Dieu, hypothèse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dieu, hypothèse.

Message par Tatonga le Mar 12 Jan - 23:10

Dieu est-il une simple hypothèse que rien n'accrédite ?
L'athée selon ma définition est celui qui rejette tout ce qui est pure pensée, jugé pur fantasme, pour s'en tenir à la réalité objective.
Le croyant est...croyant, en ce sens qu'il croit en une idée, il fonde sa croyance en une idée, tout en essayant de la conforter au besoin par des faits observables.
Alors, Dieu n'est-il qu'une simple hypothèse que rien n'accrédite ou existe-t-il des éléments objectifs que le conforte?
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 3786
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu, hypothèse.

Message par Boemboy le Mar 12 Jan - 23:47

L'éternel problème...

Boemboy

Messages : 303
Date d'inscription : 04/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu, hypothèse.

Message par Tatonga le Mer 13 Jan - 0:31

Boemboy a écrit:L'éternel problème...
Oui, éternel problème. C'est qu'il y a dans la réalité observable autant de faits en faveur qu'en défaveur de Dieu.
En fait, ça se passe comme au marché, chacun fait ses emplettes, choisit ce qu'il veut, il y en a pour tous les goût.
J'en connais aussi qui, sans avoir jamais cherché à trancher cette question d'existence ou non de Dieu, ont choisi de se tourner vers Dieu pour donner un sens...au sens de leur existence et ne pas devenir fous.
Car il y a de quoi perdre la raison dans ce monde dont on ne saisit ni les tenants ni les aboutissants.
C'est à se cogner la tête contre les murs.
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 3786
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu, hypothèse.

Message par Boemboy le Mer 13 Jan - 14:10

Au lieu de s'abimer dans de vaines interrogations, on peut s'occuper des plus défavorisés et trouver un sens à sa vie en aidant les autres à sortir d'abord de leur misère et puis à accéder au bonheur qu'ils ont choisi...

Boemboy

Messages : 303
Date d'inscription : 04/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu, hypothèse.

Message par Tatonga le Mer 13 Jan - 20:30

Boemboy a écrit:Au lieu de s'abimer dans de vaines interrogations, on peut s'occuper des plus défavorisés et trouver un sens à sa vie en aidant les autres à sortir d'abord de leur misère et puis à accéder au bonheur qu'ils ont choisi...
Tu as sans doute raison, mais tu n'es arrivé à cette remarque qu'après des millénaires de réflexion et d'effort phulosophique; et les hommes ne sont parvenus à vivre un peu en paix ensemble malgré les différences de confessions que parce que pendant très longtemps ils ne se sont pas arrêté de s'interroger sur Dieu.
Tu vois philosopher n'est pas inutile, c'est même ce qui sauve l'homme.
Nous ne sommes pas que des tubes digestifs, nous avons d'autres besoins parmi lesquels la curiosité intellectuelle et les spéculations mentales, le besoin de comprendre pour comprendre, pas forcément à des fins utiles, mais juste pour comprendre, et c'est cela qui distingue l'homme de l'animal.
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 3786
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu, hypothèse.

Message par Ase le Mer 13 Jan - 23:44

Bonsoir,

"Tu vois philosopher n'est pas inutile, c'est même ce qui sauve l'homme.
Nous ne sommes pas que des tubes digestifs, nous avons d'autres besoins parmi lesquels la curiosité intellectuelle et les spéculations mentales, le besoin de comprendre pour comprendre, pas forcément à des fins utiles, mais juste pour comprendre, et c'est cela qui distingue l'homme de l'animal."

>>>>>> Je me demande si philosopher ce n'est pas comme faire du rangement dans sa tête. Quand on fait du rangement dans un lieu encombré, on commence par tout sortir, tout étaler. Cela augmente donc le désordre dans un premier temps. Ensuite, dans un deuxième temps, on trie, on classe et on place tout selon un ordre logique. A la fin tout apparaît plus net, plus clair, plus rationnel, et plus pratique. Sauf si on est pas doué pour l'organisation pratique : tout risque alors d'être entassé de manière aussi anarchique d'au début. Pour la philosophie, il en va de même : quand les idées ne sont pas claires, il faut commencer par réfléchir, on complique alors tout puis, après avoir mis de l'ordre dans ses idées, tout devient bien plus clair qu'au début sauf si on a mal réfléchi.



"J'en connais aussi qui, sans avoir jamais cherché à trancher cette question d'existence ou non de Dieu, ont choisi de se tourner vers Dieu pour donner un sens au sens de leur existence et ne pas devenir fous."

>>>>>> Comme la vie est courte, il est peut-être plus rassurant de croire à plein de choses fausses (mécanisme de compensation) qui nous rassurent plutôt que de regarder les horreurs de notre monde en face et agir dessus. Le mieux c'est d'expérimenter Dieu plutôt que de croire aveuglément en Dieu. Et une bonne manière de vivre Dieu, d'en faire l'expérience, est de "s'occuper des plus défavorisés", "de servir son prochain", de "les aider à sortir de leurs misères et de leurs blessures".



"En fait, ça se passe comme au marché, chacun fait ses emplettes, choisit ce qu'il veut, il y en a pour tous les goûts"

>>>>>> Je n'aime pas cette manière d'aborder le problème, qui consiste à multiplier les sources de religiosité. Vivre et adhérer à une religion ce n'est pas comme aller faire ses courses au marché. Je préfère séparer les points de vue en deux catégories, et ce peu importe sa foi, son choix, son appartenance : il y a les philosophes d'un côté et les politiciens de l'autre (dans ce dernier j'y classe les religieux, croyants et athées également).
La différence entre la pensée d'un philosophe et la pensée d'un politicien c'est celle qui existe entre un être tourné vers la sagesse et un être tourné vers l'idéologie. Quand Jésus a dit de rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, il a agit en philosophe; s'il avait été un politicien, il aurait déclenché une révolte pour chasser les romains d'Israël. Ce n'est pas la même manière d'agir. Le philosophe montre que les problèmes sont au fond en nous et que pour les résoudre, il faut d'abord travailler sur nous, et donc "se tourner" sur nous-mêmes. Tandis que le politicien idéologue prétend que les problèmes sont à l'extérieur de nous-mêmes et il canalise toutes son énergie sur des boucs émissaires. Ainsi alors que le philosophe atténuera la haine dans son cœur, le politicien cherchera à accroître les haines (ex : c'est de la faute de la droite ou de la gauche, c'est de la faute des juifs, de la faute des capitalistes, de la faute des américains, de la faute des arabes, etc.).

Cordialement, Ase
avatar
Ase

Masculin Messages : 964
Date d'inscription : 18/11/2015
Age : 36
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu, hypothèse.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum