru 1974
LIEN

« – Quelles sont les grandes différences entre le christianisme et le bouddhisme ?
– Si l’on pense qu’il y a des différences, il y en a. Si on pense qu’il n’y en a pas, il n’y en pas. L’origine est la même, mais on veut toujours faire des catégories. Quand vous regardez du dehors, ils diffèrent complètement. Mais dans l’esprit profond, je ne trouve pas de différences. Ils sont interdépendants. Le bouddhisme a fortement influencé certains théologiens chrétiens et vice versa, certains pasteurs ont influencé le bouddhisme. Les deux influences ont été profondes. Cela aboutit, dans l’essence, à une seule et même religion.
Le père Lassalle ne fait jamais de conférence sur le christianisme. Il parle toujours de zen. Beaucoup de chrétiens font de même ; leurs conférences portent sur le zen et non plus sur le christianisme. Parfois, mes conférences traitent du christianisme; quelquefois, j’oublie Bouddha et je ne parle que de Dieu et du Christ.
Selon certains penseurs, cinq grands Initiés sont à la base du bouddhisme, christianisme, islamisme, judaïsme, taoïsme. Il faut donc comprendre les racines.
Le zen, c’est vouloir comprendre les racines de toutes les religions.
Le reste, c’est de la décoration.
»
QUESTIONS À UN MAÎTRE ZEN, Taisen Deshimaru
LIEN

tango

Masculin Messages : 129
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 67

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le bouddhisme en Occident. Empty Re: Le bouddhisme en Occident.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum