Guerir de la schizophrénie

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Invité le Ven 17 Nov - 13:26

Bonjour par ici,

D'abord, merci Cheyenne d'avoir encore une fois expliquer. Ce n'est pas facile à comprendre pour moi car ce sont des concepts qui me sont étrangers.
Dans la schizophrénie il y a les symptômes positifs, très connus du publique : délire de grandeur, déformation des perceptions, activités inhabituelles, ect... Mais aussi les symptômes négatifs : perte d'énergie, dépression, replis sur soi...
Et pour ce que j'en observe, c'est vraiment des maladie liées à l'énergie.

Je me demande quand même comment des hommes médecine pourraient soigner des gens qui sont si éloignés de leur mode de vie traditionnel. Les peur ne sont plus les mêmes, les corps ne sont plus les mêmes, sans parler de l'environnement...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Dede 95 le Ven 17 Nov - 13:39

...tout simplement parce que c'est une maladie, donc une altération de l'intégrité physique!
Et le corps des êtres humains est le même quel que soit son lieu de résidence!
...et y compris son cerveau, dont seul diffère le contenu des neurones!
avatar
Dede 95

Masculin Messages : 1350
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 75
Localisation : Corse et Région Parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Brahim le Ven 17 Nov - 15:31

Dede 95 a écrit:
... pourquoi se priver d’aller voir s’il y a d’autres solutions ailleurs ?
"Ailleurs" se sera pareil, car si "ailleurs" as la solution, il y a longtemps que la médecine l'aurait récupéré! Tu crois pas?

Explication:
La schizophrénie est un trouble psychique sévère et chronique appartenant à la classe des troubles psychotiques. Ce trouble apparaît généralement au début de l'âge adulte environ entre 15 et 30 ans et affecte environ 1 % de la population. Comme les autres psychoses, la schizophrénie se manifeste par une perte de contact avec la réalité et une anosognosie, c'est-à-dire que la personne qui en souffre n'a pas conscience de sa maladie (en tout cas pendant les périodes aiguës). Cette particularité rend difficile l'acceptation du diagnostic par la personne schizophrène et son adhésion à la thérapie médicamenteuse.

Déjà faudrait s'entendre sur la forme de cette maladie du cerveau!

Les causes précises de la schizophrénie ne sont pas encore complètement élucidées mais son origine est définitivement organique50[réf. nécessaire] (et non purement psychologique). Les recherches scientifiques n'ont actuellement pas identifié de cause unique mais ont identifié de nombreux facteurs de risque. De plus, la grande variété de symptômes observés suggère qu'il pourrait y avoir différentes causes — et donc différentes maladies — à l'origine de la schizophrénie. L'hypothèse dominante propose que c'est une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux qui déclenche la maladie. Les gènes impliqués sont notamment ceux liés aux systèmes immunitaire et nerveux. Il existe une multitude de facteurs environnementaux capable d’interférer (épigénétiques, infectieux, prénataux, obstétricaux et néonataux)

La description à usage du grand public dont nous faisons partie, est très complète sur Wiki!

https://fr.wikipedia.org/wiki/Schizophr%C3%A9nie

Dede, je connais tout ça ...
Ce dont je suis certain, c'est que deux membres de ma proche famille ont des maladies psychiques depuis plusieurs dizaines d'années et n'ont pas pu être guéris par la médecine officielle.
L'un a une maladie bipolaire, appelée encore "psychose maniaco-dépressive", depuis quarante ans. Il a été hospitalisé une trentaine de fois en milieu psychiatrique.
L'autre a une schizophrénie depuis une vingtaine d'années et a été hospitalisé au moins une quinzaine de fois en milieu psychiatrique et plusieurs tentatives de suicide.
Tous les deux sont et ont été soignés en France par de très bons psychiatres, mais rien n'y fait. Les neuroleptiques et la psychothérapie leurs permettent d'avoir des rémissions qui durent quelques mois, voire quelques années, mais les rechutes sont systématiques. Leur vie familiale, sociale et professionnelle est complètement perturbée et chaotique ... et surtout pas d'espoir de guérison.
Crois-moi, quand on arrive à cette situation, on est prêt à tout ... y compris de tester d'autres "médecines".
avatar
Brahim

Masculin Messages : 282
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 75
Localisation : Ile de France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Brahim le Sam 18 Nov - 10:50

Dede 95 a écrit:
... pourquoi se priver d’aller voir s’il y a d’autres solutions ailleurs ?
"Ailleurs" se sera pareil, car si "ailleurs" as la solution, il y a longtemps que la médecine l'aurait récupéré! Tu crois pas?

En matière de schizophrénie, la médecine actuelle n'est pas encore prête à récupérer ce qui se dit ou se fait ailleurs parce qu'elle ne reconnait à l'Homme que ses composantes physique, chimique et psychologique. Elle ne reconnait pas l'existence des corps subtils (corps énergétique, corps éthérique, corps astral, etc) ; je ne parle même pas de l'âme ou de l'esprit divin. Elle ne reconnait pas non plus l'existence d'entitiés énergétiques invisibles.

Il faut dire aussi que ce qui se fait ailleurs n'est pas convainquant non plus.
Il m'est arrivé de cotoyer de très près des gurisseurs en Algérie, afin d'essayer de comprendre leur vision du phénomène.
La schizophrénie est pour eux une possession de l'être humain par une entitié subtile, probablement énergétique, qu'ils appellent "esprtit" ou "djinn". Cette entité parasite l'être humain au point de prendre le commandement de sa vie de tous les jours.
Par conséquent, le traitement de cette maladie consisterait à extraire cette entité parasite du corps de l'être humain qu'elle infecte. Pour cela, ils utilisent l'exorcisme. J'ai eu l'occasion d'assister à une séance d'exorcisme en Algérie il y a de cela plusieurs dizaines d'années ; c'est impressionnant !  En gros, cela consiste à faire sortir l'intrus du corps humain qu'il parasite en lui offrant en échange le corps d'un animal (un coq, un bélier ...). Apparemment ça marche ; notre patient a été effectivement soulagé sur le coup ; mais il a rechuté quelques mois après.
J'en ai longuement discuté avec le guérisseur exorciseur, celui-ci m'a expliqué que, sur le coup, il arrivait à faire sortir l'intrus (esprit, djinn), mais qu'il n'avait pas la possibilité d'empêcher que, dans les mois ou années qui suivent, une autre entité énergétique vienne à nouveau parasiter cette personne et la rendre malade. Tout se passe comme si les moyens de défense de l'organisme du schizophrène n'étaient pas suffisamment puissants pour l'empêcher d'être à nouveau infesté par une autre entité.
avatar
Brahim

Masculin Messages : 282
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 75
Localisation : Ile de France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Dede 95 le Sam 18 Nov - 13:05

Tu la critique parce qu'elle repose ses recherches sur le réel et non sur la "réverie"!

Sortir le djinn, l'intrus, ? Tu y a demandé si il l'avait vu ?

Tu mesure le ridicule Brahim ?

La croyance est une chose, la réalité une autre!


avatar
Dede 95

Masculin Messages : 1350
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 75
Localisation : Corse et Région Parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par cheyenne le Sam 18 Nov - 13:39

@Amandine,
Je ne comprends pas ce que tu veux dire Amandine. Le mode vie de chacun d'entre nous et sa philosophie de vie, n'ont rien à voir là dedans. Un être occidental malade vient à nous souvent en dernier recours, abandonné par sa médecine et souvent malade de cette même médecine qui s'avère souvent impuissante ou dont les effets secondaires dévastateurs de ses médicaments l'empoisonnent bien plus qu'ils ne le guérissent, hormis quelques-uns comme la cortisone, les bronchodilatateurs, etc. Nous servons donc régulièrement de poubelle à la médecine occidentale ! Rien ne s'oppose à la prise en charge de patients chrétins, juifs ou autres parce que nous n'avons aucune doctrine, aucun dogme en lesquels il faut croire, notre philosophie n'entrant donc en opposition avec aucune autre. En Occident, à ce que je sache, un médecin ne s'intéresse pas davantage à la religion ou à la classe sociale de ses patients.
avatar
cheyenne

Masculin Messages : 376
Date d'inscription : 08/01/2017
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par cheyenne le Sam 18 Nov - 13:42

En matière de schizophrénie, la médecine actuelle n'est pas encore prête à récupérer ce qui se dit ou se fait ailleurs parce qu'elle ne reconnait à l'Homme que ses composantes physique, chimique et psychologique. Elle ne reconnait pas l'existence des corps subtils (corps énergétique, corps éthérique, corps astral, etc) ; je ne parle même pas de l'âme ou de l'esprit divin. Elle ne reconnait pas non plus l'existence d'entitiés énergétiques invisibles.

Il faut dire aussi que ce qui se fait ailleurs n'est pas convainquant non plus.
Il m'est arrivé de cotoyer de très près des gurisseurs en Algérie, afin d'essayer de comprendre leur vision du phénomène.
La schizophrénie est pour eux une possession de l'être humain par une entitié subtile, probablement énergétique, qu'ils appellent "esprtit" ou "djinn". Cette entité parasite l'être humain au point de prendre le commandement de sa vie de tous les jours.
Par conséquent, le traitement de cette maladie consisterait à extraire cette entité parasite du corps de l'être humain qu'elle infecte. Pour cela, ils utilisent l'exorcisme. J'ai eu l'occasion d'assister à une séance d'exorcisme en Algérie il y a de cela plusieurs dizaines d'années ; c'est impressionnant !  En gros, cela consiste à faire sortir l'intrus du corps humain qu'il parasite en lui offrant en échange le corps d'un animal (un coq, un bélier ...). Apparemment ça marche ; notre patient a été effectivement soulagé sur le coup ; mais il a rechuté quelques mois après.
J'en ai longuement discuté avec le guérisseur exorciseur, celui-ci m'a expliqué que, sur le coup, il arrivait à faire sortir l'intrus (esprit, djinn), mais qu'il n'avait pas la possibilité d'empêcher que, dans les mois ou années qui suivent, une autre entité énergétique vienne à nouveau parasiter cette personne et la rendre malade. Tout se passe comme si les moyens de défense de l'organisme du schizophrène n'étaient pas suffisamment puissants pour l'empêcher d'être à nouveau infesté par une autre entité.
Un exorcisme est particulièrement traumatisant pour une personne et s'il lui arrive de pouvoir se remettre de sa possession, ce ne sera pas le cas en ce qui concerne le rite violent qu'elle a subi. Et là, je ne parle pas des enfants...
Une rechute dans ces conditions est ce qui a de plus normal. D'abord, on ne relâche jamais un "intrus" dans le décor, on l'amène jusqu'au vortex qu'il doit empreinter pour prendre,  disons "la voie normale", que chacun d'entre nous doit emprunter au moment de son décès et non aller vadrouiller dans le vaste monde et aller gêner les vivants. Ensuite, ils ne savent pas renforcer les membranes du cocon aurique de la personne de façon à n'y laisser pénétrer que les énergies positives, les énergies négatives rebondissant dessus.
avatar
cheyenne

Masculin Messages : 376
Date d'inscription : 08/01/2017
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Invité le Sam 18 Nov - 15:00

Salut Cheyenne,
Je disais cela car je pensais que pour ce genre d'intervention, il fallait une certaine adhésion de la personne soignée. Et je voyais mal comment les personne que je connais (où en m'imaginant moi-même dans cette situation) pouvaient prendre part à ce mode de soin.

Mais peut-être que je me fais une fausse idée, car je comprenais tout ça comme un genre de thérapie, alors qu'en te relisant encore, je crois que ce n'est pas un travail symbolique.

Il n'est plus à prouver que les médicaments neuroleptiques abîment les gens. Quand on parcourt la littérature on voit que beaucoup de génies, s'ils étaient nés aujourd'hui, ils auraient surement été mis sous médicament aux premiers signes de la maladie et n'auraient rien produit. Dans les deux cas ce sont des vie lourdes en souffrance, de toute façon Sad

Pour Brahim : il y a une chose que j'ai beaucoup observée, qui est vraiment constante, avec le temps les effet de la maladie diminue, et les gens trouvent un petit équilibre, par contre ils ont beaucoup de mal avec les effets négatif des traitement.

Pour Dédé, il n'y a rien de ridicule à chercher, à réfléchir, et encore moins à espérer. Tu ne parles pas avec des idiots ici, personne n'a parlé de laisser des grands malades sans soin ni de faire des rituels dangereux. Moi aussi je suis méfiante au sujet des médecine alternatives mais ce n'est pas une raison pour fermer les portes de tout ce qu'on ne connaît pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Brahim le Sam 18 Nov - 15:50

Dede 95 a écrit:Tu la critique parce qu'elle repose ses recherches sur le réel et non sur la "réverie"!
Je connais suffisamment bien la médecine pour ne pas la critiquer.
Je sais qu'elle fait des merveilles dans certains domaines.
Mais je sais aussi qu'elle a des limites dans certains domaines et je suis bien placé pour le savoir.


Dede 95 a écrit:Sortir le djinn, l'intrus, ? Tu y a demandé si il l'avait vu ?
Tu mesure le ridicule Brahim ?
La croyance est une chose, la réalité une autre
Je ne vois aucun ridicule à être ouvert à des notions différentes de la version officielle, surtout si cette version officielle balbutie et n'a pas encore de réponse sûre.
avatar
Brahim

Masculin Messages : 282
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 75
Localisation : Ile de France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Dede 95 le Sam 18 Nov - 16:51

Ah bon, tu as déjà VU un djinn pour l'affirmer ?
C'est pas être ouvert, au contraire, c'est s'enferrer dans la nébulosité!
avatar
Dede 95

Masculin Messages : 1350
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 75
Localisation : Corse et Région Parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par cheyenne le Sam 18 Nov - 19:35

Amandine a écrit:Salut Cheyenne,
Je disais cela car je pensais que pour ce genre d'intervention, il fallait une certaine adhésion de la personne soignée. Et je voyais mal comment les personne que je connais (où en m'imaginant moi-même dans cette situation) pouvaient prendre part à ce mode de soin.

Mais peut-être que je me fais une fausse idée, car je comprenais tout ça comme un genre de thérapie, alors qu'en te relisant encore, je crois que ce n'est pas un travail symbolique.  
Le patient vient de son propre gré et ne subit jamais aucune agression ou atteinte physique (piqûre, injection, incision ou autres). C'est à peine s'il est frôlé, ramasse un peu de fumée de plantes médicinales ou quelques gouttelettes d'eau.
avatar
cheyenne

Masculin Messages : 376
Date d'inscription : 08/01/2017
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par cheyenne le Sam 18 Nov - 19:38

Tatonga a écrit:
Dede 95 a écrit:
... pourquoi se priver d’aller voir s’il y a d’autres solutions ailleurs ?
"Ailleurs" se sera pareil, car si "ailleurs" as la solution, il y a longtemps que la médecine l'aurait récupéré! Tu crois pas?
Non, pas forcément. Peut-être plus tard...
Il ne faut pas oublier que la science depuis toujours et très souvent ne fait que conquérir ce qui était déjà connu par la non-science, ce qui était connu de façon empirique ou par intuition ou tout autre méthode ou voie non-scientifique.
Salut Tatonga ! Je viens seulement de voir ton message sur la page précédente.
Exact ! Et le jour où elle "découvre" quelque chose, elle fait comme si c'était nouveau et que c'est elle qui l'a découvert ! Les journaux en sont régulièrement pleins, comme la "découverte" récente des bienfaits des noix !
L'homme flaire d'abord et c'est bien plus tard que la science arrive avec ses instruments et ses gros sabots.
Il observe et en tire les conclusions qui s'imposent.
La perte d'une partie de l'âme ou de l'âme dans sa totalité date du Paléolithique supérieur et a été précédée de l'idée de l'introduction dans le cocon aurique, de l'intrus ou élément perturbateur. Et c'est au néolithique que remonterait la notion de possession par un esprit néfaste. La nécessité d'extraire les pointes de flèches fichées dans les blessures et de pratiquer les premières trépanations suite à des accidents, aurait suggéré à l'homme des temps préhistoriques le concept de la maladie causée par l'affaiblissement de l'organisme et en conséquent, son incapacité à se défendre contre  l'introduction d'un intrus dans son cocon aurique. Le "possesseur" est alors tantôt un esprit, tantôt un défunt.
Le diagnostic s'efforcera donc de préciser celle des causes possibles et à qui doit être attribué le mal. Le nom du "possesseur" est alors connu du thérapeute. Puis, la thérapeutique tendra à réintégrer l'âme, à expulser le "possesseur". Si le possédé est un enfant, le thérapeute choisira d'en obtenir le retrait volontaire, ce qui peut prendre quelques semaines afin de préserver l'équilibre psychique fragile de l'enfant.
avatar
cheyenne

Masculin Messages : 376
Date d'inscription : 08/01/2017
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Invité le Sam 18 Nov - 21:41

cheyenne a écrit:
Le patient vient de son propre gré et ne subit jamais aucune agression ou atteinte physique (piqûre, injection, incision ou autres). C'est à peine s'il est frôlé, ramasse un peu de fumée de plantes médicinales ou quelques gouttelettes d'eau.

Lu.

Merci de prendre le temps de nous expliquer tout ça.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par gaston21 le Sam 18 Nov - 22:30

La personne schizophrène dont j'ai parlé, 45 ans, est un neveu de mon épouse. Avant de tomber dans la drogue vers l'âge de 30 ans, il était déjà très fragile psychologiquement; une mère dépressive depuis toujours avec des suicidés du côté de sa famille et qui avait fait des séjours en hôpital psychiatrique; il avait déjà touché au cannabis, mais la perte de son père (et de sa nouvelle épouse) dans le tsunami de Noël 2004 au Vietnam l'a précipité dans la drogue dure; et c'est là qu'a été diagnostiquée sa maladie. Il y a donc clairement une origine génétique puis un accident de la vie qui a déclenché le processus. Rien n'est mystérieux.
avatar
gaston21

Masculin Messages : 1372
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 85

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Invité le Sam 18 Nov - 22:45

Un peu quand même Gaston.
Tout ce qui touche au mental, on reste incertain sur bien des points. Qu'est ce qui cloche, sur quel levier appuyer pour faire changer les choses, on ne peut pas prédire l'évolution et même pire souvent les diagnostiques varient. La même personne est schizo chez un psychiatre, ils change il est borderline, il revient au premier, il est bipolaire et chaque fois il change de traitement. On voit bien qu'il y a du flou.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par gaston21 le Dim 19 Nov - 17:40

Comme dit Martine A..., "Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup"! Sourire!
avatar
gaston21

Masculin Messages : 1372
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 85

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerir de la schizophrénie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum