Les dictateurs, amoureux

Aller en bas

Les dictateurs, amoureux

Message par Tatonga le Jeu 26 Avr - 3:23

Eva Braun et Adolf
« Elle l'accompagnait toujours. Dès qu'il entendait la voix de sa bien-aimée, il devenait joyeux. Il plaisantait volontiers à propos de ses nouveaux chapeaux. Après ses journées de travail, ils passaient du temps ensemble à boire du champagne frais et du cognac, et à manger du chocolat et des fruits. » (Wiki)
Khadijah Saqati et Khomeiny
Pour Khomeiny, j’ai trouvé tout un texte de l’historienne Diane Ducret. Très, très intéressant à lire.
https://www.lematin.ch/culture/livres/Khomeiny-traitait-sa-femme-comme-une-princesse/story/13257513
Extraits
Le guide de la révolution islamique était très amoureux de sa jeune épouse et ne rechignait devant aucune tâche ménagère pour la soulager
...........
Un époux toujours aux petits soins pour Khadije.
......................
Il avait d’ailleurs établi une règle: que personne n’entame un repas avant qu’elle ait elle-même commencé à manger.
.......................
Il me disait toujours: «Ne balayez pas!» Lorsque je désirais laver les vêtements dans le bassin, il s’approchait de moi en me disant: «Levez-vous, vous ne devriez pas faire cela.» Et si par nécessité je faisais parfois ces travaux, il était bouleversé, les voyant comme une forme d’injustice à mon égard.»
......................
Quand les aléas politiques l’ont forcé à vivre loin d’elle, emprisonné ou exilé en Turquie puis en Irak, l’homme se désespérait. Plus rien ne semblait avoir de sens, comme en attestent les longues lettres qu’il lui écrivait, ne cachant rien de son désarroi ni de ses élans à la fois romantiques et sensuels.
..................
Alors qu’à son arrivée en France, l’imam s’est caché les yeux pendant tout le trajet depuis l’aéroport pour ne pas «être contaminé par des visions d’images dépravées», il laisse sa douce moitié totalement libre d’étancher sa soif de curiosité en découvrant la capitale et ses beaux magasins. Ozra Bani Sadr, épouse de Abolhassan Bani Sadr qui présidera l’Iran entre janvier 1980 et juin 1981, aura même ces paroles en se souvenant d’une virée de shopping parisien: «C’était une femme très loin des réalités politiques, et parfois très superficielle.»
..................
A Paris, Madame Khomeiny dévalise les boutiques Dior et se régale de petits gâteaux aux Galeries Lafayette, tandis que son mari refuse toujours de poser les yeux sur ces symboles de décadence. A une exception: le parfum Eau sauvage, de Christian Dior, dont il aime s’asperger. Un petit écart à son rigorisme légendaire qui n’est certainement pas sans lien avec son désir de charmer, encore et toujours, celle qui, on le dit, cachait de magnifiques boucles rousses et des tenues vives sous son tchador…
........................
Souvent, les enfants Khomeiny se sont amusés de l’attachement immodéré de leur père à Khadije. L’homme fronçait toujours les sourcils à ces plaisanteries: l’amour était à ses yeux une chose des plus sérieuses.
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 4957
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum