La table servie.

Aller en bas

La table servie.

Message par Tatonga le Dim 20 Mai - 1:51

Sourate 5 : La table servie (Al-Maidah)
Verset 5. Vous sont permises, aujourd'hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. (Vous sont permises) les femmes vertueuses d'entre les croyantes, et les femmes vertueuses d'entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur mahr, avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d'amantes. Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l'au-delà, du nombre des perdants.
الْيَوْمَ أُحِلَّ لَكُمُ الطَّيِّبَاتُ وَطَعَامُ الَّذِينَ أُوتُوا الْكِتَابَ حِلٌّ لَّكُمْ وَطَعَامُكُمْ حِلٌّ لَّهُمْ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الْمُؤْمِنَاتِ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الَّذِينَ أُوتُوا الْكِتَابَ مِن قَبْلِكُمْ إِذَا آتَيْتُمُوهُنَّ أُجُورَهُنَّ مُحْصِنِينَ غَيْرَ مُسَافِحِينَ وَلَا مُتَّخِذِي أَخْدَانٍ وَمَن يَكْفُرْ بِالْإِيمَانِ فَقَدْ حَبِطَ عَمَلُهُ
وَهُوَ فِي الْآخِرَةِ مِنَ الْخَاسِرِينَ

Tentons une explication de texte.
1/ Il faut d’abord comprendre par « bonnes nourritures », les nourritures licites, car on retrouve cette expression « bonnes nourritures » dans les versets 3 et 4 de cette même sourate, qui énumèrent les interdits : charognes, sang, porc, bêtes assommées, etc. Comment dès lors comprendre le « vous est permise la nourriture des gens du livre »? Je ne vois qu’une seule explication : les gens du livre ont (avaient) les mêmes interdits alimentaires.

2/Notons le "votre nourriture leur est permise". Ce Dieu qui parle aux musulmans confirme encore ici qu’il reconnait les autres confessions des monothéistes et qu'il est aussi leur Dieu, puisqu’il « leur permet ».

3/ Venons-en maintenant à ce « (Vous sont permises) les femmes vertueuses d'entre les croyantes, et les femmes vertueuses d'entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous ». Il y a deux catégories de femmes confirmées par le « et », qui figure également dans le texte en arabe. Par « croyantes », il faut donc comprendre « musulmanes », ce qui ne veut pas dire que les autres ne sont pas croyantes. Au contraire, puisqu’il n’est pas dit d’épouser n’importe quelle autre femme, mais des femmes d’entre les gens du livre, ce qui ne peut signifier qu'une chose: des croyantes.

4/Que peut-on conclure ? Un musulman peut épouser une Juive ou une Chrétienne. Ces dernières doivent-elles se faire musulmanes pour être épousées ? Absolument pas, car si tel était le cas, le verset se serait arrêté au mot « croyantes » (musulmanes), la suite du verset serait inutile.
Une fois épousées, doivent-elles se convertir à l’islam ? Absolument pas, d’abord ce n’est pas dit, ensuite c’est une condition trop importante pour être tue, enfin la permission donnée d’épouser des non-musulmanes n’aurait alors aucun sens.

5/Un musulman peut donc avoir comme épouse une Juive ou une chrétienne. Mais une musulmane peut-elle avoir comme époux un Juif ou un Chrétien ? La question n’est pas expressément abordée, et si la question n’est pas abordée, je crois que cela est dû au fait que c’est l’homme qui épouse, l’homme qui « demande la main ». De toute façon l’interdit n’est pas prononcé, et ce qui n’est pas interdit est permis.

6/ Ce qui ressort cependant clairement de ce verset est que le cercle des mariages est circonscrit: il est interdit de se marier hors du cercle des monothéistes.

C’est une exégèse du Chéikh Tatonga. Exégèse indiscutable, il me semble, à moins qu’il ne soit dit le contraire dans d’autres versets, ce qui est impossible, mais si c’est le cas, je jette l’éponge.
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 5157
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La table servie.

Message par gaston21 le Dim 20 Mai - 18:28

Le mahr, dans mon Coran en français, est traduit par douaire ( Droit d'usufruit sur ses biens qu'un mari assignait à sa femme par son mariage et dont elle jouissait si elle lui survivait.)
avatar
gaston21

Masculin Messages : 1535
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 86

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La table servie.

Message par Tatonga le Dim 20 Mai - 22:49

gaston21 a écrit:Le mahr, dans mon Coran en français, est traduit par douaire ( Droit d'usufruit sur ses biens qu'un mari assignait à sa femme par son mariage et dont elle jouissait si elle lui survivait.)
Les coutumes et les traditions étant très différentes surtout d'une culture à une autre, et  même au sein d'une même culture, il vaut mieux ne pas traduire.
Le mahr est un don obligatoire que l'époux doit faire à l'épouse, en plus des biens que les deux parties (ou les deux familles) apportent au nouveau ménage. C'est ma définition, simple et claire.
Au sein même de la communauté musulmane, selon qu'on se trouve en Afrique noire ou en Asie, voire dans un même pays, il peut être plus ou moins important et prendre différentes formes, il vaut mieux ne le traduire ni par dot ni par douaire ni le confondre avec les cadeaux que s'offrent les mariés.
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 5157
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La table servie.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum