L'empreinte écologique et le problème de la surpopulation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'empreinte écologique et le problème de la surpopulation

Message par Ase le Lun 15 Aoû - 23:02

Voilà un article que j'avais trouvé en 2009 sur l'empreinte écologique. Je vous le poste.

« Notre empreinte écologique mondiale dépasse maintenant la capacité de régénération de la planète d'environ 30 pour cent. Si nos demandes se maintiennent à la même cadence, nous aurons besoin, vers le milieu des années 2030, de l'équivalent de deux planètes pour maintenir notre mode de vie. »

Cette phrase figure dans l’introduction du rapport Planète vivante 2008 du WWF. Son argument principal est devenu un lieu commun de la mauvaise conscience contemporaine dans sa version environnementale : des cafés du commerce aux lambris de la République, tout le monde répète volontiers l’image frappante des deux (ou trois ou quatre, inflation et spéculation sont ici admises) planètes nécessaires à la poursuite de notre développement.

Dans une intéressante tribune parue dans le quotidien Les Échos, Patrick Jolivet (responsable R&D de l'agence BMJ Ratings et chercheur associé au laboratoire Érasme, École centrale de Paris) souligne deux erreurs de ce type de raisonnement.

D’abord, le calcul de l’empreinte écologique ne fait aucune référence au mécanisme des prix. C’est gênant puisque le cœur du raisonnement consiste à confronter une offre (ressources naturelles de la planète) et une demande (exploitation de ces ressources) et que jusqu’à plus ample informé, le prix est le principal indicateur de disponibilité (ou rareté) dans le mode de développement actuel.
Chacun le comprend assez aisément : quand bien même nous aurions besoin de deux planètes en 2030, nous ne les aurions pas. Et ce qui va confronter les pratiques au réel, ce sont justement les prix des matières premières et de l’énergie : les ressources non renouvelables deviendront de plus en plus chères à mesure que leur stock s’amenuisera, ce qui ajustera leur demande à la baisse.

Ensuite, Patrick Jolivet souligne que les projections d’empreinte écologique reposent sur le présupposé que toutes les économies du monde vont converger vers le mode de vie occidental. Mais c’est là assez contradictoire de la part du WWF comme des organisations environnementalistes, altermondialistes et autres en général, puisqu’elles ne cessent d’affirmer que l’on doit défendre les spécificités locales en ce domaine, l’idée même de « développement » étant supposée être une resucée mal déguisée des ardeurs coloniales de l’Occident se croyant centre et maître du monde.
« On ne peut penser la complexité avec des indicateurs simplistes », observe et conclut Patrick Jolivet.

Il faudrait ajouter que l’on ne peut pas analyser une évolution chaotique (au sens de Lorentz) avec des outils linéaires.

Les non-prises en compte du mécanisme des prix et de la diversité des développements ne sont pas les seules faiblesses du concept d’empreinte écologique.
La technoscience est une autre grande absente du raisonnement, alors que c’est elle qui détermine centralement et depuis plusieurs siècles la « biocapacité », c’est-à-dire en fait la disponibilité de la matière et de l’énergie pour son utilisation humaine. Là encore, c’est du sens commun : la productivité en culture d’un hectare de sol n’est par exemple pas la même en 1800, en 1900 et en 2000. En soi, la surface de la Terre est surtout abondante en eau et le Soleil nous envoie à chaque seconde une quantité d’énergie considérable, immensément supérieure à nos besoins actuels ou futurs. Le spectre des pénuries d’eau ou d’énergie n’est donc terrifiant que si l’on suppose une incapacité durable à capter, traiter, transformer ou distribuer les ressources là où elles se trouvent. Ici encore, les présupposés de chacun demandent à être spécifiés plutôt que de rester sous-jacents aux raisonnements.

Le monde aura essentiellement besoin de chercheurs et d’ingénieurs s’il veut concilier développement et durée ; mais si l’idée même de développement paraît finalement critiquable, si la production et la consommation doivent être freinées parce qu’on les juge moralement mauvaises (le « on » étant à préciser), si le vieux projet européen de maîtrise de la nature est à jeter aux oubliettes pour péché mortel de grandeur prométhéenne ou de démesure faustienne, alors bien sûr, on a déjà certaines solutions en tête et l’on tend à poser les problématiques de telle sorte que ces solutions soient perçues comme les seules viables.

Bien, voici maintenant le blog de Frédéric Joignot, sur la question de la surpopulation, pour ceux qui désirent aller plus loin dans l'analyse du problème sous-jacent :
http://fredericjoignot.blogspirit.com/archive/2009/01/09/sommes-nous-trop-nombreux-pour-cette-terre-qui-s-epuise.html

Cordialement,
Ase
avatar
Ase

Masculin Messages : 964
Date d'inscription : 18/11/2015
Age : 36
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'empreinte écologique et le problème de la surpopulation

Message par Ase le Jeu 18 Aoû - 18:56

Je relis ce post au problème déjà évoqué du mythe de la surpopulation.
(http://forum-religions-ines.forumactif.be/t148-le-mythe-de-la-surpopulation)

Bien cordialement,
Ase
avatar
Ase

Masculin Messages : 964
Date d'inscription : 18/11/2015
Age : 36
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum