Les actes, pas la personne.

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par mister be le Ven 28 Juil - 16:39

Tala* a écrit:Nous sommes responsables de nos actes. Point. Sinon on ne finira pas d'excuser tout et n'importe quoi.

Il s'agit de ne pas nous déresponsabiliser...
Oui, les actes que nous posons participent de notre personnalité. Cette double vision est fondamentale : d’un côté, nous sommes plus que nos actes et, en même temps, ces derniers nous façonnent et nous entraînent parfois là où nous ne voudrions pas aller. Certains actes, que nous posons librement au début, peuvent nous conduire à des habitudes et nous rendre dépendants. C’est l’exemple de l’alcool ou de la drogue. D’où l’importance de la moralité. Le jugement moral proposé par lareligion veut aider les personnes à voir clair, à décider en conscience d’une façon juste. Elle ne condamne pas les personnes en jugeant les actes. Ni la femme qui avorte, ni celui qui se suicide. Le seul risque de condamnation que nous encourons c’est, lors du Jugement dernier, de refuser le pardon de Dieu offert pour nos péchés, que nous verrons alors en pleine lumière
avatar
mister be

Masculin Messages : 620
Date d'inscription : 07/04/2016
Age : 58
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Invité le Ven 28 Juil - 17:05

on confond souvent "comprendre et expliquer ce qui a mené telle personne à faire ceci" avec "excuser". Ce n'est pas du tout la même chose. De nouveau, les plaidoiries à la TV déforment cela et entretiennent la confusion.

Comprendre peut amener soit à aggraver l'intention de l'acte, soit à l'excuser partiellement, mais ni l'un ni l'autre ne devrait être le but de cette analyse. C'est surtout vrai au niveau individuel: réfléchir à ce qui nous a amené à agir de telle ou telle façon nous apprend énormément et peut nous aider à nous corriger. De nouveau, tout dépend du but. Si le but est de nous dé-responsabiliser, on n'apprendra rien et on s'enfoncera dans l'erreur.
Les enseignements nous conseillent de faire ces examens de conscience sans se culpabiliser, et sans se déculpabiliser: de nouveau, se tenir aux faits, observer le plus objectivement possible et en tirer les leçons pour améliorer sa vision et sa conduite.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Tatonga le Sam 29 Juil - 13:35

mister be a écrit:Je pense avoir compris ce que veut Tatonga...
Ce n'est pas Tatonga qui le veut.
La formule dont il est question a une signification philosophico-religieuse, elle n'a rien à voir avec le Droit et les juridictions.
Alors je ne vois pas pourquoi toutes ces acrobaties, ces tours d'illusionnistes et ces "suçages" d'orteils pour la faire entrer de force dans les tribunaux.
Il faut bien quelqu'un pour remettre les trains sur les rails, et cette fois-ci c'est moi qui le fais, c'est tout.
Excusez mon parler...péremptoire, et surtout n'en concluez pas que je vous prends pour des sots.
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 3789
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par gaston21 le Sam 29 Juil - 17:32

S'il y a un mot qu'on nous serine depuis qu'on est sorti de ventre de notre mère, c'est bien "libre"! Tu es libre de tes décisions, de tes colères, des péchés que tu as commis! Et fais gaffe! Dieu te surveille et tu vas payer! Garçon, tu joues avec ta "bébète"? Mais c'est épouvantable! Ca te vaut les flammes de l'enfer pour l'éternité! C'est ainsi que j'ai été éduqué! Et quand, à 10 ou 11 ans,ma p'tite mère m'a découvert en train de jouer à papa-maman sur le foin avec ma copine Jeannette, elle a vu son fils au bout de la fourche de Satan! Elle m'a dit qu'elle aurait préféré me voir mort! Voilà
où mènent ces religions stupides! Et elles nous enchaînent l'esprit à un point tel qu'il nous faudra des années pour s'en libérer! Quand on y arrive!
Et pour s'en libérer, que d'années de réflexion, d'études pour renverser ces foutus fichiers qu'on a gravé dans nos jeunes têtes! Oui, j'affirme une nouvelle fois que vous vous croyez libres parce qu'on vous a imposé cette idée depuis toujours, mais que vous vous faites illusion! Non, vous ne l'êtes
pas! Votre conscient n'apparaît qu'après la décision de l'inconscient!
avatar
gaston21

Masculin Messages : 656
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 84

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par tamar35 le Sam 29 Juil - 18:53

gaston21 a écrit:Et pour s'en libérer, que d'années de réflexion, d'études pour renverser ces foutus fichiers qu'on a gravé dans nos jeunes têtes! Oui, j'affirme une nouvelle fois que vous vous croyez libres parce qu'on vous a imposé cette idée depuis toujours, mais que vous vous faites illusion!

Pourquoi as-tu parlé de libération ? serais-tu libre, toi ?

gaston21 a écrit:Non, vous ne l'êtes pas! Votre conscient n'apparaît qu'après la décision de l'inconscient!

Même dans le cas d'une décision mûrement réfléchie ?
As-tu des sources qui témoignent que malgré "des années de réflexion et d'études" ce que décide l'inconscient est distinct de ce qu'aurait décidé la conscience si elle n'avait pas été court-circuité par cet énigmatique inconscient.
Énigmatique inconscient qui est peut-être parfaitement libre, lui ?
avatar
tamar35

Féminin Messages : 297
Date d'inscription : 11/05/2016
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par tamar35 le Sam 29 Juil - 19:13

Tatonga a écrit:Que signifie "il faut condamner les actes et non la personne" que l'on entend sous cette forme ou sous une forme plus ou moins voisine, sinon similaire, comme "juger les actes et non la personne" ?

Si nous parlons d'une situation judiciaire, tout procès au pénal commence par un examen de la personnalité du présumé coupable, ces débats préliminaires auront un impact éventuel sur la lourdeur de la peine. En outre, il y a souvent des expertises psychiatriques pour déterminer si le présumé coupable est doué de discernement, s'il a conscience de sa faute, s'il a une vague notion du bien et du mal dans une société.
Il est évident que la notion de "circonstances atténuantes" et "aggravantes" tient compte de la personnalité du présumé coupable. La récidive est aussi prise en considération...
Donc on cherche à coller au plus près de la personne du présumé coupable, à sa psychologie et à son histoire.  

Par conséquent "il faut condamner les actes et non la personne" signifie sans doute qu'au pénal il y a toujours le risque que des préjugés sociaux ou racistes, des enjeux politiques ou des emballements médiatiques, etc. pèsent sur le jugement, la condamnation et la peine.
Il faut en rester à des faits mûrement établis et ne pas être influencé par des jugements hâtifs à la gueule du client.
avatar
tamar35

Féminin Messages : 297
Date d'inscription : 11/05/2016
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par mister be le Sam 29 Juil - 20:02

Tatonga a écrit:
mister be a écrit:Je pense avoir compris ce que veut Tatonga...
Ce n'est pas Tatonga qui le veut.
La formule dont il est question a une signification philosophico-religieuse, elle n'a rien à voir avec le Droit et les juridictions.
Alors je ne vois pas pourquoi toutes ces acrobaties, ces tours d'illusionnistes et ces "suçages" d'orteils pour la faire entrer de force dans les tribunaux.
Il faut bien quelqu'un pour remettre les trains sur les rails, et cette fois-ci c'est moi qui le fais, c'est tout.
Excusez mon parler...péremptoire,  et surtout n'en concluez pas que je vous prends pour des sots.  

J'avais bien compris mais j'avais peur qu'on me taxe encore d'extrémiste religieux donc j'essayais d'être neutre et le religieux comme le non croyant est soumis à la loi des hommes....
@Tamar...certains états comme aux USA commencent leur procès au pénal par la présomption d'innocence...la culpabilité doit être apportée!

Et comme le disait LEELA, tout dépend du cadre et du jugement morale apporté à un acte...je pense ici à l'affaire d'Outreau Mes pensées vont pour les innocents d'Outreau qui ont été injustement accusés et qui ont été arbitrairement traînés dans la boue.Des vies ont été brisées

Je pense Tamar qu'il faut aussi faire une distinction entre liberté et libération...
avatar
mister be

Masculin Messages : 620
Date d'inscription : 07/04/2016
Age : 58
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par mister be le Sam 29 Juil - 20:06

Leela a écrit:on confond souvent "comprendre et expliquer ce qui a mené telle personne à faire ceci" avec "excuser".  Ce n'est pas du tout la même chose.  De nouveau, les plaidoiries à la TV déforment cela et entretiennent la confusion.

Comprendre peut amener soit à aggraver l'intention de l'acte, soit à l'excuser partiellement, mais ni l'un ni l'autre ne devrait être le but de cette analyse.  C'est surtout vrai au niveau individuel: réfléchir à ce qui nous a amené à agir de telle ou telle façon nous apprend énormément et peut nous aider à nous corriger.  De nouveau, tout dépend du but.  Si le but est de nous dé-responsabiliser, on n'apprendra rien et on s'enfoncera dans l'erreur.
Les enseignements nous conseillent de faire ces examens de conscience sans se culpabiliser, et sans se déculpabiliser: de nouveau, se tenir aux faits, observer le plus objectivement possible et en tirer les leçons pour améliorer sa vision et sa conduite.

Comme écouter peut signifier aussi comprendre, prendre conscience...
On peut très bien avoir de l'empathie pour un criminel sans pour autant cautionner son acte...c'est ça aussi que comprendre veut dire...peut être que dans un certain cadre ou dans la même situation, j'aurais accompli le même crime....
avatar
mister be

Masculin Messages : 620
Date d'inscription : 07/04/2016
Age : 58
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par tamar35 le Dim 30 Juil - 9:07

Tatonga a écrit:La formule dont il est question a une signification philosophico-religieuse, elle n'a rien à voir avec le Droit et les juridictions.

D'ac... mais alors il faut reconnaître que le sens du mot "condamner" n'est plus le même, il signifie "désapprouver", la personne n'est plus, du moins théoriquement, sanctionnée.

Il s'agit d'affirmer que dans nos comportements nous subissons des influences qui donnent à nos yeux des effets négatifs et que notre désapprobation aura, elle, peut-être un effet vertueux et que de toute façon, il n'est pas illégitime, du moins a priori, de proclamer hautement que tel acte paraît mal à nos yeux. Sinon toute éthique et toute morale doivent être bannies de l'espace public.

On peut réprouver l'euthanasie active, le clamer sur tous les toits et ne pas juger les gens qui y consentent.
On peut réprouver la pédophilie, le clamer sur tous les toits et demander à ce que les coupables soient soignés et non pas punis.
avatar
tamar35

Féminin Messages : 297
Date d'inscription : 11/05/2016
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Tatonga le Dim 30 Juil - 13:12

tamar35 a écrit:
Tatonga a écrit:La formule dont il est question a une signification philosophico-religieuse, elle n'a rien à voir avec le Droit et les juridictions.
D'ac... mais alors il faut reconnaître que le sens du mot "condamner" n'est plus le même, il signifie "désapprouver", la personne n'est plus, du moins théoriquement, sanctionnée.
Je crois qu'on est à peu près d'accord.
Je le comprends dans le sens où il ne faut pas confondre l'auteur de la faute et la faute commise. Ne pas assimiler l'auteur à sa faute. Ce sont deux choses distinctes.
Les distinguer signifie qu'il faut condamner l'acte (le faute, le péché) et non la personne.
Je fais 2 réserves quant à tes propos:
- Il s'agit de condamner et non de désapprouver, car désapprouver, c'est désapprouver quelqu'un, désapprouver ce qu'il a fait. Or, il ne s'agit pas seulement de cela, cela va plus loin: il s'agit de condamner un type de faute spécifique: le vol, le meurtre, la trahison, etc.
-Il ne faut pas parler de sanction, de punition. Il ne s'agit pas de sanctionner ou de ne pas sanctionner. Ce n'est pas ce problème qui est posé. C'est une question qui ne doit pas être abordée. Le problème de la sanction est un autre problème qui se pose ailleurs dans un autre champ, dans la vie concrète.

avatar
Tatonga

Masculin Messages : 3789
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par JiPi22 le Dim 30 Juil - 17:32

Tatonga a écrit:
dans le sens qu'une personne qui commet un mauvais acte n'est pas forcément foncièrement mauvaise et irrémédiablement irrécupérable, perdue.
Dans le sens de distinguer le mal de la personne, de hair le péché et non la personne.
Je jette comme ça des mots pour suggérer le sens. Jésus a sans doute dit quelque chose dans ce sens, qui a donné naissance à cette expression.
Matthieu 7:1 Ne jugez pas, pour que vous ne soyez pas jugés.
Matthieu 7:2 Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.
Luc 6:37 Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés ; absolvez, et vous serez absous.

JiPi22

Masculin Messages : 63
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 89

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Invité le Dim 30 Juil - 17:44

merci Jipi, c'est le message que je voulais faire passer, en prenant un autre chemin (mais je 'lai aussi mentionné). Je rejoins aussi les derniers propos de Tatonga, Mr.be et Tamar et leurs précisions de vocabulaire Wink
Une fois de plus, je constate qu'on est d'accord sur le fond, c'était dans la manière de le présenter qu'il y avait des malentendus.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par gaston21 le Dim 30 Juil - 17:57

tamar35 a écrit:
gaston21 a écrit:Et pour s'en libérer, que d'années de réflexion, d'études pour renverser ces foutus fichiers qu'on a gravé dans nos jeunes têtes! Oui, j'affirme une nouvelle fois que vous vous croyez libres parce qu'on vous a imposé cette idée depuis toujours, mais que vous vous faites illusion!

Pourquoi as-tu parlé de libération ? serais-tu libre, toi ?

gaston21 a écrit:Non, vous ne l'êtes pas! Votre conscient n'apparaît qu'après la décision de l'inconscient!

Même dans le cas d'une décision mûrement réfléchie ?
As-tu des sources qui témoignent que malgré "des années de réflexion et d'études" ce que décide l'inconscient est distinct de ce qu'aurait décidé la conscience si elle n'avait pas été court-circuité par cet énigmatique inconscient.
Énigmatique inconscient qui est peut-être parfaitement libre, lui ?

Mais oui, toutes les recherches, tous les examens faits par IRM montrent clairement que la décision se prend dans l'inconscient. Il est bien évident que ça bouscule nos certitudes multi-millénaires, mais c'est ainsi.
avatar
gaston21

Masculin Messages : 656
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 84

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par JiPi22 le Dim 30 Juil - 18:10

Mais que la part de liberté dont nous disposons s'exerce dans "l'inconscient" plutôt que dans le "conscient", qu'est-ce que ça change ?

JiPi22

Masculin Messages : 63
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 89

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par tamar35 le Dim 30 Juil - 18:46

Tatonga a écrit:-Il ne faut pas parler de sanction, de punition. Il ne s'agit pas de sanctionner ou de ne pas sanctionner. Ce n'est pas ce problème qui est posé. C'est une question qui ne doit pas être abordée. Le problème de la sanction est un autre problème qui se pose ailleurs dans un autre champ, dans la vie concrète.

En définitive la phrase "condamner les actes mais pas les personnes" sonne comme un mot d'ordre idéaliste, gentiment à côté du monde réel.

Si je vous dis "je condamne l'hippophagie mais je ne condamne pas ceux qui mangent de la viande de cheval" cela paraît assez tolérant jusqu'au jour où j'acquiers assez d'influence pour que ma haine de l'hippophagie passe dans la loi.
Et là, il y aura bien des sanctions.

Et si la loi actuelle ne me plaît pas et que je milite pour l'interdiction de l'hippophagie ne suis-je pas en train de viser ceux qui mangent de la viande de cheval ? Ce n'est pas l'acte qui va subir la réprobation voire la condamnation.

Il est idéaliste de poser "condamner les actes mais pas les personnes" car une telle phrase devrait m'obliger à ne pas changer d'attitude vis à vis de ceux qui font ce que je condamne, car une telle altération de mon attitude montrerait que je les juge.
avatar
tamar35

Féminin Messages : 297
Date d'inscription : 11/05/2016
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Invité le Dim 30 Juil - 18:55

JiPi22 a écrit:Mais que la part de liberté dont nous disposons s'exerce dans "l'inconscient" plutôt que dans le "conscient", qu'est-ce que ça change ?
dans le premier cas, on n'est pas responsable, dans le second cas: oui. Donc je trouve que ça change tout. Wink Je parle au niveau humain, pas au niveau de la justice.
La limite entre les deux n'est pas facile à établir, par exemple on peut volontairement se laisser convaincre dans un sens parce qu'on ne veut pas changer son mode de vie nocif (polluant...) et on en vient à camper fortement sur ses positions et devenir un ardent défenseur de la nocivité. La "voix de la conscience" a été refoulée à un moment donné, c'est là que nous avons une certaine minime petite liberté mais dont les conséquences sont énormes. Ces personnes sont d'ailleurs les plus acharnées à défendre leur position jusqu'à l'extrémisme: il sera impossible de les faire changer d'avis, surtout s'ils ont des avantages matériels.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par JiPi22 le Dim 30 Juil - 19:01

C'est vrai que ce n'est pas facile. Quand on réprouve un acte, quasi automatiquement c'est interprété comme une condamnation de la personne qui a accompli cet acte. Pourtant c'est vrai qu'on peut réprouver un acte sans juger la personne qui a commis cet acte ; et si on dit qu'on ne condamne pas la personne, c'est facilement traduit comme une approbation de son acte.

Je pense aussi à Valls qui disait que "comprendre" c'est excuser


JiPi22

Masculin Messages : 63
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 89

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Invité le Dim 30 Juil - 20:12

oui, cette confusion est très répandue.  Le problème se pose aussi dans l'éducation des enfants.  S'il a raté un examen et qu'on lui dit "tu es bête, tu n'arriveras jamais à rien" ou "tu es paresseuse" (je mets au féminin parce que j'ai entendu cela toute mon enfance), l'enfant s'y identifie très rapidement et c'est fichu.  Je me souviens très bien ne pas faire mes devoirs puisque je suis paresseuse et bête, comme si en ne les faisant pas, j'obéissais à l'image que les autres avaient de moi, comme pour ne pas les "décevoir".  Tandis que "tu n'as pas fait tes devoirs hier, ce n'est pas bien ! Pourquoi ne les as tu pas faits ?  Ah, tu étais fatigué, et pourquoi ?" etc puis chercher une solution ensemble, donner confiance à l'enfant...

Ça revient exactement à ce que je disais dans le premier post.  J'avais pris l'exemple de la justice parce que là, c'est un extrême, le juge doit prendre une position tranchée et tous ces problèmes dont on parle ici sont poussés à l'extrême.  C'est souvent plus facile de raisonner à partir de cas de ce genre, que d'en prendre des plus "faibles", plus discutables, plus nuancés.

"Comprendre c'est excuser" est une confusion idiote, celui qui dit cela ne connaît même pas la définition de ces deux mots.  Dans le cas d'un homme politique c'est une manipulation volontaire pour faire accepter une décision injuste ou discutable.  Je ne sais pas dans quelle circonstance il a dit ça, mais je suis prête à parier...

Quand on comprend, on peut ouvrir le dialogue avec le fauteur: il va se sentir compris et sera beaucoup plus ouvert à lui aussi comprendre ce qu'il a fait, pourquoi, peut-être en ressentir du remord et chercher à s'amender.  Une personne qui est dans ce cas là acceptera beaucoup plus facilement la punition, elle le soulagera même, et pourra le changer en profondeur.

Idem avec un enfant qui renverse son verre de lait.  Dire "tu es maladroit" est traumatisant.  Dire "fais attention!" est déjà mieux.  Lui dire "c'est dommage pour le lait, mais ce n'est pas grave, va chercher une éponge et nettoie" c'est l'idéal.  L'enfant est même tout content de le faire, il se pardonne à lui même.

Si je suis longuement intervenue sur ce fil, ce n'est pas parce que je ne supporterais pas la contradiction  (pfffff Rolling Eyes ) c'est parce que je trouve que c'est un sujet très très important dans la vie de tous les jours.  On peut étouffer un enfant, radicaliser un adolescent, renforcer la tendance criminelle d'un adulte en étant maladroit.

Ça va plus loin dans le domaine de l'éducation et de l'épanouissement de tous (enfants et adultes).  Par exemple dans le domaine artistique, critiquer la personne peut la bloquer à jamais (qui n'a pas arrêté définitivement de chanter parce qu'une seule personne lui a dit un jour qu'il chantait mal ?) tandis que l'aider à surmonter les obstacles l'épanouira et lui procurera de grandes sources de joie.  Déclarer "tu n'es pas doué pour le dessin", c'est un jugement d'une personne, tandis que lui apprendre la techniques corrige l'acte.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Tatonga le Lun 31 Juil - 0:14

tamar35 a écrit:
Tatonga a écrit:-Il ne faut pas parler de sanction, de punition. Il ne s'agit pas de sanctionner ou de ne pas sanctionner. Ce n'est pas ce problème qui est posé. C'est une question qui ne doit pas être abordée. Le problème de la sanction est un autre problème qui se pose ailleurs dans un autre champ, dans la vie concrète.

En définitive la phrase "condamner les actes mais pas les personnes" sonne comme un mot d'ordre idéaliste, gentiment à côté du monde réel.

Si je vous dis "je condamne l'hippophagie mais je ne condamne pas ceux qui mangent de la viande de cheval" cela paraît assez tolérant jusqu'au jour où j'acquiers assez d'influence pour que ma haine de l'hippophagie passe dans la loi.
Et là, il y aura bien des sanctions.

Et si la loi actuelle ne me plaît pas et que je milite pour l'interdiction de l'hippophagie ne suis-je pas en train de viser ceux qui mangent de la viande de cheval ? Ce n'est pas l'acte qui va subir la réprobation voire la condamnation.

Il est idéaliste de poser "condamner les actes mais pas les personnes" car une telle phrase devrait m'obliger à ne pas changer d'attitude vis à vis de ceux qui font ce que je condamne, car une telle altération de mon attitude montrerait que je les juge.

Je crois que tu fais une confusion, et tu n'es pas la seule.
Précisons d'abord que condamner n'est pas synonyme de sanctionner. Nous faisons cette confusion parce que dans le langage des tribunaux condamner   c'est sanctionner. Mais je crois que tu ne fais pas cette confusion.
Ta confusion est dans ce qui suit: tu confonds 2 questions distinctes.
-La question qui est posée, savoir s'il faut assimiler l'auteur à sa faute. Et c'est sur cette question, difficile, qu'il s'agit de réfléchir et de disserter. L'auteur est-il l'incarnation de sa faute ?
-Et la question de la sanction. Là c'est autre chose. C'est un autre problème. C'est le problème de la peine, de l'application des peines. C'est un autre problème, qui peut faire l'objet d'un autre sujet. Si tu l'abordes en même temps que la 1° question, tu fausses la 1° question, tu brouilles la réflexion... et les cartes.
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 3789
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Invité le Lun 31 Juil - 8:07

L'auteur est-il l'incarnation de sa faute ?
C'est l'inverse: la faute qui est la conséquence du caractère de la personne et des circonstances qu'elle a vécu.  
Le problème est la responsabilité de l'auteur de la faute.  C'est elle qui est si difficile à établir, comme expliqué plus haut par plusieurs intervenants.

Tamar a écrit:Il est idéaliste de poser "condamner les actes mais pas les personnes" car une telle phrase devrait m'obliger à ne pas changer d'attitude vis à vis de ceux qui font ce que je condamne, car une telle altération de mon attitude montrerait que je les juge.
j'ai dû lire la phrase 3 fois pour la comprendre... je pense avoir capté, mais je ne suis pas d'accord: la condamnation de la faute (seule) est le premier pas, comme dans les exemples que j'ai donné plus haut à propose des enfants.  Le gamin qui n'a pas fait ses devoirs doit d'abord comprendre  que ce n'est pas bien (=condamnation de la faute), puis on cherche la cause (trop longtemps joué, fatigué...) et ensuite on cherche ensemble la solution.  Peut-être est-ce de notre faute, ce que l'enfant ne manquera pas de signaler !  Exemple: on lui a demandé de faire un autre travail qui l'a fatigué ou laissé regarder un film trop tard la veille...

Ou alors donne l'exemple pratique auquel tu pensais en écrivant ça ?  Parce que je ne vois pas...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par tamar35 le Lun 31 Juil - 9:42

gaston21 a écrit:Mais oui, toutes les recherches, tous les examens faits par IRM montrent clairement que la décision se prend dans l'inconscient. Il est bien évident que ça bouscule nos certitudes multi-millénaires, mais c'est ainsi.

Même quand tu as quitté ton catholicisme familial...
avatar
tamar35

Féminin Messages : 297
Date d'inscription : 11/05/2016
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par tamar35 le Lun 31 Juil - 10:08

Tatonga a écrit:Je crois que tu fais une confusion, et tu n'es pas la seule.
Précisons d'abord que condamner n'est pas synonyme de sanctionner.

N'ai-je pas affirmé le distinguo entre condamner/sanctionner (qui est tout fait le sens du dictionnaire) et condamner/désapprouver.

Tatonga a écrit:La question qui est posée, savoir s'il faut assimiler l'auteur à sa faute. Et c'est sur cette question, difficile, qu'il s'agit de réfléchir et de disserter. L'auteur est-il l'incarnation de sa faute ?

Indépendamment de toute dissertation je crains que même si on veut séparer l'acte et l'auteur, même si on veut réprouver le premier et aimer le second, ce n'est pas si facile que ça.

Si l'on dispose d'une certaine marge de manœuvre serons-nous toujours capables de ne pas changer d'attitude vis à vis de l'auteur d'un acte que l'on réprouve ?

Sommes-nous capables de toujours découpler acte/auteur ?

Si l'enfant d'une personne végane mange du cheval je suis sûre que c'est lui qui se fera disputer.

Quels sont nos rapports avec celles et ceux qui pratiquent la tauromachie ? avec celles et ceux qui multiplient les actes d'incivilité ? avec celles et ceux qui multiplient les actes néfastes à l'environnement ?

Je crains que ta dissertation est polluée par le fait que "condamner l'acte et pas la personne" est un alibi courant des homophobes, en revanche considère des actes que tu condamnes vraiment, ne pèsent-ils pas sur le regard que tu portes sur leurs auteurs ?
avatar
tamar35

Féminin Messages : 297
Date d'inscription : 11/05/2016
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par JiPi22 le Lun 31 Juil - 11:37

Tatonga a écrit: condamner n'est pas synonyme de sanctionner.
Exact.

-La question qui est posée, savoir s'il faut assimiler l'auteur à sa faute. Et c'est sur cette question, difficile, qu'il s'agit de réfléchir et de disserter. L'auteur est-il l'incarnation de sa faute ?
Pour moi, c'est clair : il ne faut pas assimiler l'auteur à sa faute ; l'auteur n'est pas "l'incarnation" de sa faute (encore que le concept ne soit pas clair) ; on ne doit pas réduire quelqu'un qui a accompli une mauvaise action à cette mauvaise action, car il y a en lui autres choses que cette mauvaise action.

JiPi22

Masculin Messages : 63
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 89

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Tatonga le Lun 31 Juil - 12:16

JiPi22 a écrit:
Tatonga a écrit: condamner n'est pas synonyme de sanctionner.
Exact.

-La question qui est posée, savoir s'il faut assimiler l'auteur à sa faute. Et c'est sur cette question, difficile, qu'il s'agit de réfléchir et de disserter. L'auteur est-il l'incarnation de sa faute ?
Pour moi, c'est clair : il ne faut pas assimiler l'auteur à sa faute ; l'auteur n'est pas "l'incarnation" de sa faute (encore que le concept ne soit pas clair) ; on ne doit pas réduire quelqu'un qui a accompli une mauvaise action à cette mauvaise action, car il y a en lui autres choses que cette mauvaise action.
Parfait ! Enfin un bon élève qui a compris le sujet ! lol
avatar
Tatonga

Masculin Messages : 3789
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Invité le Lun 31 Juil - 12:31

lol sauf que je défends ce point de vue depuis le début, mais j'ai juste eu droit à des insultes délirantes d'une rare méchanceté (et inacceptables dans un forum)...  Je préfère en rire qu'en pleurer, mais je m'inquiète vraiment pour toi, Tatonga...  Il y a un sérieux problème ... Shocked

Tu as de la chance que je juge les actes et pas les gens ! cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les actes, pas la personne.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum